4 min de lecture Primaire Les Républicains

Primaire Les Républicains : Alain Juppé et François Fillon prêts à en découdre avec Nicolas Sarkozy

Pour leur rentrée politique ce week-end, Alain Juppé et François Fillon se sont efforcés de se démarquer de leur rival pour la primaire de la droite et du centre.

Alain Juppé a réalisé sa rentrée politique à Chatou (Yvelines) ce samedi 27 août.
Alain Juppé a réalisé sa rentrée politique à Chatou (Yvelines) ce samedi 27 août. Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Dans trois mois jour pour jour, le parti Les Républicains connaîtra l'identité de celui ou de celle qui représentera ses couleurs à la présidentielle 2017. À l'heure actuelle, ils sont treize à briguer l'investiture. Le 9 septembre, date à laquelle les candidats devront remettre leurs parrainages à la Haute autorité, ils seront sans doute moitié moins à pouvoir encore rêver de l'Élysée. Plus l'échéance se rapproche, plus la bataille fait rage entre les pointures du premier parti d'opposition (en termes d'élus) au Parti socialiste. L'entrée dans le jeu de Nicolas Sarkozy, auteur de Tout pour la France (en librairies le 24 août), et son positionnement très à droite n'a fait qu'échauffer un peu plus les esprits.

En ce week-end de rentrée, tous ont commenté le sujet politico-médiatique de ce mois d'août : la polémique autour du burkini, qui ne s’essouffle décidément pas. Au lendemain de la décision du Conseil d'État d'invalider l'arrêté municipal du maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) visant à interdire ce maillot de bain sur les plages de la ville, les maires de Nice, Mandelieu-la-Napoule ou encore Fréjus, ne se démontent pas et poursuivent leur fronde contre ce qu'ils considèrent comme un des instruments de l'islam radical. L'occasion pour certains candidats à la primaire et leurs alliés de marquer leur singularité mais surtout de prendre un peu plus leurs distances avec le désormais ex-président de leur famille politique.

Nicolas Sarkozy n'est pas le "problème" d'Alain Juppé

Samedi 27 août a marqué un tournant dans la course à l'investiture. Alain Juppé, favori des sondages depuis l'annonce de sa candidature, a fait comprendre aux journalistes qu'il en avait assez d'entendre parler de son principal adversaire, lors de sa rentrée à Chatou (Yvelines). "Je ne répondrai plus à aucune question sur Nicolas Sarkozy", a-t-il expliqué avant d'ajouter : "Nicolas Sarkozy n'est pas mon problème, je ne suis pas en campagne contre Nicolas Sarkozy mais pour défendre mes idées ! C'est un compétiteur, je ne suis pas en campagne contre lui." En filigrane, les allusions à l'ancien chef de l'État n'ont pourtant pas manqué lors de son discours à Chatou. Voici mon premier message : rassembler plutôt que chercher à cliver, rassembler plutôt que vouloir exclure ou stigmatiser, rassembler plutôt que d'exciter les surenchères."

À lire aussi
Frédéric Lefebvre, en septembre 2016 Les Républicains
"Un soupçon de tricherie" plane sur la primaire LR, pour Frédéric Lefebvre

Sur le plan programmatique, le maire de Bordeaux, qui devrait prendre un peu plus de distances avec sa mairie pour se consacrer à sa campagne, ne partage pas l'avis de Nicolas Sarkozy et de ses alliés Christian Estrosi et Éric Ciotti concernant l'interdiction du burkini. Pas question non plus pour Alain Juppé de suspendre le regroupement familial, comme le prévoit l'ancien chef de l'État. "Cela ne sert à rien de se précipiter pour promettre dans l'agitation médiatique une nouvelle loi", a-t-il déclaré à Chatou. Ce n'est "pas une attitude humaine", a-t-il commenté dans Le Figaro.

Jean-Pierre Raffarin souligne la "fausse fermeté et autorité" de Sarkozy

Soutien indéfectible d'Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin a, de son côté, mis en lumière la "fausse fermeté et autorité" de Nicolas Sarkozy, en l'opposant "à la solidité" d'Alain Juppé. "Il faut de la vraie fermeté, mais de la vraie fermeté sur des vrais sujets et pas forcément aller chercher le burkini qui est un sujet certes d'importance mais pas de la première importance. Nous avons d'autres urgences", a-t-il ajouté, évoquant par exemple la réforme de l'Aide médicale d'Etat. "Il ne suffit pas de choisir le meilleur candidat, il faut choisir le meilleur président", a-t-il dit. 

François Fillon diabolise "ceux qui courent après le FN"

François Fillon a fait sa rentrée politique ce dimanche 28 août à Sablé-sur-Sarthe et n'a pas épargné l'ancien chef de l'État sur ses affaires judiciaires. L'ancien chef du gouvernement de Nicolas Sarkozy s'est ainsi faussement questionné : "Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen?". "Il ne sert à rien de parler d'autorité quand on n'est pas soi-même irréprochable", a ensuite continué François Fillon à l'adresse de Nicolas Sarkozy, rappelant ainsi que l'ancien chef de l'État est mis en examen dans deux dossier, Bygmalion ainsi que celui des écoutes dans l’affaire Bettencourt. 

La veille, dans une interview au Monde, le candidat à la primaire n'avait pas pris de gants pour critiquer ceux de sa famille, qui "courent après le FN pour gagner les élections". Un tacle adressé à Nicolas Sarkozy, un ancien président de la République qui n'a malheureusement pas convaincu les Français en 2012". Le chef de l'État avait déjà usé de cette stratégie en 2012. "Cet été, j’ai été gêné et malheureux de voir Marine Le Pen défendre l’Etat de droit et se permettre de tancer certains responsables de mon parti sur ce sujet."
Il met un poing d'honneur à s'éloigner des thématiques mises en avant par l'ancien chef de l'État : les questions identitaires et sécuritaires. "Même ton, mêmes thèmes et trop de demi-mesures. (…) Il n’a pas tiré toutes les conséquences de la situation présente. Ce n’est pas le programme innovant qui permettrait un choc psychologique. Pour redresser la France, nous n’avons pas seulement besoin de symboles identitaires, mais aussi de marqueurs économiques."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Alain Juppé François Fillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784619395
Primaire Les Républicains : Alain Juppé et François Fillon prêts à en découdre avec Nicolas Sarkozy
Primaire Les Républicains : Alain Juppé et François Fillon prêts à en découdre avec Nicolas Sarkozy
Pour leur rentrée politique ce week-end, Alain Juppé et François Fillon se sont efforcés de se démarquer de leur rival pour la primaire de la droite et du centre.
http://www.rtl.fr/actu/politique/primaire-les-republicains-alain-juppe-jean-pierre-raffarin-francois-fillon-tous-contre-nicolas-sarkozy-7784619395
2016-08-27 18:56:00
http://media.rtl.fr/cache/22tv0NYt__DNtkZy6WIDGw/330v220-2/online/image/2016/0827/7784622221_alain-juppe-a-realise-sa-rentree-politique-a-chatou-yvelines-ce-samedi-27-aout.jpg