Course à pied : "Gare à la fracture de fatigue", avertit Michel Cymes

ÉDITO - Cette pathologie résulte d'une activité physique intensive. Le traumatisme n'est pas toujours apparent.

Des coureurs participant au Marathon de Paris, en avril 2016 >
Fou de course à pied : attention à la fracture de fatigue ! Crédit Image : SIPA | Crédits Média : RTL.fr | Durée : | Date :
1/

Comme nous vous alertons sans cesse sur la nécessité de faire du sport, il faut aussi évoquer certains méfaits (sous peine d'être accusé de rétention d'information). Le terme de "fracture de fatigue" est une traduction approximative d'une formule qui nous vient des Anglais, "stress fracture". Le stress en question n'a rien à avoir avec celui qui vous prend la tête quand vous avez mille choses à faire dans la journée. Ici, il s'agit de celui qu'endurent les cellules osseuses du coureur qui court un peut trop.

Cela se passe en général du côté du tibia, du péroné ou des métatarses (les os qui se trouvent à l'avant du pied). Sollicité de manière trop intensive, le tissu osseux a besoin d'être renouvelé plus rapidement. Mais parfois, il ne peut pas suivre le rythme. En conséquence, les os finissent par craquer, au propre comme au figuré. Cela commence par une petite fissure, pratiquement indétectable à l’œil nu mais qui peut se transformer en crevasse si on n'en tient pas compte.

Si la douleur revient systématiquement à chaque course, il faut se poser des questions

Michel Cymes

Les "runners" doivent donc être attentifs aux messages que leur envoie leur organisme. Si la douleur revient systématiquement à chaque course, il faut se poser des questions. Si en plus cette douleur est apparue à l'issue d'une course différente de celle que vous faite d'habitude (plus longue, plus intense ou sur un autre terrain), si elle survient après une grande quantité d'entraînements, vous devez redoubler de vigilance. La fracture de fatigue est sournoise : elle va s'installer, elle n'apparaît après aucun traumatisme direct, la radio ne suffit pas pour la diagnostiquer (il faut avoir recours à l'IRM).

En cas de fracture de fatigue, il n'y a qu'une seule solution : le repos. Vous n'avez plus qu'à attendre. Si vous avez vraiment la bougeotte, vous attendez quand même. Il y en a pour un mois. Lors de la reprise de l'entraînement, allez-y mollo pour éviter le surmenage. Revoyez votre façon de courir : la fracture peut être due à une mauvaise posture qu'il faudra corriger. N'hésitez pas à consulter un médecin du sport.

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7784950419
Course à pied : "Gare à la fracture de fatigue", avertit Michel Cymes
Course à pied : "Gare à la fracture de fatigue", avertit Michel Cymes
ÉDITO - Cette pathologie résulte d'une activité physique intensive. Le traumatisme n'est pas toujours apparent.
http://www.rtl.fr/actu/bien-etre/course-a-pied-gare-a-la-fracture-de-fatigue-avertit-michel-cymes-7784950419
2016-09-22 12:18:34
http://media.rtl.fr/cache/jw0dOcm-FEkADtB3Hz_CSA/330v220-2/online/image/2016/0922/7784953165_des-coureurs-participant-au-marathon-de-paris-en-avril-2016.jpg