Marine Le Pen craint que la crise migratoire signe "la fin des droits des femmes"

La présidente du Front national a réagi à la vague d'agressions sexuelles à Cologne le soir du Nouvel An, dans laquelle plusieurs demandeurs d'asile seraient impliqués.

La présidente du Front national Marine Le Pen.
Crédit : AFP
La présidente du Front national Marine Le Pen.

La présidente du Front national Marine Le Pen a fait part de son inquiétude après la série d'agressions sexuelles qui se sont déroulées le soir du nouvel An à Cologne. "La crise migratoire signe le début de la fin des droits des femmes" s'alarme la présidente du Front national, qui a "solennellement" demandé à François Hollande un référendum sur les questions d'immigration.

"Je repense à ces paroles de Simone de Beauvoir : 'N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des  femmes soient remis en question', et j'ai peur que la crise migratoire signe le début de la fin des droits des femmes", écrit Marine Le Pen dans une tribune publiée par le quotidien L'Opinion"Les Français savent que nous dénonçons l'immigration massive depuis des années" au nom de "ses conséquences sur la situation économique de la France, la cohésion sociale, la sécurité, la laïcité, l'assimilation des nouveaux venus, et plus largement l'identité nationale", affirme l'eurodéputée, mais pour elle l'afflux de migrants au sein de l'Union européenne en 2015 en a provoqué "deux nouvelles" conséquences : "le risque terroriste" et "la situation de la Femme".

François Hollande et Angela Merkel mis au banc des accusés

"En effet, alors que les langues commencent seulement à se délier, que les fausses pudeurs médiatiques tombent enfin, on prend connaissance des exactions auxquelles se sont livrés des migrants dans les pays qui en ont accueilli un grand nombre, en Allemagne surtout, mais pas seulement", poursuit Marine Le Pen, qui dit dans sa tribune s'exprimer en tant que "responsable politique" mais aussi comme "femme française libre". Tour à tour, la dirigeante d'extrême droite s'en prend à "l'irresponsabilité de Merkel", "la faiblesse de Hollande", "l'assentiment tacite de la gauche française" et balaie "une quelconque excuse à ces mâles déchaînés" auteurs des agressions à Cologne.

Dès lors, Marine Le Pen "demande solennellement au président de la République, sur ces sujets aussi cruciaux, de donner la parole à notre peuple, par référendum. Les Français souhaitent-ils oui ou non qu'on cesse d'accueillir  les migrants sur leur territoire ? Souhaitent-ils oui ou non sortir de l'espace Schengen et rétablir des contrôles permanents aux frontières nationales ? À ces deux questions je réponds, en tant que responsable politique, en tant que femme, un grand oui !". Le Front national demande très régulièrement des référendums, que ce soit sur l'Union européen (5 fois depuis 2012), l'immigration, la peine de mort ou encore l'ouverture du mariage aux couple homosexuels.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781330054
Marine Le Pen craint que la crise migratoire signe "la fin des droits des femmes"
Marine Le Pen craint que la crise migratoire signe "la fin des droits des femmes"
La présidente du Front national a réagi à la vague d'agressions sexuelles à Cologne le soir du Nouvel An, dans laquelle plusieurs demandeurs d'asile seraient impliqués.
http://www.rtl.fr/actu/politique/marine-le-pen-a-peur-que-la-crise-migratoire-signe-le-debut-de-la-fin-des-droits-des-femmes-7781330054
2016-01-13 20:18:00
http://media.rtl.fr/cache/3uje-Oc6TVoWeDOuJMq-AA/330v220-2/online/image/2015/1225/7781020066_5-marine-le-pen.jpg