1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. José Mourinho limogé de Chelsea, pourquoi le départ était inéluctable
3 min de lecture

José Mourinho limogé de Chelsea, pourquoi le départ était inéluctable

ÉCLAIRAGE - L'entraîneur de Chelsea a été limogé jeudi 17 décembre. Après deux ans et demi chez les Blues, le Portugais a été prié de prendre la porte pour la seconde fois.

Jose Mourinho en octobre 2015
Jose Mourinho en octobre 2015
Crédit : AFP/I.Kington
Claire Gaveau
Claire Gaveau

La nouvelle est venue nourrir la une des médias sportifs dans le monde entier. José Mourinho, un des entraîneurs les plus renommés et charismatiques de la planète football, a été limogé de Chelsea jeudi 17 décembre. Le blues lancinant présent dans le club londonien, 16e du championnat, a eu la peau de l'entraîneur portugais. Après le "Special One" lors de sa première aventure à Londres, puis le "Happy One" lors de son retour en 2013, José Mourinho est aujourd'hui devenu le "Sacked One". Comprenez, "le viré".

Avec deux Ligues des champions, une Europa League, une Liga, trois Premier League ou encore deux Serie A, José Mourinho est une véritable référence de la scène footballistique. Pourtant, cette saison est jusqu'à présent cauchemardesque pour le Portugais. Avec seulement quatre victoires, pour trois nuls et neuf défaites, le spécialiste n'a pas survécu à ce triste constat. Une position loin du prestige des Blues, loin des concurrents directs à l'instar d'Arsenal (2e), Manchester City (3e) ou Manchester United (4e), loin du niveau d'un champion d'Angleterre en titre. 

Un caractère pointé du doigt

La défaite lundi 14 décembre à Leicester (2-1), leader surprise du championnat, n'a fait qu'accélérer une décision devenue presque inévitable tant l'entraîneur portugais était sur un siège éjectable depuis plusieurs semaines alors que Chelsea végète à la seizième position, à un point de la zone de relégation. Les récentes déclarations du Special One n'y changeant rien : "Si le club veut me licencier, il doit me licencier parce que je ne suis pas prêt à partir. S’ils me virent, ils virent le meilleur entraîneur de leur histoire et ils donnent le message que c’est l’entraîneur qui est coupable des mauvais résultats". Une sortie médiatique à l'image du personnage, colérique, qui s'est distingué à de nombreuses reprises en conférence de presse ou interview

Et si Chelsea a rendu hommage à "ses trois titres de champion, sa Coupe d'Angleterre, sa victoire dans le Community Shield et ses trois Coupes de la Ligue sur deux mandats", le divorce était largement consommé entre le club et l'entraîneur. Après deux ans et demi, et malgré un contrat prolongé de quatre ans en août dernier, le discours de José Mourinho semblait dorénavant vide de sens. Il faut dire que les longs mandats ne sont pas la spécialité du Portugais. Si sa méthode n'est plus à démontrer, elle apparaît en revanche périssable alors qu'il a enchaîné deux ans à Porto, trois à Chelsea, deux à l'Inter Milan, trois au Real Madrid et encore deux ans et demi à Chelsea sans jamais s'imposer sur le long terme malgré des résultats souvent probants.

Le vestiaire éclaté derrière le Special One

À lire aussi

Ses coups de gueule au sein du vestiaire ou ses coups de sang vis à vis de l'arbitrage ont donc eu raison du technicien de 52 ans. Si certains joueurs à l'instar de Cesc Fabregas ont soutenu leur désormais ex-entraîneur, les tensions au sein du vestiaire londonien n'ont cessé d'accroître au fil des défaites. Dès le premier match de la saison, le ton était donné avec l'affaire Eva Carneiro, médecin du club qui s'était fait chahutée par José Mourinho pour avoir soigné Eden Hazard alors que Chelsea était déjà en infériorité numérique. 

À mi-championnat, la saison des Blues est déjà largement chamboulée par différentes polémiques. Outre l'affaire Eva Carneiro, la mise à l'écart du capitaine emblématique John Terry a fait parler, de même que le tacle glissé à destination d'Eden Hazard. "Je continuerai dans cette voie à moins qu'il aille dans notre direction, qu'il essaie de jouer de cette façon", avait-il déclaré sur le Belge, élu meilleur joueur de la Premier League la saison précédente et élément incontournable de l'effectif londonien.

Des débordements et des différends récurrents dans les clubs menés par José Mourinho. Recruté en 2010 par le Real Madrid, le Special One avait pour mission première de gérer la pléiade de stars de la maison blanche parmi lesquelles Cristiano Ronaldo, Karim benzema, Xabi Alonso ou encore Kaka. Mais sa relation avec Iker Casillas avait alors attiré tous les regards alors que le capitaine Merengue avait été relégué sur le banc puis poussé vers la sortie en 2013, symbole d'une toute-puissance de l'entraîneur portugais, qui a parfois ses limites. Et pour la seconde fois à Chelsea, le Mou' a été contraint de faire ses valises.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/