Air France : "On ne peut plus accepter tout et n'importe quoi", regrette Éric Woerth

REPLAY / INVITÉ RTL - Pour l'ancien ministre du Travail, l'intervention de Myriam El Khomri dans ce dossier est la preuve "qu'on est dans le contraire absolu que ce que doit être le marché du travail".

>
"On ne peut plus accepter tout et n'importe quoi", dénonce Éric Woerth Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel Télécharger

L'affaire des violences à Air France n'est pas encore terminée. Celle-ci a connu un nouveau rebondissement alors que le salarié, délégué de la CGT soupçonné d'avoir participé aux violences sur deux vigiles et sur le DRH Xavier Broseta, n'a pas été licencié. Si quatre salariés ont dû quitter l'aventure, le délégué syndical bénéficie d'un statut protégé qui oblige la saisie de l'inspection du travail. "À ce stade, il faut être prudent. il faut vérifier que les faits ont été véritablement accomplis et que cette personne a usé de violences. Si c'est le cas, cela vaut le licenciement. Il ne peut y avoir de violence au sein même d'une société", tempère Éric Woerth.

Mais l'ancien ministre du Travail se montre malgré tout très critique quant au déroulement des faits et aux sanctions potentielles alors que la ministre du Travail Myriam El Khomri doit statuer sur le dossier dans les quatre mois à venir. "Il faut reformer et contredire l'inspection du Travail", clame-t-il. Et ce afin de rassurer les entreprises : "On ne peut plus accepter tout et n'importe quoi. Les entreprises ne recruteront plus si on empêche le licenciement". "Que le ministre soit en capacité de dire ou non qu'un salarié d'une entreprise privée puisse être licencié, on est dans le contraire absolu que ce que doit être le marché du travail aujourd'hui". 

Il faut revoir toute la démocratie sociale au sein de l'entreprise

Éric Woerth

Selon lui, les salariés syndiqués sont trop protégés. "Il doit y avoir une protection naturelle quand on exerce un mandat mais l'exercice de ce mandat est utilisé à d'autres fins. Il faut revoir toute la démocratie sociale au sein de l'entreprise. Il faut des représentants du personnel mais il faut faire évoluer les seuils, revoir les modalités d'élection, qu'il y ait des référendums dans les entreprises", liste-t-il. 

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781490632
Air France : "On ne peut plus accepter tout et n'importe quoi", regrette Éric Woerth
Air France : "On ne peut plus accepter tout et n'importe quoi", regrette Éric Woerth
REPLAY / INVITÉ RTL - Pour l'ancien ministre du Travail, l'intervention de Myriam El Khomri dans ce dossier est la preuve "qu'on est dans le contraire absolu que ce que doit être le marché du travail".
http://www.rtl.fr/actu/conso/air-france-on-ne-peut-plus-accepter-tout-et-n-importe-quoi-regrette-eric-woerth-7781490632
2016-01-21 21:05:00
http://media.rtl.fr/cache/FGrKUbfsHdx1J9TyHitkMQ/330v220-2/online/image/2015/0602/7778569131_eric-woerth-lors-du-congres-des-republicains-le-30-mai-2015.jpg