3 min de lecture Olympique de Marseille

Olympique de Marseille : ce qui a changé depuis l'arrivée de Rudi Garcia

DÉCRYPTAGE - Le successeur de Franck Passi est en poste depuis un mois. Bilan : deux victoires, deux nuls, une défaite et plusieurs changements.

Rudi Garcia au stade Vélodrome le 20 novembre 2016
Rudi Garcia au stade Vélodrome le 20 novembre 2016 Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Soir de premières au stade Vélodrome dimanche 20 novembre face à Caen (1-0). Pour Rudi Garcia, vainqueur de son premier match en tant qu'entraîneur de l'Olympique de Marseille. Et pour le nouveau propriétaire américain Frank McCourt, qui a enfin eu le loisir d'assister depuis les tribunes à un but de son équipe, après trois 0-0 contre Lyon, à Paris et face à Bordeaux. 
Intronisé sept semaines après le début du processus du rachat du club à Margarita Louis-Dreyfus, à la place d'un Franck Passi moins charismatique, voilà Garcia en poste depuis un mois. Quatre semaines marquées par une bonne tenue lors du Clasico au Parc des Princes, une qualification loin d'être simple pour les 8es de finale de la Coupe de la Ligue à Clermont, club de Ligue 2, un nul sans saveur contre les Girondins, une déroute à Montpellier. Et des choix forts.

Buteur contre les Normands, Rolando en est le symbole majeur. Relégué en début de saison au quatrième rang de la hiérarchie des défenseurs centraux derrière le Slovaque Tomas Hubocan, le Brésilien Doria et le Néerlandais Karim Rekik, et même au cinquième rang quand Rod Fanni a retrouvé son niveau de forme, le Portugais revit. Systématiquement aligné depuis le 23 octobre, il a même été promu capitaine à Montpellier, alors que Lassana Diarra était sur la pelouse. 

Rolando, Lopez et Machach grands gagnants, Leya Iseka et Khaoui ont disparu

Alignée lors des cinq premières rencontres de la saison par Passi, la charnière Hubocan-Doria a vécu. Les deux hommes sont restés sur le banc contre Caen. Hiroki Sakai, Fanni, Rolando et Karim Rekik en l'absence d'Henri Bédimo : Garcia tient sa défense. Si Doria a intégralement joué les quatre premiers matches avec l'ancien coach de l'AS Rome, Hubocan n'est plus réapparu depuis mi-octobre.

Au milieu, les grands bénéficiaires depuis l'éviction de Passi se nomment Maxime Lopez et Zinédine Machach. À seulement 18 ans, le premier ne quitte plus l'équipe depuis le succès à Clermont. À peine plus âgé (20 ans), le second compte déjà une titularisation de plus en un mois qu'en deux précédemment. Garcia le préfère à Rémy Cabella ou André-Frank Zambo-Anguissa, visiblement moins en odeur de sainteté.

À lire aussi
Radonjic a raté l'une des seules occasions de l'OM, à la 45e minute, sur une superbe passe de Benedetto. résultat
Ligue 1 : coup d'arrêt pour l'OM tenu en échec par Angers

Aaron Leya Iseka et Saïf-Eddine Khaoui, eux, n'étaient même pas dans le dernier groupe de 18 joueurs. Publiquement taclé pour son "manque de professionnalisme" après s'être trompé de lieu de rendez-vous avant le match à Montpellier, le petit frère de Michy Batshuayi a été envoyé en CFA. Pour Khaoui, transfuge de Tours cet été, le début de saison avec une titularisation et quatre entrées en jeu semble loin. Désormais, c'est Antoine Rabillard qui entre en fin de match pour apporter du jus en attaque.

Le 4-3-3 installé

Le choix des hommes tient également en partie à celui du système. Passi alternait entre le 4-2-3-1 et le 4-4-2. La page de l'ultra-défensif 5-3-2 proposé, avec succès, au Parc des Princes tournée, Garcia n'a fait jouer ses troupes qu'en 4-3-3, même s'il souhaite qu'elles soient capables d'en changer si besoin. Dans ce schéma, Florian Thauvin a toujours évolué à droite et Bétimbi Gomis dans l'axe, sauf lors de sa suspension à Montpellier.

À gauche, Romain Alessandrini s'impose depuis son retour de blessure fin octobre, reléguant Bouna Sarr sur le banc. Blessé, Clinton Njie l'est en ce moment. Mais ni ses prestations contre Paris et Montpellier, ni son implication aux entraînements n'ont pour l'instant complètement séduit le nouveau coach. Semaine après semaine, et plus encore depuis la trêve internationale, l'OM de Garcia s'affine. Les déplacements à Monaco (samedi 26 novembre) et à Saint-Étienne (mercredi 30) en diront plus sur son état de forme. Et sur les choix effectués.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Olympique de Marseille Rudi Garcia Ligue 1 Conforama
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants