2 min de lecture Entreprises

Les ennuis de General Electric risquent de ruisseler sur la France

ÉDITO - Le géant américain General Electric annonce une vaste restructuration et une vague de licenciements dans le monde. Un dossier qui concerne la France.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
Les ennuis de General Electric risquent de ruisseler sur la France - Eco Menanteau Crédit Image : AFP / SEBASTIEN BOZON | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

General Electric a vu sa valeur fondre de 100 milliards de dollars depuis janvier. Cela ne peut pas nous laisser indifférent. Le géant américain fait partie de notre histoire industrielle depuis 1892. Il emploie aujourd'hui encore plus de 16.000 salariés en France. Or tout indique que l'entreprise projette de se séparer de 25% de ses salariés à travers le monde. Principalement dans les domaines de la recherche, du numérique et dans ses sièges. Trois pôles d'excellence où les filiales françaises sont très présentes, et dans lesquelles la société américaine s'est engagée à recruter lors du rachat d'Alstom Energie en 2014-2015. Elle avait alors promis 1.000 embauches nettes. On craint désormais des milliers de suppressions brutes.

Les usines récemment rachetées sont concernées au premier chef. Le nouveau patron de General Electric s'est, en effet, officiellement déclaré peu satisfait des performances d'Alstom. Le nouveau PDG veut réorganiser cette division qui fabrique les turbines à gaz, à vapeur et les génératrices grandes puissances. Il en espère un milliard de dollars d'économie en 2018. L'énormité du chiffre et la rapidité du mouvement présagent d'une transformation violente. Le choc pourrait donc frapper les activités de General Energie en France. Les unités de production tricolores, comme celle de Belfort, ou les expertises hydroélectriques de Grenoble seraient alors en première ligne.

En revanche, la co-entreprise General Electric-Safran, qui domine le marché mondial avec ses moteurs d'avions nouvelle génération, est à l'abri avec un carnet d'ordre plein pour plusieurs années. Cela dit, si la pression de Wall Street sur General Electric ne se relâche pas, le président Macron - qui fut au plus près des négociations sur le dossier Alstom - devra, fut-ce officieusement, replonger dans ce dossier. Au moins pour limiter la casse.

À lire aussi
Maurice Lévy, ex-président du groupe Publicis économie
Maurice Lévy : "On peut être ce que l'on aurait voulu être et ce que l'on est"

Les plus

- L'impôt à la source sera bel et bien effectif en janvier 2019.

- Carmat, le pionnier du cœur artificiel, a signé un partenariat industriel avec Michelin et Fives pour une production à grande échelle.

La note du jour

07/20 à Autolib. Les abonnées sont en baisse (-5%), ce qui laisse craindre une aggravation des pertes à la charge du contribuable parisien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Entreprises General Electric Industrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790950799
Les ennuis de General Electric risquent de ruisseler sur la France
Les ennuis de General Electric risquent de ruisseler sur la France
ÉDITO - Le géant américain General Electric annonce une vaste restructuration et une vague de licenciements dans le monde. Un dossier qui concerne la France.
http://www.rtl.fr/actu/conso/les-ennuis-de-general-electric-risquent-de-ruisseler-sur-la-france-7790950799
2017-11-14 07:30:00
http://media.rtl.fr/cache/gysxntC3YqvxjM6f5yp19A/330v220-2/online/image/2017/1114/7790950914_la-devanture-d-une-usine-general-electrics-a-belfort-en-france-le-8-decembre-2011.jpg