6 min de lecture Présidentielle 2017

VIDÉO - Présidentielle 2017 : retrouvez l'interview de Nicolas Sarkozy

Désormais candidat déclaré à la primaire de la droite, l'ancien chef de l'État a détaillé ses mesures sur le burkini et les heures supplémentaires défiscalisées, lundi 29 août.

Nicolas Sarkozy sur RTL, lundi 29 août
Nicolas Sarkozy sur RTL, lundi 29 août Crédit : Romain Boé
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
et Clémence Bauduin

La rentrée politique commence fort pour les candidats à la primaire de la droite, et en particulier pour Nicolas Sarkozy. L'ancien chef de l'État a officialisé sa candidature dans un livre, Tout pour la France, paru le mercredi 24 août. Séances de dédicaces, meeting à Châteaurenard... Le candidat, qui a cédé sa place de patron des Républicains à Laurent Wauquiez pour se consacrer à la campagne, multiplie les actions pour s'imposer face aux nombreux adversaires qu'il compte dans son propre camp.

Le weekend écoulé des 27 et 28 août démontre que Nicolas Sarkozy, vivement critiqué par les autres candidats en lice pour la primaire qui se tiendra les 20 et 27 novembre, aura du pain sur planche. Certains, à l'instar de François Fillon, lui reprochent ses "casseroles judiciaires" quand d'autres, comme Alain Juppé, feignent l'ignorance d'un candidat qui pèse pourtant largement dans les sondages. 

Selon notre dernier baromètre TNS Sofres-OnePoint pour RTL, LCI et Le Figaro publié le 28 août, Nicolas Sarkozy rattraperait progressivement la longueur d'avance tenue par Alain Juppé, gagnant 6 points d'intentions de vote dans les estimations pour le second tour de la primaire.

À lire aussi
Emmanuel Macron en campagne en 2017. Emmanuel Macron
Présidentielle 2017 : 4 donateurs d'Emmanuel Macron signalés au fisc

Retrouvez l'interview de Nicolas Sarkozy

8h45 : Le livre de Nicolas Sarkozy, Tout pour la France, a fait couler beaucoup d'encre, surtout le sur le T rouge de la couverture. Le candidat lève le mystère et indique que s'il gagne, le slogan se transformera en Tous pour la France". 

8h40 : "La loyauté est quelque chose d'important. Je suis un combattant, je suis un passionné, j'aime mon pays", insiste Nicolas Sarkozy. Sur les modalités de la primaire à droite, le candidat rappelle qu'"il faut respecter les règles et je les respecte. Celui qui sort premier doit rassembler tous les autres. Si je ne gagne pas la primaire, je soutiendrai le gagnant".

8h36 : Afin de lutter contre le terrorisme, Nicolas Sarkozy souhaite ouvrir des centres de déradicalisation. "Il faut appliquer un principe de précaution pour les fichés S et mettre en rétention les plus dangereux. Dix-huit mois après les attentats de Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, il n'y a pas toujours pas une place dans un centre de déradicalisation (...) Je crois à la nécessité de créer une cour spéciale pour le terrorisme".

8h30 : Un chef d'entreprise interpelle Nicolas Sarkozy sur la baisse du chômage. "Le secteur des transports routiers est l'un des secteurs les plus soumis à la concurrence. Je souhaite refonder de A à Z l'Europe qui n'a pas été faite pour être une concurrence déloyale. Je veux mettre fin aux statuts des travailleurs détachés. Je ne veux pas de taxe carbone en France, mais aux frontières de l'Europe. Dès juillet 2017, nous enverrons deux projets de lois : une déduction publique de 100 milliards d'euros et une baisse des charges de 34 milliards d'euros. On va modifier le droit social. Nous allons libérer les possibilités de temps de travail par un référendum dans l'entreprise", répond le candidat à la primaire à droite.

8h27 : "Pourquoi le prix du lait est bas en France ? Que peut faire l'Europe ?", demande un auditeur. "Si nous ne ferons rien, dans dix ans c'est l'ensemble de notre élevage et notre agriculture qui vont s'effondrer. Je ne crois pas qu'il faille fixer un prix unique. Il faut baisser mass les charges qui pèsent aujourd’hui sur les producteurs pour leur redonner de la compétitivité (...) Dès juillet 2017 je baisserai les charges de 34 milliards d'euros pour qu'on soit compétitifs. Il faut meilleur partage de la valeur".

8h22 : Première question d'un auditeur, Régis, qui ne souhaite plus avoir les mêmes promesses qu'en 2012. "La question est de décrire la réalité des Français. Je ne pense pas qu'il y ait d'identité heureuse. Vous faire rêver ? Ça veut dire quoi ? Les classes moyennes ont été matraquées d'impôts, travaillent toute la journée et se demandent comment ils vont faire vivre leur enfants", répond Nicolas Sarkozy. 

8h08 : Nicolas Sarkozy va désormais répondre aux questions des auditeurs et des internautes. 

8h06 : La première partie de l'interview de Nicolas Sarkozy est terminée. L'ancien président de la République a répondu aux questions d'Élizabeth Martichoux sur le burkini et les heures supplémentaires défiscalisées. Il en a profité pour adresser un message à ses rivaux, en particulier François Fillon : il assure qu'aucune critique ne sera fait à l'encontre de son ancien premier ministre et de ses anciens ministres

7h56 : "J'avais dit que j'arrêtais la politique et j'ai trouvé que 2 ans et demi après mon parti se déchirait. J'ai rassemblé mes amis, nous avons gagné les départementales et les régionales. Nous avons rétabli la situation financière du parti. Un défi se présente, ce défi s'appelle la France et j'ai bien l'intention de le mener de toutes mes forces", explique Nicolas Sarkozy qui ajoute : "J'ai beaucoup de défauts mais quand je ne dis pas ce que je pense, ça se voit et de plus en plus avec l'âge".

7h53 : Nicolas Sarkozy souhaite rétablir les heures supplémentaires défiscalisées : "Je souhaite que soit donné la priorité absolue au travail (...) Elles doivent être défiscalisées pour celui qui les touchent. Je souhaite que chaque entreprise puisse fixer la durée hebdomadaire du temps de travail dans l'entreprise". L'ancien président des Républicains ajoute : "François Hollande avait promis de rassembler la France. Quatre ans plus tard, on voit le résultat".

7h50 : Le candidat à la primaire à droite souhaite mettre en place une loi contre le burkini : "L'identité française est le fruit d'une culture, d'une langue". Nicolas Sarkozy souhaite "incarner l'autorité" et dénonce la "pagaille" au sein du gouvernement. "Aller au fond des débats ne veut pas dire se diviser", ajoute-t-il.

7h46 : Sur la polémique sur le burkini, Nicolas Sarkozy explique qu'il ne doit pas y avoir de "tyrannie des minorités". " Sur le territoire de la République, la femme et l'homme sont à égalité stricte. Je demande une loi parce qu'on ne peut pas laisser les maires seuls. Elle viserait spécifiquement le port du burkini sur la plage et dans les piscines. Est-ce que c'est la société qui s'adapte aux droits ou l'inverse (...) Cette affaire est une provocation d'un islam politique qui teste la résistance de la démocratie. Je crois que la règle apaise et l'absence de règle pousse chacun à des dérives".

7h43 : Le candidat à la présidentielle 2017 revient sur les attaques essuyées depuis l'annonce de sa candidature dans le livre Tout pour la France. "Les primaires ce n'est pas une procédure auxquelles les électeurs de la droite et du centre sont habitués (...) Ils ont peur que la droite revienne à ses démons de la division. Je ne me donnerai pas le ridicule d'attaquer celui avec qui j'ai travaillé pendant cinq ans", explique Nicolas Sarkozy. 

"Je m'engage à ne proférer aucune attaque contre les autres candidats car il y aurait un parfait ridicule de se déchirer sous les yeux ébahis des Français (...) Je ne critiquerai pas mon ancien premier ministre et mes ministres. Ce n'est pas un choix mais une obligation absolu", ajoute-t-il.

7h41 : Nicolas Sarkozy s'installe dans le studio de RTL. Il reviendra sur la polémique du burkini, mais aussi sur les heures supplémentaires défiscalisées.

7h35 : Plus que quelques minutes avant l'interview du candidat à la primaire à droite. 

7h30 : Lors d'un meeting, François Fillon, a attaqué Nicolas Sarkozy : "Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ?". "Il ne sert à rien de parler d'autorité quand on n'est pas soi-même irréprochable (...) Avoir une haute idée de la politique signifie que ceux qui briguent la confiance des Français doivent en être digne. Ceux qui ne respectent pas les lois de la République ne devraient pas pouvoir se présenter devant les électeurs", a-t-il ajouté. 
7h21 : Nicolas Sarkozy est arrivé dans les locaux de RTL. Il répondra aux questions d'Élizabeth Martichoux et des auditeurs dans quelques minutes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Nicolas Sarkozy Primaire Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784635939
VIDÉO - Présidentielle 2017 : retrouvez l'interview de Nicolas Sarkozy
VIDÉO - Présidentielle 2017 : retrouvez l'interview de Nicolas Sarkozy
Désormais candidat déclaré à la primaire de la droite, l'ancien chef de l'État a détaillé ses mesures sur le burkini et les heures supplémentaires défiscalisées, lundi 29 août.
http://www.rtl.fr/actu/politique/nicolas-sarkozy-est-l-invite-de-rtl-lundi-29-aout-posez-lui-vos-questions-7784635939
2016-08-28 22:54:00
http://media.rtl.fr/cache/bqn0-VMqCgQc-7vKZB_Ypg/330v220-2/online/image/2016/0829/7784638465_boe-rtl-nicolas-sarkozy-matinale-2016-08-29-4-5.jpg