3 min de lecture Fessenheim

Fermeture de Fessenheim : les antinucléaires sceptiques

C'était l'une de ses promesses de campagne en 2012, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim prévue par François Hollande déçoit aujourd'hui les antinucléaires, notamment à cause des négociations prévues avec EDF.

Un militant antinucléaire salue les activistes de Greenpeace lors de leur dernière action sur Fessenheim en avril 2014.
Un militant antinucléaire salue les activistes de Greenpeace lors de leur dernière action sur Fessenheim en avril 2014. Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Fermer la centrale de Fessenheim, oui, mais comment? Pour traduire dans les faits une promesse de campagne de 2012, le gouvernement de François Hollande privilégiera la négociation avec EDF, au risque de mécontenter les antinucléaires, qui auraient préféré davantage de fermeté.

Le projet de loi sur la transition énergétique, présenté cette semaine par Ségolène Royal, ne fait aucune mention du dossier Fessenheim, et ne dote pas non plus l'Etat du pouvoir de fermer une centrale.

Le nom de Fessenheim n'a pas à être indiqué dans une loi. C'est un engagement présidentiel. Juridiquement, c'est à l'entreprise de prendre ses responsabilités.

Ségolène Royal
Partager la citation

Le texte prévoit en revanche que l'Etat établira un "dialogue fructueux" avec l'exploitant, comme l'a précisé la ministre, et fixe un plafond maximal de production de l'ensemble du parc nucléaire, ce qui a d'ailleurs été plutôt bien accueilli par les parlementaires écologistes.

À lire aussi
Le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu le journal
Le journal de 12h30 : En toute discrétion, Sébastien Lecornu visite la centrale de Fessenheim

Avec ce plafond, si EDF veut mettre en service comme prévu son EPR à Flamanville dans la Manche en 2016, il devra en même temps fermer un réacteur... par exemple Fessenheim, même si la loi ne le précise pas. "Sauf que, sur le papier, rien n'empêche EDF de choisir d'en fermer une autre", note avec irritation André Hatz, porte-parole de l'association locale "Stop Fessenheim", qui se dit "très déçu" car avec ce projet, "c'est EDF qui pilote l'Etat, et non l'inverse".

"La dangerosité n'est plus évoquée"

Plus globalement, les anti-Fessenheim auraient souhaité un décret gouvernemental pour fermer la centrale "immédiatement, parce qu'elle est dangereuse". La sécurité est en effet au coeur des reproches adressés à la doyenne des centrales françaises.

En 2012, le candidat Hollande avait d'ailleurs justifié sa promesse de fermeture par le fait que Fessenheim était "proche d'une zone sismique, ce qui est quand même un risque". Seule l'Autorité de sûreté nucléaire, l'ASN, est cependant habilitée à évaluer ce risque, et à contraindre en conséquence l'opérateur EDF à arrêter l'installation. Or l'ASN a donné son feu vert, en 2011 et 2013, à l'exploitation des deux réacteurs de Fessenheim pour dix années supplémentaires.

Aujourd'hui, "c'est vrai, la dangerosité n'est plus évoquée" comme motif de fermeture, convient Jean-Michel Malerba, le délégué interministériel chargé du dossier. Mais quoi qu'il en soit "l'objectif d'une fermeture fin 2016 est maintenu".

Pour Arnaud Gossement, avocat spécialiste en droit de l'environnement, il n'était de toute façon "pas possible, sur un plan juridique", que l'Etat se dote du pouvoir d'imposer à EDF de fermer une centrale. Un tel dispositif aurait pu être retoqué par le Conseil constitutionnel pour violation du droit à la propriété, selon le juriste.

Des emplois menacés

L'engagement de François Hollande "a été pris trop vite, sans analyse juridique préalable", estime l'avocat. Pour autant, selon lui, la future loi fixe un "objectif très ambitieux" de réduction du nucléaire et entraînera nécessairement la fermeture de réacteurs. Reste que l'engagement du président se heurte toujours à une vive opposition, de la plupart des élus locaux comme des syndicats de la centrale, vent debout pour défendre quelque 2.000 emplois au total.

Pour le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, qui s'est rendu sur place la semaine dernière, "rien ne justifie la fermeture de l'usine". La mise à l'arrêt "serait une idiotie et nous ne laisserons pas faire", a-t-il prévenu. "Le gouvernement est piégé par cette promesse présidentielle", analyse de son côté Jean-Luc Cardoso, délégué CGT à Fessenheim. "

Maintenant qu'il faut trouver un autre argument que la supposée dangerosité, alors on nous dit que c'est une question de principe, un symbole pour la transition écologique.

Jean-Luc Cardoso
Partager la citation

Sur la même ligne, Michel Sordi, le député UMP de la circonscription, ne comprend pas qu'on veuille "fermer une usine qui emploie 2.000 personnes et qui gagne de l'argent". "Il faut reporter cette fermeture, car localement rien n'est prêt", plaide le parlementaire, pour qui "l'échéance de 2016 est intenable".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fessenheim Centrale Nucléaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7772732364
Fermeture de Fessenheim : les antinucléaires sceptiques
Fermeture de Fessenheim : les antinucléaires sceptiques
C'était l'une de ses promesses de campagne en 2012, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim prévue par François Hollande déçoit aujourd'hui les antinucléaires, notamment à cause des négociations prévues avec EDF.
http://www.rtl.fr/actu/politique/fermeture-de-fessenheim-les-antinucleaires-sceptiques-7772732364
2014-06-19 07:56:00
http://media.rtl.fr/cache/PKpefiUHOk3p5lDXaiKjiw/330v220-2/online/image/2014/0619/7772732604_un-militant-antinucleaire-salue-les-activistes-de-greenpeace-lors-de-leur-derniere-action-sur-fessenheim-en-avril-2014.jpg