4 min de lecture Michel Polnareff

Michel Polnareff : un concert enlevé entre modernité et nostalgie à l’AccorHotels Arena de Paris

NOUS Y ÉTIONS - Le chanteur aux célèbres lunettes blanches a conquis le public parisien samedi 7 mai 2016. Retour sur la première date d’une série de quatre concerts à l’AccorHotels Arena de Paris.

Après Épernay, Michel Polnareff a enchanté le public parisien
Après Épernay, Michel Polnareff a enchanté le public parisien Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
101950880063477939242
Sylvain Zimmermann
Journaliste RTL

Le 2 mars 2007, Michel Polnareff effectuait son grand retour sur scène, à Bercy, après 34 années d’absence. Le Tout-Paris y était. La première date historique d’une soixantaine de concerts à travers toute la France. Un million de spectateurs, un show sous la Tour Eiffel pour célébrer Ze (re) Tour. Neuf ans après, l’Amiral a de nouveau fait escale dans la salle parisienne rebaptisée AccorHotels Arena samedi 7 mai 2016. L’occasion de confirmer les bonnes impressions du premier show de sa tournée à Épernay.

"Michel, Michel, Michel". Le public attend impatiemment l’homme aux célèbres lunettes blanches. Parmi les spectateurs, on remarque d’ailleurs quelques sosies plus ou moins ressemblants, une délégation de fans japonais, de nombreux nostalgiques qui révisent déjà leurs classiques avec leurs voisins. À 20h52, les lumières s'éteignent et un compte à rebours surmonté d'un portrait de Polnareff fait son apparition. Quelques notes de piano résonnent, un chœur gospel, puis le chanteur déboule sur scène, chemise blanche en queue de pie surmontée d’une veste noire. Ovation. Après avoir nargué les "détracteurs", il entonne Je suis un homme, repris instantanément par les premiers rangs. 

Le chanteur salue ses fans et lance une réplique dont lui seul a le secret : "J’ai calculé, il y a 18.263 jours que vous m’avez vu à la télé !" Polnareff enchaîne sans plus attendre avec l'un de ses plus grands tubes La Poupée qui fait non. Les "non, non, non" sont repris par toute la salle. Puis, il poursuit dans la foulée par J'aimerais faire l’amour avec toi. Qu'importe s'il n'a pas de nouvel album studio à défendre, Polnareff a décidé de faire plaisir à son public.

À lire aussi
Michel Polnareff à Bruxelles en novembre 2016 musique
Michel Polnareff dévoile "Grandis pas", extrait de son prochain album, "Enfin"

Une mise en scène moderne

Le décor est résolument moderne, avec un fond de scène composé de cubes animés et d’un grand écran central. Un impressionnant dispositif vidéo qui change d'apparence en fonction des tableaux. On compte sept musiciens, quatre choristes. Tous très bons. De même que Polnareff qui, malgré ses 71 ans, conserve une voix remarquable, puissante. On retrouve sa tessiture inimitable. Dans les gradins, plusieurs personnalités ont fait le déplacement : Michel Drucker, Joyce Jonathan, Calogero. Tous sont captivés par le spectacle. 

Polnareff, comme à son habitude, multiplie les bons mots, joue avec le public qu’il ne trouve pas assez réveillé. "Avant ça s'appelait Bercy, maintenant je sais pourquoi ça s'appelle AccorHotels Arena, c'est parce que tout le monde est couché... Non seulement, je ne vous entends pas, mais je ne vous vois pas ! Bon, les moussaillons, je compte sur vous." Le concert devient plus rock, avec Tam-Tam, impressionnant qui se termine sur un énorme solo de Tony MacAlpine.  21h27, Michel Polnareff se glisse derrière son piano. Il chante son étrange dernier single L'Homme en rouge sorti pour Noël 2015. À l’issue de celui-ci, le chanteur se tourne vers le public : "Il y avait tellement de fleurs dans ma loge ce soir que j'ai cru que j'étais mort. Et bien non !" Des rires parcourent l’assistance. 

Salut à Jean-Loup Dabadie et un hommage à Prince

Un grand voile descend sur scène, séparant la star de ses musiciens. Formant un deuxième écran. Polnareff interprète L'Homme qui pleurait des larmes de verre, puis Qui a tué Grand’ maman ? Un arbre en images de synthèse apparaît au-dessus du chanteur. Les feuilles jaunissent, tombent. La nostalgie est palpable. Puis les premières notes de Lettre à France résonnent, des frissons parcourent la salle. "Je sais que Jean-Loup Dabadie a les larmes aux yeux au moment où je joue", déclare Polnareff. L’auteur de la chanson, présent non loin de nous, visiblement ému, lève le bras. Sur l’écran des statues apparaissent puis explosent. Ce titre, intense et mélancolique, reste un monument de la chanson française 39 ans après sa sortie. 

Les classiques s’enchaînent : Love Me, Please Love Me sur lequel les spectateurs agitent leurs portables, l’immense Bal des Laze enveloppé dans des lumières rouges superbes et inquiétantes, La Mouche, Holidays, Dans la rue. On prend la mesure de l'incroyable répertoire de Polnareff. Le chanteur n’oublie pas non plus de rendre hommage à Prince, disparu le 21 avril à l'âge de 57 ans, avec une reprise par ses choristes de Purple Rain et un Love Symbol géant projeté sur l’écran central. "C'est pour ça qu'il faut aimer les artistes de leur vivant", lâche Polnareff. L’artiste invite le public à se rapprocher de la scène. 

La fin du concert est désormais festive : Y a qu’un cheveu, Goodbye Marylou sur laquelle Polnareff atteint encore des notes aiguës. Le rappel n’est qu’amour et communion avec le public : Tout, tout pour ma chérie, Kâma-Sutrâ, et On ira tous au paradis en version karaoké géant. Les moussaillons étaient aux anges.

La rédaction vous recommande

   

Lire la suite
Michel Polnareff Musique Concert
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783136539
Michel Polnareff : un concert enlevé entre modernité et nostalgie à l’AccorHotels Arena de Paris
Michel Polnareff : un concert enlevé entre modernité et nostalgie à l’AccorHotels Arena de Paris
NOUS Y ÉTIONS - Le chanteur aux célèbres lunettes blanches a conquis le public parisien samedi 7 mai 2016. Retour sur la première date d’une série de quatre concerts à l’AccorHotels Arena de Paris.
https://www.rtl.fr/culture/musique/michel-polnareff-un-concert-enleve-entre-modernite-et-nostalgie-a-l-accorhotels-arena-de-paris-7783136539
2016-05-08 02:48:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/9ZoJyCPHYlIfsElqLg8Znw/330v220-2/online/image/2016/0508/7783136568_michel-polnareff-a-enchante-le-public-parisien.jpg