"La convenance et la bienséance n'étaient plus de mises", estime Nicolas Domenach

DÉBAT - Alain Juppé est-il toujours favori pour la primaire de la droite et du centre ? Guillaume Roquette, du Figaro Magazine, et Nicolas Domenach, éditorialiste sur RTL, en débattent.

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé lors d'un meeting à Limoges le 14 octobre 2015. >
Nicolas Domenach : "Guillaume Roquette est totalement intoxiqué par le Sarkozysme" Crédit Image : NICOLAS TUCAT / AFP | Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

L'écart se resserre entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Le maire de Bordeaux est-il toujours le grand favori ? Pour Nicolas Domenach, la réponse est oui, Alain Juppé est aidé par son tweet du 22 septembre qui s'agace d'un débat politique tournant autour des Gaulois : "Il fallait ce tweet contre une campagne à la trompette de Nicolas Sarkozy", estime Nicolas Domenach pour qui l'utilisation du terme "incongruité" choisi par le maire de Bordeaux pour qualifier le niveau des débats politiques du moment est particulièrement approprié : "Ça veut dire quoi ? Que la convenance et la bienséance n'étaient plus de mises dans cette campagne. Il a déplacé le terrain sur quel type d'incarnation on voulait", juge l'éditorialiste de RTL. 

Guillaume Roquette, le directeur de la rédaction du Figaro Magazine, estime pour sa part qu'Alain Juppé "s'est réveillé car il s'est aperçu que les choses n'avançaient pas aussi facilement que ce qu'il pouvait encore imaginer il y a un mois". Un mois, cela correspond au moment où Nicolas Sarkozy est entré en campagne, rappelle le directeur de la rédaction du Figaro Magazine. "Une campagne électorale est d'abord une dynamique et depuis quelque jours, elle est du côté de Nicolas Sarkozy parce qu'il a imposé ses thématiques", avance Guillaume Roquette pour qui du coup, Alain Juppé "apparaît non seulement comme un sage, ce qu'il espère être, mais aussi comme quelqu'un de résigné et de fataliste. Il n'y a pas d'autres terrains possibles".

Nicolas Domenach est loin d'être convaincu : "Guillaume Roquette est totalement intoxiqué par le Sarkozysme. Il y a beaucoup d'autres terrains possibles. À commencer par la question : "Quel président de la République veut-on élire ?", interroge l'éditorialiste qui estime qu'il existe toujours une droite qui n'aime pas Nicolas Sarkozy et qui a très largement contribué à le faire battre en 2012" : "Cette droite là ne veut pas qu'il revienne. Et en plus, je pense qu'il y a des vraies divergences, non seulement sur la façon d'exercer le pouvoir, calme face à un hystérique, mais aussi sur l'économie et le social". Deux thèmes essentiels estime Nicolas Domenach et qui devraient surgir dans les semaines à venir : "Parce que la situation économique mondiale est plus grave que l'on ne le rapporte". 

La rédaction vous recommande
par Philippe Peyre
Suivez Philippe Peyre sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7784963825
"La convenance et la bienséance n'étaient plus de mises", estime Nicolas Domenach
"La convenance et la bienséance n'étaient plus de mises", estime Nicolas Domenach
DÉBAT - Alain Juppé est-il toujours favori pour la primaire de la droite et du centre ? Guillaume Roquette, du Figaro Magazine, et Nicolas Domenach, éditorialiste sur RTL, en débattent.
http://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-les-republicains-la-convenance-et-la-bienseance-n-etaient-plus-de-mise-estime-nicolas-domenach-7784963825
2016-09-23 12:12:00
http://media.rtl.fr/cache/MzzyosIw7lL-GTwSwvzRrQ/330v220-2/online/image/2015/1215/7780865518_nicolas-sarkozy-et-alain-juppe-lors-d-un-meeting-a-limoges-le-14-octobre-2015.jpg