8 min de lecture Rome

Coronavirus : succès de l'appel aux dons d'Elie Semoun pour les Ehpad

Grâce à son appel aux dons lancé dans "Ca peut vous arriver" le 14 avril dernier, l'humoriste a pu récolter du matériel pour aider les Ehpad face au Coronavirus...

Micro générique Switch 245x300 À la Bonne Heure ! Stéphane Bern
>
Coronavirus : Succès de l'appel aux dons d'Elie Semoun pour les Ehpad Crédit Image : Kervin Portelli | Crédit Média : Germain Sastre | Date :
La page de l'émission
Germain Sastre
Germain Sastre
Rédacteur émission

Retrouvez Stéphane Bern et l'équipe de A La Bonne Heure ! du lundi à vendredi de 11h30 à 12h30 pour une émission spéciale confinement.

Pour vous divertir, toutes générations confondues, l'équipe de l'émission vous propose un jeu qui vous emmène des rois aux rois de la pop, des trésors de nos villages aux trésors de la chanson, du cinéma, de tout ce qui fait le patrimoine, et à la rencontre aussi de personnalités qui font l’actualité culturelle. 

Quatre nouvelles énigmes au menu ce matin, et quatre chances de gagner des cadeaux ! Pour cela, dès que vous croyez avoir la bonne réponse à l’énigme, envoyez un SMS au 64900 (0,35cts/sms) avec le mot clé "JEU" suivi de votre réponse. Vous passerez peut-être à l’antenne afin de la vérifier avec Stéphane Bern et un invité qualifié.

Énigme n°1

Et si on s’envoyait des fleurs, ce matin ? Et s’il s’agit de fleurs, la poésie n’est pas loin. Voyons ce qu’en écrit Théophile Gautier :

À lire aussi
titoff
L'été des Grosses Têtes du 18 juillet 2020

Le jardinier divin a filé de ses doigts
Les rayons du soleil et la pourpre des rois
Pour me faire une robe à trame douce et fine.

Nulle fleur du jardin n’égale ma splendeur,
Mais la nature, hélas ! n’a pas versé d’odeur
Dans mon calice fait comme un vase de Chine.

Ou encore Baudelaire dans L’invitation au voyage :

Qu’ils cherchent, qu’ils cherchent encore, qu’ils reculent sans cesse les limites de leur bonheur, ces alchimistes de l’horticulture ! Qu’ils proposent des prix de soixante et de cent mille florins pour qui résoudra leurs ambitieux problèmes ! Moi, j’ai trouvé ma …

Eh oui, Baudelaire a déjà trouvé la réponse à mon énigme. Le nom d’une fleur…

Le nom de cette fleur vient du Turc : "Turban". Ensuite, qu’elle fut à l’origine d’une des premières crises financières du monde. Un krach énorme qui eut lieu au 17e siècle, dans les années 1635…

Nous sommes dans ce qu’on appelait, en ce temps là, les Provinces unies. Les marchands qui font commerce avec l’Inde se sont beaucoup enrichis. Et l’un des symboles de cette richesse, c’est de posséder de grands jardins dans lesquels on puisse trouver la fleur dont je vous parle. Elle est à la mode, elle est le symbole de la réussite. Alors les prix s’envolent. Songez qu’entre 1634 et  1637, le prix des bulbes a augmenté de 5900%.  Un bulbe de cette fleur s’arrachait à 10 fois le salaire annuel d’un artisan, ou au prix d’une maison. Et comme la spéculation entraîne la pénurie, les prix ne cessent de grimper… comme les mauvaises plantes.

Et puis en février 1937, brutalement, les prix s’effondrent. Les spéculateurs sont ruinés. Pas de promos, pas de vente flash qui tienne…

Certains historiens de l’économie considèrent que cette crise constitue l’éclatement de la première bulle spéculative de l’histoire. Par chance, elle n’emportera pas notre fleur qui a la particularité de continuer à se développer même après avoir été coupée. Mais de quelle fleur s’agit-il ?

La réponse : La tulipe.

Au téléphone : L'humoriste, comédien et réalisateur Elie Semoun, qui est passionné par le jardinage. Il a d'ailleurs publié Pelouse interdite chez Ulmer.

Ce mardi matin pendant l'émission, Elie Semoun est revenu sur son appel lancé la semaine dernière pour venir en aide aux Ehpad : "Mon papa est dans un Ehpad à Lyon. Et en discutant avec la directrice, elle souffre cruellement de matériel. Alors je me suis dit 'Je vais user de mon nom et je vais faire un appel'", a-t-il expliqué à Stéphane Bern.

L'artiste s'est d'abord mobilisé le 13 avril sur son compte Instagram avant d'intervenir les 14 et 15 avril dans Ça peut vous arriver, présenté par Julien Coubert sur RTL : "Je ne demandais pas d'argent mais du matériel. De l'argent j'en ai donné (...) Et en fait on en a eu ! Ils ont reçu 2000 masques, des blouses, des surblouses et ils en ont fait profiter les Ehpad aux alentours". Un très beau geste de la part de l'humoriste !

Depuis le début de l'épidémie du coronavirus, les Ehpad sont confrontés au manque de matériel pour protéger les soignants et les résidents. A l'instar d'Elie Semoun, d'autres personnalités se sont aussi mobilisées pour aider ces établissements.

Retrouvez cette séquence en intégralité ci-dessus...

Énigme n°2

Montons dans les hauteurs à présent, pour tenter de rejoindre un génie. Ça ne fait jamais de mal. Comme disait le général de Gaulle : "Prenez de l’altitude, il y a moins de monde". Un génie qui savait tout faire et qui a tout fait. Quand je dis tout, je peux essayer de dresser la liste : le roman, la poésie, l’essai, la chanson, le dessin, la peinture, l’art oratoire dans le discours politique,  et pour faire bonne mesure, c’est le cas de le dire, on pourrait ajouter la comédie musicale…

Petite précision calendaire : Il y a 119 ans exactement, le grand sculpteur Auguste Rodin exposait la statue de ce génie au Grand Palais.

Parlons de ce qui est peut-être moins connu chez cette personnalité : Son parcours politique, par exemple. Il a fait le contraire de ce qui arrive généralement. On dit toujours : "Quand on est jeune on est révolutionnaire, et puis, quand on vieillit, on devient réac". Lui, jusqu’à l’âge de 45 ans, il a été monarchiste, conservateur, élu député de Paris sur les listes de droite, et puis, dans les années qui vont de la révolution de 48 à la prise de pouvoir de Napoléon III , métamorphose complète : le voici républicain, européen, défendant les pauvres, les miséreux, ceux à qui l’on ouvre les portes des prisons après leur avoir fermées celles de l’école…

Et puis, il y a son enterrement , le 1° juin 1885. Son enterrement ou plutôt des funérailles nationales. Cortège qui part des Champs Elysées, passe par la Concorde le Boulevard Saint Germain avant de remonter vers le Panthéon suivi parce que tout ce que la République compte d’élus,  de dignitaires, d’académiciens, ce qu’on appellerait aujourd’hui l’establishement.

Mais il y a aussi le peuple qui vient des faubourgs, des banlieues. Des familles entières qui viennent avec des paniers remplis de jambons et de pâtés pour pique niquer dans les rues de Paris en hommage à celui qu’ils considèrent comme leur porte parole. Le peuple et aussi les prostituées. Elles l’aiment beaucoup cet homme. Non qu’il ait été leur client, même si le sexe a toujours été très important, voire même obsédant dans sa vie, mais parce que dans le plus célèbre de ses romans, il y a une prostituée. Et pour la première fois dans l’histoire de la littérature, cette prostituée n’est pas traitée avec mépris, avec condescendance. Elle est une prostituée, oui, mais elle est d’abord, une femme, avec son parcours, avec ses faiblesses Et de cela elles lui sont très reconnaissantes. Alors, elles aussi, viennent d’un peu partout pour lui rendre hommage...

Et quoi faire, pour rendre hommage au grand homme qu’on est en train d’enterrer ? Eh bien, s’offrir à ceux qui veulent, et gratuitement. Et d’autres femmes qui sont là et qui ne savent pas que celles qui se donnent ainsi sont des prostituées, les imitent. Et on s’embrasse à tout va. Et dans les bois, dans les fourrés, dans les rues, c’est une sort, pardonnez moi le mot, de partouze géante qui est en train d’avoir lieu. L’histoire officielle le cachera longtemps. Une partie de jambes en l’air n’est pas digne d’un grand homme … Et pourtant ! Si c’était le plus bel hommage qu’on lui avait rendu …


Mais qui était ce grand homme dont la statue entra au Grand Palais un 21 avril ?

Réponse : Victor Hugo.

Au téléphone : Jean-Joseph Julaud, l’auteur à succès de L'Histoire de France pour les NulsLa littérature française pour les Nuls et Anthologies de la poésie française (First).

Énigme n°3

Parlons maintenant d'une des grandes figures de la culture populaire... Vous avez forcément suivi au moins une de ses aventures, que ce soit sous forme de BD, de film, de dessin animée ou même de jeux vidéos !


Entrer dans son univers n'est pas chose aisée car, contrairement aux autres stars du genre, reporter bruxellois ou guerrier armoricain, il n'appartient pas à un auteur… mais à une maison d'édition !

À la manière des super héros de comics américains, il passe donc de mains en mains depuis sa naissance en 1938 !

Cette année là, un éditeur demande à l'un de ses employés de créer un héros pour lancer son premier illustré pour enfants. Le jeune dessinateur, du nom de Robert Velter, se gratte la tête, repense à son premier job de steward sur les paquebots transatlantiques et s'en inspire pour inventer un personnage.


Et c’est donc un 21 avril qu’il voit le jour. Les premiers scénarios, publiés sous forme de feuilleton seraient, dit-on l’œuvre de la femme du dessinateur, mais qu’importe ! Il faut dire qu’à l'époque la littérature jeunesse n'est pas très valorisée…

Après la guerre, on confie notre héros à un jeune surdoué de la BD. Les histoires deviennent alors plus longues, plus trépidantes et plus complexes ! Le succès va grandissant et, au fil des albums, des seconds rôles apparaissent : un dandy grognon mais loyal, une journaliste pot-de-colle et une irrésistible bestiole jaune à la queue démesurément longue ! Certains d'entre eux ont droit à leur propre série et dans les années 90, un spin off consacré à l'enfance du personnage principal fait un tabac !


Par la suite, une dizaine d'auteurs prendront la relève et s'approprieront le héros.
Il en résulte une œuvre riche, reflet de différentes époques, de différentes modes… mais cette variété de styles et ces incessantes ruptures de tons ont peut-être "brouillé", un temps, son image auprès du public.

Il faut attendre les années 2010 pour que deux films soient consacrés au personnage.
Et en 2018, année de son 80ème anniversaire, un parc d'attraction à son nom voit même le jour dans le sud de la France ! Enfin, si l'on vous dit qu'un voyage en Palombie attend l'heureux gagnant de l'énigme... Vous avez la réponse ?

Réponse : Spirou.

Au téléphone : Philippe Geluck, le célèbre dessinateur du Chat.

Énigme n°4

Enfin, nous fêtons aujourd’hui un anniversaire et pas n’importe lequel : Le 2772e !

Vous vous souvenez peut-être de la guerre de Troyes, gagnée par les Grecs. Troyes est en feu. Et Enée qui a combattu pour les Troyens doit s’enfuir. La fuite n’est pas facile, il doit porter son père Anchise qui est aveugle et paralysé sur son dos et il est accompagné, notamment, de son fils Ascagne qu’il avait eu avec la fille de Priam. Passons les détails du voyage et surtout du périple puisque c’est en bateau qu’il s’effectue, des naufrages, des tempêtes, des interventions des Dieux et des déesses pour faciliter ou contrarier les plans d’Enée. Il finit par débarquer dans le Latium où il n’est pas si mal accueilli puisque Latinum, le roi des Aborigènes lui offre la main de sa fille.


Mais revenons à son fils Ascagne. Il se trouve que son 13e descendant Numitor est devenu roi d’Albe. Or, il se fait déposséder de son trône  par Amulius qui, au passage, fait assassiner ses neveux et fait de sa nièce Rhea une vestale.

Mais, qu’est-ce qu’une vestale ? C’est une prêtresse qui se voue au culte de la déesse Vesta. Comme elle est prêtresse, elle doit faire vœu de chasteté. Pas de chance, Rhea accouche de deux jumeaux. Fureur d’Amulius qui jette les deux nouveaux nés dans le Tibre. Miracle, le fleuve dépose le berceau au pied du Mont Palatin et voici qu’une louve au lieu de manger les deux bébés tout crus les allaite avant qu’ils ne soient recueillis et élevés par le berger Faustulus.


Recueillis un temps par Numitor qui a réussi à récupérer son trône, nos deux jeunes gens reviennent à l’endroit où la louve les a trouvés pour fonder une ville… Ils jouent au jeu de savoir qui verra le plus d’oiseau. L’un des deux gagne. L’autre pas content franchit les limites que son frère a tracées. Un peu énervé, son frère le tue. Mais la ville est fondée. Nous sommes donc un 21 avril… Mais de quelle ville s’agit-il ?

Réponse : La fondation de Rome.

Au téléphone : L'animatrice italienne et chroniqueuse culinaire Luana Belmondo, originaire de Rome.

Lire la suite
Rome Luana Belmondo Bande dessinée
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants