3 min de lecture Social

Olivier Besancenot de retour et déterminé à mobiliser contre Emmanuel Macron

ÉCLAIRAGE - Olivier Besancenot est bien décidé à mobiliser avant la contestation du 22 mars prochain. L'ancien candidat à la présidentielle de 2007 appelle à un front commun avec Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon.

Olivier Besancenot, le 19 novembre 2017
Olivier Besancenot, le 19 novembre 2017 Crédit : Bertrand GUAY / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Un retour médiatique. Olivier Besancenot compte bien mener la bataille contre Emmanuel Macron et le gouvernement d'Édouard Philippe. Afin d'y parvenir, l'ancien candidat à l'élection présidentielle de 2007 a décidé de les contrer directement sur la réforme de la SNCF, mais aussi que les indemnités chômage. 

En attendant de battre le pavé le 22 mars prochain, le porte-parole du NPA veut consolider le mouvement de contestation autour d'un "front commun" avec Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon

"On est en train de vivre une séquence sociale et politique extrêmement importante, imposée par le gouvernement, autour de la bataille des services publics, de ce qu'il se passe dans les Ehpad, dans les universités, avec les cheminots. Là on aura besoin de tous se rassembler", expliquait-il au micro de BFMTV le 9 mars dernier. En attendant de livrer bataille, Olivier Besancenot prépare méticuleusement le terrain. 

À lire aussi
Florian Philippot et Geneviève de Fontenay réunis le 23 avril 2018 à Paris manifestations
Geneviève de Fontenay s'allie à Florian Philippot contre Emmanuel Macron

La "grande diversion" du gouvernement

Le 2 mars dernier, il répond aux questions de France 2. Sur les mesures d'indemnisation chômage de certains démissionnaires et indépendants, il juge qu'il s'agit d'"une grande diversion". "Il y a beaucoup de 'si' derrière (...) je pense que ça va être un beau gros bordel en réalité concrètement (...) Ce ne sera pas un nouveau droit. Pas plus que pour les indépendants qui attendaient beaucoup et qui vont visiblement toucher un peu plus que le RSA (...) c'est bien en deçà de ce qu'ils attendaient". 

Il met en cause directement le gouvernement : "Derrière tout ça il y a l'essentiel, et l'essentiel c'est de contrôler les chômeurs. L'essentiel c'est qu'on a un gouvernement aujourd'hui qui explique qu'après les cheminots, c'est au tour des chômeurs. 'Les cheminots sont des privilégiés, les chômeurs abusent' et le problème c'est qu'il y a une partie de la population qui finit par le croire. Qu'il y ait des abus individuels, moi je n'en sais rien, je ne suis pas les 'Experts de Manhattan' et je ne suis pas là pour ça, par contre ce qui m’écœure, c'est qu'on fasse croire (...) que des personnes qui n'ont rien en réalité abusent". 

"Le poison de la division"

Invité dans l'émission On n'est pas couché le lendemain, il a déroulé son sentiment concernant la réforme de la SNCF qu'il qualifie de "poison de la division". Concernant le mouvement de grève prévu le 22 mars prochain et le risque de blocage pour les Français, il reconnaît que "c'est galère quand on est coincé dans un mouvement de grève. Mais il faut prendre un peu de hauteur et réfléchir à ce qui nous attend pour la suite. Ce poison fait qu'on monte les Français entre eux. Ne tombez pas dans le poison de la division. On est tous le cheminot de quelqu'un". 

D'après lui, "le comble du comble, c'est qu'on vit dans un monde où ceux qui gagnent 150.000 euros par mois en exploitant les autres arrivent à convaincre ceux qui vivent avec 1.500 que la cause de leur problème sont ceux qui vivent avec 2.000 ou avec 500".

Olivier Besancenot souhaite mobiliser en vue de la manifestation du 22 mars. "Si en tant que travailleur, salarié, chômeur ou retraité, tu commences à penser qu'un autre travailleur, simplement parce qu'il a un acquis social que tu n'as pas, tu penses que c'est un privilégié, alors n'oublie jamais qu'en retour, tu vas avoir le même discours qui va te concerner dans pas longtemps. Qu'on gagne ou pas cette bataille, elle mérite d'être menée", a-t-il ajouté.

Un front commun avec Mélenchon et Hamon

Après avoir appelé à la formation d'un front commun avec les deux adversaires politiques, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, Olivier Besancenot a débattu face à Gérald Darmanin. L'ancien candidat à l'élection présidentielle de 2007 a attaqué le gouvernement sur la crise dans les Ehpad : "On peut mesurer le degré d'humanité d'une société à la façon dont elle traite ses aînés. Et aujourd'hui, monsieur Darmanin, il y a de quoi avoir honte".

Selon lui, "la réforme fiscale profite aux plus riches, et même aux plus riches parmi les plus riches". Il est aussi revenu sur la suppression des petites lignes de trains préconisée dans le rapport Spinetta. "C'est un mensonge majeur de faire croire que les régions, qui n'ont pas les moyens de les financer, ne supprimeront pas les 9.000 kilomètres de 'petites lignes' que le rapport Spinetta préconise de supprimer", a-t-il conclu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social NPA Olivier Besancenot
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792641546
Olivier Besancenot de retour et déterminé à mobiliser contre Emmanuel Macron
Olivier Besancenot de retour et déterminé à mobiliser contre Emmanuel Macron
ÉCLAIRAGE - Olivier Besancenot est bien décidé à mobiliser avant la contestation du 22 mars prochain. L'ancien candidat à la présidentielle de 2007 appelle à un front commun avec Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon.
http://www.rtl.fr/actu/politique/olivier-besancenot-de-retour-et-determine-a-mobiliser-contre-emmanuel-macron-7792641546
2018-03-16 09:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ukIcBWB27kUpeqqPvVKNJQ/330v220-2/online/image/2018/0315/7792641561_olivier-besancenot-le-19-novembre-2017.jpg