2 min de lecture États-Unis

États-Unis : la Maison Blanche secouée par une affaire de violences conjugales

Deux employés ont présenté leur démission en raison d'accusation de violences conjugales de la part de leurs ex-femmes.

La Maison Blanche à Washington (illustration).
La Maison Blanche à Washington (illustration).
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Deux employés de la Maison Blanche ont démissionné coup sur coup en raison d'accusations de violences conjugales de la part de leurs ex-femmes, un scandale qui éclaboussait vendredi 9 février l'entourage immédiat du président américain. 

En particulier, le secrétaire général de la Maison Blanche John Kelly, et la directrice de la communication de l'exécutif Hope Hicks sont pris dans la tourmente depuis la démission mercredi de l'ancien conseiller de Donald Trump, Rob Porter, accusé par deux ex-épouses d'agressions physiques et d'abus psychologiques. Son départ a été suivi par celui vendredi de David Sorensen, chargé de la rédaction de discours. Les deux hommes ont nié les allégations. 

On reproche notamment à John Kelly d'avoir été au courant du passé sulfureux de Rob Porter, secrétaire du personnel de la Maison Blanche, et de l'avoir néanmoins laissé naviguer au plus proche de Donald Trump bien que son passif ne lui eut pas permis d'obtenir un feu vert complet à l'issue de la vérification de sécurité à laquelle se soumettent les employés du 1600 Pennsylvania Avenue. 

À lire aussi
Donald Trump au Forum économique mondial, à Davos le 25 janvier 2018 États-Unis
Ingérences russes : Donald Trump appelle les États-Unis à se "réveiller"

Donald Trump est "surpris"

Hope Hicks est pointée du doigt pour la gestion de la communication autour de cette affaire, à savoir un long silence jusqu'à ce que les accusations ne soient rendues publiques, d'autant qu'elle entretenait une relation avec l'intéressé. Autant de zones grises qui soulèvent depuis quelques jours les interrogations sur le climat éthique et le recrutement au sein de la Maison Blanche. 

Interrogé vendredi sur le départ de Rob Porter, Donald Trump a affirmé avoir été "surpris" lorsqu'il a appris la situation "récemment". "Mais nous lui souhaitons le meilleur. (...) C'est évidemment un moment difficile pour lui. Il a fait du très bon travail pendant qu'il était à la Maison Blanche", a souligné dans le Bureau ovale le milliardaire républicain, rappelant que son ancien conseiller "dit qu'il est innocent et je pense qu'il faut s'en souvenir". 

"J'étais atterré quand j'ai appris les accusations à l'encontre de Rob Porter. J'ai appris les allégations d'abus conjugaux au moment où il a démissionné", a assuré pour sa part le vice-président Mike Pence, lors d'un entretien à NBC en Corée du Sud. "Il n'y a pas de tolérance au sein de cette Maison Blanche ni de place en Amérique pour les abus conjugaux", a-t-il martelé. 

Le camp démocrate demande des comptes

Du côté de l'opposition démocrate, on déplore que la Maison Blanche ait attendu d'être dos au mur pour se décider à réagir. "C'est alarmant que Rob Porter soit resté à un poste d'influence alors même que les révélations sur ses abus conjugaux étaient apparemment connus des proches collaborateurs de Donald Trump", a dénoncé la parlementaire démocrate du New Hampshire Ann McLane Kuster.  "Nous devons savoir qui savait quoi, et quand", a-t-elle ajouté. 

C'est exactement le genre de "détails" sur lesquels la Maison Blanche n'entend pas communiquer, a affirmé jeudi le porte-parole adjoint de l'exécutif, Raj Shah. Il a simplement souligné que John Kelly "n'a pas eu pleinement connaissance des accusations" avant le jour de la démission de Rob Porter.  


Le président et de "nombreux" employés de la Maison Blanche sont hérissés par le soutien de John Kelly envers Rob Porter et parce qu'il a faussement affirmé avoir œuvré activement à son renvoi dès que les accusations de violences conjugales ont émergé, a indiqué le New York Times vendredi soir. La Maison Blanche a démenti des rumeurs d'une démission de John Kelly.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Droits des femmes Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792204919
États-Unis : la Maison Blanche secouée par une affaire de violences conjugales
États-Unis : la Maison Blanche secouée par une affaire de violences conjugales
Deux employés ont présenté leur démission en raison d'accusation de violences conjugales de la part de leurs ex-femmes.
http://www.rtl.fr/actu/international/etats-unis-la-maison-blanche-secouee-par-une-affaire-de-violences-conjugales-7792204919
2018-02-10 08:00:17
http://media.rtl.fr/cache/G29ZfRnMntAtddykq0sQtA/330v220-2/online/image/2015/0818/7779426297_la-maison-blanche-a-washington-illustration.jpg