4 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : les quatre erreurs de la gauche selon Manuel Valls

Le chef du gouvernement a dressé un premier bilan du retour de la gauche au pouvoir dans un entretien accordé au magazine "Society" du 29 avril.

Manuel Valls à Vaulx-en-Velin le 13 avril 2016.
Manuel Valls à Vaulx-en-Velin le 13 avril 2016. Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
109117333772423871640
Geoffroy Lang

“Il faut être capable d'analyser sa propre action et reconnaître ses erreurs”, confie Manuel Valls un peu moins d’un an avant l’élection présidentielle de 2017. À la tête du gouvernement depuis deux ans et un mois, le Premier ministre a esquissé un premier inventaire du quinquennat de François Hollande dans un entretien accordé au magazine Society, en kiosque ce vendredi 29 avril. En prenant soin de ne pas dénigrer le président de la République, Manuel Valls s’est livré à un exercice d'autocritique sur l’action de la gauche au pouvoir depuis 2012.

"Personne n'est infaillible", tient à rappeler le Premier ministre dans cet interview, tout en reconnaissant "une part de responsabilité" dans les erreurs qu’il énumère par la suite. Quelques jours à peine après la mobilisation de plusieurs ministres de son gouvernement pour soutenir François Hollande avant la bataille présidentielle de 2017, Manuel Valls a cependant tenu à défendre le bilan du président de la République et de son gouvernement. À plusieurs reprises, le chef du gouvernement martèle qu'il “assume” la politique menée par son gouvernement, mais il liste cependant quatre erreurs commises par la gauche depuis sa prise du pouvoir en 2012.

Une gauche "mal préparée" pour le pouvoir

Le Premier ministre reproche en premier lieu au Parti socialiste son manque de préparation pour exercer le pouvoir, après avoir passé plusieurs années à critiquer la politique de Nicolas Sarkozy sans construire une alternative concrète à gauche. "Pendant ses dix ans d'opposition, la gauche s'est mal préparée à l'exercice du pouvoir. L'opposition étant parfois trop systématique, l'anti-sarkozysme étant, à tort, le seul objet des discours."

À lire aussi
Présidentielle 2017 : les 11 candidats présidentielle 2017
Comptes de campagne : "Nos politiques ne sont pas de bons comptables", note Alba Ventura

La critique continue du précédent gouvernement n’a pas permis la gauche de “trancher toute une série de questions” selon Manuel Valls. L’ancien franc-tireur du Parti socialiste ne manque de tacler au passage les divisions “néfastes” qui font tanguer le Parti socialiste, alors que son arrivée à Matignon s’est accompagnée de la contestation croissante des "frondeurs" du PS.

Un manque de lucidité budgétaire

Parmi les pêchés originels de la gauche au pouvoir, l’ancien député maire d’Évry pointe aussi un certain angélisme budgétaire. “La deuxième erreur c'est, au lendemain de la victoire, de ne pas avoir assez tenu compte du rapport de la Cour des comptes sur la dégradation des finances publiques”, lance-t-il dans Society.

En 2012, le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, avait tiré la sonnette d’alarme sur le programme dispendieux de François Hollande. La Cour des comptes recommandait alors 6 à 10 milliards d'euros d'efforts budgétaires. Le président de la République avait dû renoncer à plusieurs mesures annoncer pendant sa campagne; comme le retour de la retraite à 60 ans.

Les reculades du gouvernement

“Nous avons cru - pas moi - que la société était moins dure alors qu'elle était davantage sous tension”, explique ensuite le Premier ministre, en s'épargnant explicitement cette fois de ce nouveau reproche. Le premier ministre a aussi regretté “le fait que l'on agit pas suffisamment avec le souci de la vérité et de la transparence”.

En plein marasme sur la Loi travail, au lendemain d’une nouvelle journée de mobilisation nationale contre la loi El Khomri, Manuel Valls déplore un manque de courage politique de la part de son gouvernement : “nous n'assumons pas ce que nous faisons (...) dans le domaine économique ni dans celui de la sécurité - même si c'est un peu moins vrai parce que avec d'autres, j'ai contribué à faire évoluer les choses dans ce domaine”.

Lors de son passage au ministère de l’intérieur, pendant les deux premières années du quinquennat, Manuel Valls avait déjà reproché à son premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et au président de la République de l’avoir désavoué pendant la crise de l’affaire Leonarda.

Manuel Valls ménage le suspense pour 2017

L’ancien homme lige de François Hollande pendant la campagne de 2012 reste très flou sur l'avenir. “Je ne peux pas dire ce qui se passera en 2022. Je ne sais même pas ce qui va se passer en 2017”, assure l’ancien porte-parole de François Hollande. 

Mystérieux sur son avenir, le chef du gouvernement a tenu a réaffirmé son soutien à François Hollande en évoquant la participation de ses ministres au rassemblement pro-Hollande "Hé oh a gauche" le lundi 25 avril. "Je suis totalement en lien avec Stéphane Le Foll et Jean-Christophe Cambadélis, avec 'Hé oh la gauche !' et la 'Belle Alliance populaire'. Comme chef de la majorité, je dois tout faire converger, c’est mon rôle", assure Manuel Valls.

Il prend soin cependant de préciser qu’il n’est plus isolé comme il avait pu l’être lors des primaires du Parti socialiste en 2011. "Je me suis présenté à la primaire parce que j'avais quelque chose à dire, et je constate que cinq ans après, ce que je défendais (...) est plus que jamais d'actualité et porté par une majorité de socialistes.", assure le Premier ministre : "On peut être minoritaire à un moment et se trouver plus tard en position de rassembler. Et je rassemble à gauche, malgré ce que vous pensez."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Manuel Valls François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783036608
Présidentielle 2017 : les quatre erreurs de la gauche selon Manuel Valls
Présidentielle 2017 : les quatre erreurs de la gauche selon Manuel Valls
Le chef du gouvernement a dressé un premier bilan du retour de la gauche au pouvoir dans un entretien accordé au magazine "Society" du 29 avril.
http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-les-quatre-erreurs-de-la-gauche-selon-manuel-valls-7783036608
2016-04-29 09:17:00
http://media.rtl.fr/cache/cGQ2N1leafp11AuS5zUDPQ/330v220-2/online/image/2016/0429/7783036613_manuel-valls-a-vaulx-en-velin-le-13-avril-2016.jpg