3 min de lecture Simone Veil

Simone Veil : retour sur une femme féministe, avant-gardiste et indépendante

PORTRAIT - Simone Veil est décédée à l'âge de 89 ans, a-t-on appris le 30 juin 2017. Née le 13 juillet 1927, elle a révolutionné la politique en menant des combats pour la liberté des femmes. Retour sur une vie de féministe engagée.

Marie-Pierre Haddad Clics à la une Marie-Pierre Haddad
>
Simone Veil, une femme de combat et de convictions Crédit Image : GEORGES BENDRIHEM / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date : La page de l'émission
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
et La rédaction de RTL

Son combat aura marqué plusieurs générations. Simone Veil est décédée à l'âge de 89 ans. Sa mort a été annoncée vendredi 30 juin 2017. Ministre de la Santé, députée européenne, présidente du Parlement européen, ministre d'État des Affaires sociales et membre du Conseil constitutionnel, cette femme engagée a transformé la vie politique française et imposé sa vision féministe. Elle symbolise la libération des femmes, notamment en étant à l'origine de la loi Veil sur la dépénalisation de l'IVG.

"Ce combat a révélé sa personnalité particulière aux yeux de l'opinion publique. Si comme certains l’affirment, elle serait une icône, alors, elle est née à ce moment-là", racontait son fils, Jean à Femme Actuelle. Entrée dans la vie politique en 1974, elle intégrera l'Académie française 34 ans plus tard, en 2008. L'année suivante, elle recevra la Légion d'honneur.

Féministe pudique mais déterminée

Chignon noué et chemisier bleu, c'est sans doute la première image publique de Simone Veil. En 1974, elle est alors à la tribune de l'Assemblée nationale et s'apprête à marquer son époque en défendant le texte de loi sur l'interruption volontaire de grossesse, l'IVG. Ministre et femme d'un gouvernement de droite, au cœur des années d'un féminisme radical, elle tiendra bon. Malgré les insultes dans l’hémicycle, au bord des larmes souvent, elle obtiendra la dépénalisation de l'avortement à partir de janvier 1975. Pour longtemps, pour ne pas dire pour toujours, elle devient l'une des personnalités préférées des Français. Figure d'un féminisme pudique mais déterminé. 

Elle militait pour plus de parité en politique. Tout cela en souvenir d'une femme qui lui aura tout appris : sa mère Yvonne. "C'est le personnage principal de ma vie" dira d'elle Simone Veil. Une mère qui lui aura donné très vite le sens de l'émancipation... par le travail. Après des études de droit et Sciences Po Paris, Simone Veil devient magistrate. Mais sa mère, indirectement, est aussi la source d'une profonde déchirure : Simone Veil entre dans l'âge adulte par la porte des camps nazis. Juive, elle est arrêtée à Nice en 1944 et envoyée à Auschwitz. Elle y perdra son frère, son père et cette mère tant aimée quelques jours après la libération. De cette période, Simone Veil voudra toujours témoigner mais non sans douleur. À l'occasion de la sortie de son autobiographie, Une vie, elle avouera même qu'elle n'a jamais pu parler à son mari des camps de concentration.

À lire aussi
Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, le 13 octobre 2017 Portrait
Agnès Buzyn, une ministre féministe

Jamais loin de la vie politique

Mais de cette souffrance, Simone Veil garde une conviction : celle de la nécessité de construire une Europe solide. En 1979, elle abandonne après cinq ans, son ministère de la Santé et se lance dans la première campagne européenne. Sous les couleurs de la jeune UDF, elle remporte un brillant succès et devient par la même occasion la première présidente du Parlement Européen. Poste qu'elle occupera jusqu'en 1982. Son parcours politique national rebondit en 1993. Nouveau poste ministériel, dans le gouvernement Balladur cette fois : ministre d'État, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville. 

En 1998, elle est nommée pour neuf ans au Conseil constitutionnel mais, garde cette liberté de parole comme lorsqu'elle appelle à voter "oui" au référendum européen et ce malgré son devoir de réserve. Simone Veil ne se retirera jamais tout à fait de la vie publique n'hésitant pas à prendre position et à soutenir Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle de 2007. Mais elle critiquera ensuite ouvertement l'idée d'un ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale. Simone Veil était une femme de combat et de conviction qui ne se laissera jamais enfermer dans des logiques de partis. "Je n'aime pas la politique d'estrade et je ne me suis jamais sentie à l'aise dans les partis traditionnels, expliquait-elle avant d'ajouter : Je suis trop indépendante pour cela".

>
Télécharger Simone Veil : retour sur une femme féministe, avant-gardiste et indépendante Crédit Média : Marie-Pierre Haddad | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Simone Veil Décès Portrait
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784392737
Simone Veil : retour sur une femme féministe, avant-gardiste et indépendante
Simone Veil : retour sur une femme féministe, avant-gardiste et indépendante
PORTRAIT - Simone Veil est décédée à l'âge de 89 ans, a-t-on appris le 30 juin 2017. Née le 13 juillet 1927, elle a révolutionné la politique en menant des combats pour la liberté des femmes. Retour sur une vie de féministe engagée.
http://www.rtl.fr/actu/politique/simone-veil-retour-sur-une-femme-feministe-avant-gardiste-et-independante-7784392737
2017-06-30 11:00:00
http://media.rtl.fr/cache/sLaCHzSXZul-MTEIbFeGRA/330v220-2/online/image/2016/0810/7784393005_simone-veil-le-12-septembre-1982.jpg