4 min de lecture Présidentielle 2017

Valls : "J'ai un but, c'est d'être au deuxième tour face à Fillon"

INVITÉ RTL - Le candidat à la primaire de la gauche juge que le programme de François Fillon est "une purge, un démantèlement comme on en a jamais connu de notre modèle social".

Elizabeth Martichoux L'invité de RTL Elizabeth Martichoux
>
Manuel Valls était l'invité de RTL le 4 janvier 2017 Crédit Image : Frederic Bukajlo / SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
et La rédaction numérique de RTL

Manuel Valls abat ses cartes. Un mois après avoir déclaré sa candidature à la primaire de la gauche, l'ancien premier ministre a dévoilé son programme présidentiel. Mardi 3 janvier, l'ex-chef du gouvernement a passé la vitesse supérieure en présentant ses propositions centrées autour de la refondation de l'Europe. "Pour moi, la question n'est pas de savoir si la gauche peut gagner. La gauche doit gagner. Car la France a besoin de progrès, de justice sociale, d'innovation. Elle a donc besoin de la gauche", a-t-il déclaré pour lever le voile sur les grandes lignes de son programme, listées dans un document multi-thématique de 50 pages

À cette occasion, Manuel Valls en a également profité pour dévoiler un nouveau slogan : "Une république forte, une France juste". Le candidat à la primaire de la gauche a précisé les modalités de sa proposition de redéfiscalisation des heures supplémentaires, en défendant également celle d'un service civique obligatoire pour que "la Nation retrouve du sens". 

Retrouvez l'interview de Manuel Valls

8h42 - Selon Le Canard Enchaîné de ce mercredi 4 janvier, "François Hollande et Manuel Valls ne se sont même pas souhaité une bonne année". "Personne ne peut douter des liens affectueux entre François Hollande et moi", explique Manuel Valls, qui affirme que l'information du journal est "une plaisanterie".

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon à Marseille, le 12 septembre 2017 présidentielle 2017
Présidentielle : Jean-Luc Mélenchon attribue son échec à Benoît Hamon

"Nous nous sommes parlés il y a quelques jours pour nous souhaiter la bonne année et je lui ai dit combien j'avais apprécié la dignité de son intervention devant les Français. François Hollande a décidé de ne pas être candidat à la présidence de la République et de ne pas passer par la primaire de la gauche, ce n'est pas pour ce remettre dans le débat dans la primaire. Ne pensez pas un seul instant que François Hollande ne suit pas cette primaire avec intérêt et qu'il ne souhaite pas la victoire de celui qui a assumé les responsabilités du pouvoir, qui assume le bilan et qui ouvre d'autres choix. Mais laissez au président de la République le soin de s'exprimer. Il le fera après la primaire. Sa parole comptera", ajoute-t-il. 

8h36 - Manuel Valls explique que "la Turquie ne peut pas et ne sera pas membre de l'Union européenne, il faut cesser de lui mentir".

8h31 - Sur le programme de François Fillon, l'ancien premier ministre affirme : "Je respecte François Fillon et la belle primaire de la droite qui l'a désigné (...) J'ai un but, c'est d'être au deuxième tour face à François Fillon (...) Son programme pour les fonctionnaires comme pour la protection sociale ouvre les vannes pour l'extrême droite".

Il ajoute que le programme de François Fillon est "une purge, un démantèlement comme on en a jamais connu de notre modèle social".

8h28 - Un auditeur demande à Manuel Valls de combien il souhaite réduire le nombre de parlementaires. le candidat à la primaire de la gauche indique que ce nombre tournera "autour de 400 députés" et "un peu plus de 200 sénateurs".

8h26 - Un auditeur interroge Manuel Valls : "Qu'est-ce qui vous permettra demain de mettre en place des valeurs, que vous n'avez pas faire quand vous aviez le pouvoir ?". L'ancien premier ministre explique qu'"être président de la République, c'est autre chose. Si nous ne refondons pas l'Europe et qu'on ne définit pas des règles claires, le projet européen va se disloquer (...) Le mandat présidentiel c'est une incarnation, ensuite il faut gouverner".

8h22 - L'italien Fincantieri retenu pour la reprise des chantiers navals STX de Saint-Nazaire. Manuel Valls revient sur cette annonce : "L'État (...) est le gardien du long terme. Il sera pleinement engagé dans ce dossier pour le faire réussir et que les commandes en cours et à venir soient bien produites en France". 

8h02 - Posez vos questions à Manuel Valls. Le candidat à la primaire de la gauche y répondra à partir de 8h20.

7h54 - Manuel Valls souhaite revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires. Le candidat souhaite "augmenter directement le salaire net des travailleurs. C'est un coût de 2,5 milliards d'euros. Cette mesure doit bénéficier à ceux qui en ont le plus besoin. Je propose de fixer un plafond entre 5.000 et 6.000 euros par exemple où les heures supplémentaires ne seront plus défiscalisées".

7h52 - Manuel Valls propose un service civique obligatoire "à partir de 16 ou 18 ans, jusqu'à 25 ans pour pouvoir donner une part d'engagement à son pays. Il faut passer à cette phase obligatoire, il y a beaucoup de jeunes qui s'engagent". Le candidat souhaite que "la nation retrouve du sens", de "la fierté" et "de la confiance". 

7h50 - "Si je suis candidat, c'est que j'aime ce pays et je veux lui donner tout ce qu'il m'a donné. Je prends cette élection au sérieux. Je suis au cœur, surtout après les fonctions que j'ai exercées, des progressistes d'Emmanuel Macron à Arnaud Montebourg", affirme Manuel Valls. 

7h47 - Concernant ses propos sur la suppression du 49.3, Manuel Valls explique y avoir eu recours "parce qu'il y avait une fronde au sein du groupe socialiste. Je tire les leçons et je crois à un Parlement responsable qui associe davantage les citoyens".

7h46 - L'ancien premier ministre assure que "2017 n'a rien à voir avec 2012 et 2011". Manuel Valls "pense qu'il doit gagner" la primaire de la gauche et "assume tout ce qui a été engagé avec François Hollande et revendique le droit d'inventivité". Le candidat assure qu'il "tire les leçons de son expérience à Matignon".

7h42 - "Il faut poser les enjeux de l'élection présidentielle", estime Manuel Valls qui attaque d'emblée François Fillon. "Il propose une purge (...) Quand il propose de supprimer 500.000 fonctionnaires, en les rendant responsables des maux du pays, ça veut dire moins de policiers, de gendarmes, de service public (...) C'est dans son programme. Quand on s'adresse aux électeurs de la primaire, on s'adresse aux Français. Je veux présenter un bloc, une unité, un bloc républicain, laïque et social et c'est ça la France juste", ajoute-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Primaire PS Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786573898
Valls : "J'ai un but, c'est d'être au deuxième tour face à Fillon"
Valls : "J'ai un but, c'est d'être au deuxième tour face à Fillon"
INVITÉ RTL - Le candidat à la primaire de la gauche juge que le programme de François Fillon est "une purge, un démantèlement comme on en a jamais connu de notre modèle social".
http://www.rtl.fr/actu/politique/posez-vos-questions-a-manuel-valls-invite-de-rtlmatin-7786573898
2017-01-03 19:30:00
http://media.rtl.fr/cache/osX1O9_SYZTaNmOD4C-ZBQ/330v220-2/online/image/2017/0104/7786579997_manuel-valls-invite-de-rtl-le-4-janvier-2017.JPG