À qui profiteront les élections législatives partielles de 2016 ?

ÉCLAIRAGE - 2016 sera une année blanche en termes d'élections nationales. Des citoyens seront toutefois appelés aux urnes après la démission de plusieurs députés et sénateurs préférant se consacrer à la région.

Valérie Pécresse (LR) s'empare de l'île-de-France après 17 ans de socialisme
Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
Valérie Pécresse (LR) s'empare de l'île-de-France après 17 ans de socialisme

Les élections des 6 et 13 décembre étaient les dernières avant la présidentielle de 2017. Mais ces mêmes élections régionales vont donner lieu à de nouvelles échéances dès le début de l'année 2016. En effet, plusieurs députés élus en décembre ont quitté leur mandat national pour se consacrer à leurs fonctions régionales et éviter ainsi le cumul des mandats. Ce dernier sera encadré par la loi dès 2017. 

Au moins six circonscriptions vont voir leur député changer dans les trois prochains mois. Dans la plupart des cas, des élus de la droite et du centre remettent en jeu leur mandat. Et il ne devrait pas y avoir beaucoup de surprises. La gauche n'a que peu de chance de décrocher une circonscription. Les territoires concernés sont ancrés à droite.

Valérie Pecresse, Hervé Morin, Christian Estrosi ne seront plus députés

Les nouveaux présidents de région ont donc tranché. Ils quitteront leurs fonctions de député début 2016. Députée de la deuxième circonscription des Yvelines, Valérie Pécresse a déjà pensé à sa succession. "Le maire de Vélizy, Pascal Thévenot, est pressenti, croit savoir le JDD. Et la droite ne devrait pas être inquiétée. Aux élections régionales, Valérie Pécresse a atteint 56,7% des voix (en ­triangulaire) au second tour (dans cette circonscription)". Aux législatives de 2012, Valérie Pécresse avait viré en tête au soir du premier tour avec 46,30% des suffrages. Elle a été largement élue au deuxième tour avec 58,67% des voix.

Après une soirée du 13 décembre à suspense, le centriste Hervé Morin a remporté la Normandie au détriment du socialiste Nicolas Mayer-Rossignol.Au lendemain de sa victoire, l'ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy a confié dans Paris Normandie : "Je démissionnerai de mes mandats... On fera en sorte que la transition dans la 3e circonscription de l’Eure se fasse en bonne et due forme. Je n’ai absolument pas envie qu’elle devienne socialiste". Hervé Morin avait remporté la circonscription avec 53,17% des voix. Même situation pour Christian Estrosi. Le nouveau président a confirmé qu'il renoncerait à son mandat de député de la 5e circonscription des Alpes-Maritimes. Christian Estrosi n'avait pas eu de mal à s'imposer en juin 2012 malgré la bonne dynamique dans laquelle se trouvait la gauche. Sa victoire était indiscutable. Il a obtenu 63,41% des voix.

En 2012, Xavier Bertrand n'a pas connu le même plébiscite. Élu député avec 50,25% des voix, il renonce à son mandat de député pour la Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Sur France 2, au lendemain de sa victoire, l'ancien ministre de la Santé et du Travail de Nicolas Sarkozy a indiqué : "Je vais quitter mes fonctions de député de l’Aisne et de maire de Saint-Quentin. Pourtant j’aime ma ville profondément. J’ai décidé, aussi, de ne pas être candidat à la primaire de la droite et du centre."

Gérald Darmanin et François Sauvadet quittent aussi l'Assemblée nationale

Dans le Nord, le député Les Républicains Gérald Darmanin a été élu conseiller régional à la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Lui aussi ne conservera pas son siège à l'Assemblée nationale. "Je quitterai mon mandat de parlementaire. Je siégerai au sein de la région pour essayer de l'aider. C'est là où je suis né, c'est là où je suis élu, c'est là où est ma vie. J'aime ma région, j'aime ma ville : je quitterai donc l'Assemblée nationale." Gérald Darmanin avait été élu avec 54,88% en juin 2012. 

Les électeurs de la 4e circonscription de Côte d'or voteront en 2016. Comme il l'avait promis pendant la campagne (perdue) des élections régionales, François Sauvadet, président UDI du Conseil départemental de Côte d'Or, siégera dans les rangs de l'opposition à la Région. Il quitte donc son mandat de député qu'il exerce depuis 1993. Hubert Brigand, maire de Châtillon-sur-Seine (Côte d'Or), est pressenti pour être le candidat des Républicains et de l'UDI. François Sauvadet avait été élu avec 53,04% des voix en juin 2012.

Quel bilan pour les 15 législatives partielles entre 2012 et 2015 ?

Depuis l'arrivée de François Hollande à l'Élysée, pas moins de 15 élections législatives partielles ont été organisées. La droite et le centre ont conservé huit sièges. La gauche en a quant à elle perdu cinq sur sept élections.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781067299
À qui profiteront les élections législatives partielles de 2016 ?
À qui profiteront les élections législatives partielles de 2016 ?
ÉCLAIRAGE - 2016 sera une année blanche en termes d'élections nationales. Des citoyens seront toutefois appelés aux urnes après la démission de plusieurs députés et sénateurs préférant se consacrer à la région.
http://www.rtl.fr/actu/politique/qui-profiteront-les-elections-legislatives-partielles-de-2016-7781067299
2015-12-30 16:11:00
http://media.rtl.fr/cache/QR10g80ZiFHRYG3zlj8DCg/330v220-2/online/image/2015/1213/7780842795_valerie-pecresse-annonce-le-deploiement-d-un-bouclier-de-securite-en-le-de-france-des-le-18-decembre.jpg