2 min de lecture Élections régionales

Référendum du "peuple de gauche" : "Un aveu de faiblesse", selon Alba Ventura

REPLAY - ÉDITO - Pour la journaliste, l'initiative du premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis repose avant tout sur de la nostalgie.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Référendum du "peuple de gauche" : "Un aveu de faiblesse", selon Alba Ventura Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura Journaliste RTL

C'est la dernière trouvaille du Parti socialiste. Jean-Christophe Cambadélis va organiser un référendum dans un peu moins d'un mois sur l'union de la gauche aux régionales de décembre. Le Premier ministre Manuel Valls parle d'un "coup de maître". En réalité, le premier secrétaire du PS a fait un rêve. Il se prend pour Martin Luther King. Il rêve d'un temps où la primaire socialiste avaient emmené aux urnes trois millions de personnes. Il rêve de voir le peuple de gauche se lever et dire aux brebis égarées (les communistes, les amis de Jean-Luc Mélenchon et ceux de Cécile Duflot) qu'il faut se rallier derrière le grand frère. Mais tout ça repose sur une nostalgie. Cela ne va pas passer comme ça.

D'abord parce que le peuple de gauche est aussi divisé que les partis de gauche. On le voit à toutes les élections. Voyez ce qui s'est passé le week-end dernier à Noisy-le-Grand. Cette ville de Seine-Saint-Denis, qui a toujours été à gauche, a basculé à droite. Parce que les électeurs du PS ont voté pour le candidat PS. Parce que les électeurs du Front de gauche ont voté pour la candidate du Front de gauche. Il n'était pas question ni pour le Front de gauche, ni pour ses électeurs de se ranger ou de se désister.

Le peuple de gauche est aussi divisé que les partis de gauche

Alba Ventura
Partager la citation

Pour Jean-Christophe Cambadélis, Noisy-le-Grand c'est justement l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire. Mais s'il s'agissait seulement d'additionner des petits pois, l'affaire serait dans le sac depuis longtemps. Rappelons qu'à trois mois du scrutin, la gauche n'est unie dans aucune des treize régions.

À lire aussi
Alain Duhamel corse
Alain Duhamel : "La spécificité corse est une réalité et la violence corse est une calamité"

Pourquoi donc faire un référendum ? Parce que le PS ne sait plus comment s'y prendre pour se sauver du naufrage. Comme il sait qu'il lui est impossible de négocier avec ses anciens partenaires de gauche, tellement ils sont aux antipodes les uns des autres, il va essayer de les contourner en s'adressant directement au peuple de gauche. Il espère que ce peuple de gauche, lui au moins, saura se comporter de manière responsable face à la perspective d'un FN victorieux. On peut trouver l'idée originale. On peut parier sur des sondages qui montrent que les sympathisants de gauche dans leur majorité souhaitent l'union. Mais loin d'être "un coup de maître", c'est un aveu de faiblesse. 

Le carnet du jour

Le congrès de Versailles, c'est le le rêve de tout Président d'apporter sa pierre à l'édifice de la Constitution. François Hollande souhaite faire adopter la Charte des langues régionales (un sujet dont on parle depuis plus de vingt ans). Il souhaite aussi réformer le Conseil supérieur de la magistrature, voire mettre fin à la nomination automatique des anciens présidents au Conseil constitutionnel.

Pour cela, il lui faut réunir les 3/5èmes des parlementaires. Ça s'active en coulisses. En ce moment, les messagers de François Hollande sont à la manœuvre pour convaincre à droite et au centre. Bruno Le Maire, Michel Mercier, Michelle Alliot-Marie, Jean-François Copé, et même Jean-Louis Debré seraient partants pour cette réforme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections régionales Jean-Christophe Cambadélis Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779806636
Référendum du "peuple de gauche" : "Un aveu de faiblesse", selon Alba Ventura
Référendum du "peuple de gauche" : "Un aveu de faiblesse", selon Alba Ventura
REPLAY - ÉDITO - Pour la journaliste, l'initiative du premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis repose avant tout sur de la nostalgie.
http://www.rtl.fr/actu/politique/referendum-du-peuple-de-gauche-un-aveu-de-faiblesse-selon-alba-ventura-7779806636
2015-09-22 09:06:00
http://media.rtl.fr/cache/3TF9PenLlBO67ehS3h8XPg/330v220-2/online/image/2015/0921/7779798721_alba-ventura.gif