2 min de lecture Polémique

"Le 'et en même temps social' très flou du gouvernement" décrypté par Alba Ventura

ÉDITO - On n'a pas fini de débattre des aides sociales et de leur efficacité, notamment dans l'entourage du président de la République. Comment baisser la dépense publique sans s'en prendre aux plus pauvres ? L'équation est compliquée.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
"Le 'et en même temps social' très flou du gouvernement" décrypté par Alba Ventura Crédit Image : AFP / Éric Cabanis | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Quelle cacophonie autour des arbitrages sur la refonte des aides sociales ! Cela fait des semaines que plusieurs ministres donnent de la voix. Dans le Journal du dimanche (daté 10 juin), la ministre de la Santé Agnès Buzyn a parlé du "maquis des aides sociales"tout en refusant de "remettre en cause toutes les prestations".

Il faut comprendre qu'au gouvernement, on tente de faire du "et en même temps social". Mais c'est assez flou effectivement. Prenez, par exemple, ce que disait Gabriel Attal dimanche au Grand Jury RTL. Le porte-parole du groupe La République En Marche à l'Assemblée expliquait que les aides sociales étaient "illisibles", mais en même temps qu'"il n'y aura pas de diminution des aides individualisées" et que l'on aurait tort de toucher à la prime d'activité.

Pourtant, cette prime d'activité, si je me souviens bien, était dans le viseur de Bercy lorsque Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, était venu à RTL fin mai. Le ministre disait qu'il y avait "trop d'aides sociales".

À lire aussi
Des CRS procèdent à l'évacuation du camp de migrants du "Millénaire" à Paris le 30 mai 2018 immigration
Migrants : les centres d'accueil fermés sont "ingérables", d'après Olivier Brachet

Un vocabulaire différent pour dire la même chose

Enfin, ça c'était avant de déclarer qu'il "fallait revoir le système, mais sans toucher aux aides sociales individualisées". Tout ça parce le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, avait avancé, lui, qu'il fallait revoir la "politique sociale" dès lors que la situation s'améliorait. Vous suivez jusque-là ? Non ? C'est normal.

Parce qu'en fait, ils disent tous la même chose. C'est le vocabulaire qui est différent. En fait, au départ, le débat a été lancé sous le volet économique, comptable, budgétaire. Erreur, pas de gros mots ! Alors maintenant, on préfère parler "d'efficacité".

Autrement dit, il y a une volonté d'y voir clair dans les aides sociales, de les rendre plus efficaces et d'accompagner les gens vers l'emploi, ce qui permettra de faire des économies. Mais en même temps de ne pas s'en prendre aux plus pauvres, de ne pas pénaliser ceux qui en ont le plus besoin. Traduction : émanciper par le travail et pas par le guichet d'allocations.

Sauf que l'équation n'est pas simple à résoudre. C'est pour ça que les annonces qui devaient être faites ce lundi 11 juin ont été repoussées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Social Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793703058
"Le 'et en même temps social' très flou du gouvernement" décrypté par Alba Ventura
"Le 'et en même temps social' très flou du gouvernement" décrypté par Alba Ventura
ÉDITO - On n'a pas fini de débattre des aides sociales et de leur efficacité, notamment dans l'entourage du président de la République. Comment baisser la dépense publique sans s'en prendre aux plus pauvres ? L'équation est compliquée.
http://www.rtl.fr/actu/politique/le-et-en-meme-temps-social-tres-flou-du-gouvernement-decrypte-par-alba-ventura-7793703058
2018-06-11 07:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/2IVfZ1hLRyNXRzVFilcH7w/330v220-2/online/image/2018/0611/7793703168_la-ministre-de-la-sante-agnes-buzyn-et-le-premier-ministre-edouard-philippe-le-7-juin-2018-a-beauchalot.jpg