2 min de lecture Présidentielle américaine 2016

Présidentielle américaine 2016 : "Ca sent la panique chez les adversaires de Donald Trump", commente Isabelle Dath

REPLAY / ÉDITO - À six semaines de la dernière primaire aux États-Unis, les adversaires républicains de Donald Trump font une alliance inédite pour tenter de lui barrer la route.

Alain Duhamel L'Edito d'Alain Duhamel Alain Duhamel
>
Présidentielle américaine 2016 : "Ca sent la panique chez les adversaires de Donald Trump", commente Isabelle Dath Crédit Image : Nam Y. Huh/AP/SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Dath à New York
Isabelle Dath et La rédaction numérique de RTL

Un Super Tuesday décisif a lieu en ce moment aux États-Unis dans cinq états du nord-est : le Connecticut, le Delaware, la Pennsylvanie, le Maryland et Rhode Island. Hillary Clinton, côté Démocrates et Donald Trump, chez les Républicains, devraient en sortir vainqueurs. Mais les Républicains ont mis en place une stratégie inédite. "À six semaines de la dernière primaire, ça sent la panique face à la course en tête de l'homme aux dérapages et aux propositions musclées", commente Isabelle Dath. 
Après de multiples initiatives personnelles, les concurrents de Donald Trump ont décidé de faire front commun pour le combattre. Il s'agit d'une alliance sans précédent entre le très conservateur Ted Cruz et le plus pondéré John Kasich. En fonction de leurs chances de remporter tel ou tel état, ils ont décidé de laisser le champ libre à l'autre pour rassembler un maximum de voix anti-Trump. "C'est un pacte de non-agression, non pas pour obtenir l'investiture républicaine grâce aux primaires, qu'ils ne sont plus en mesure de décrocher, mais pour lui barrer la route, l'empêcher d'atteindre le "magic number", explique Isabelle Dath. 

Un pari qui arrive trop tard ?

Ce chiffre est celui des 1237 délégués nécessaires pour être candidat du parti. Il en manque 400 aujourd'hui au milliardaire. Sans cette majorité absolue, la désignation du candidat républicain dépendrait d'un vote individuel des délégués durant la convention de Cleveland de juillet. "Cela rebattrait toute les cartes, avec des rebondissements, des scénarios, des renversements d'alliances avec des résultats totalement imprévisibles", prédit Isabelle Dath. 

Mais selon l'éditorialiste, ce pari arrive sûrement trop tard, d'autant plus que "les électeurs sont rarement fans de ce genre de magouille". Donald Trump s'est déjà empressé de qualifié cette alliance comme un "acte désespéré". Enfin, signe de cette primaire chaotique, le milliardaire Charles Koch, grand financier des Républicains, a laissé entendre qu'Hillary Clinton serait préférable au "détestable Trump et autres tocards" et garde les 900 millions de dollars qu'il avait prévu de verser dans la campagne. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle américaine 2016 Donald Trump Élections américaines
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782999108
Présidentielle américaine 2016 : "Ca sent la panique chez les adversaires de Donald Trump", commente Isabelle Dath
Présidentielle américaine 2016 : "Ca sent la panique chez les adversaires de Donald Trump", commente Isabelle Dath
REPLAY / ÉDITO - À six semaines de la dernière primaire aux États-Unis, les adversaires républicains de Donald Trump font une alliance inédite pour tenter de lui barrer la route.
http://www.rtl.fr/actu/international/presidentielle-americaine-2016-ca-sent-la-panique-chez-les-adversaires-de-donald-trump-commente-isabelle-dath-7782999108
2016-04-26 20:07:00
http://media.rtl.fr/cache/ZqU-Kx82GgqJxooPvC5odg/330v220-2/online/image/2016/0331/7782626882_donald-trump-lors-d-un-meeting-le-30-mars-2016.jpg