2 min de lecture Festival de Cannes

Festival de Cannes 2014 : Jean-Luc Godard perturbe à nouveau la Croisette avec "Adieu au langage"

NOUS L'AVONS VU - "Adieu au langage", le film déroutant de Jean-Luc Godard a été projeté ce mercredi après-midi au palais des festivals.

"Adieu au langage", le film de Jean-Luc Godard, a été diffusé ce mercredi au festival de Cannes.
"Adieu au langage", le film de Jean-Luc Godard, a été diffusé ce mercredi au festival de Cannes. Crédit : AFP
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron
Journaliste RTL

C'était l'événement à Cannes. Jean-Luc Godard, 83 ans, était de retour en compétition ce mercredi, après plus de dix ans d'absence. Son étrange nouveau film a été projeté dans l'après-midi au théâtre Lumière du palais des festivals. 

Malgré l'absence du réalisateur franco-suisse sur la Croisette, Adieu au langage, était autant, si ce n'est plus, attendu que Lost River de Ryan Gosling. 

Avant le début de sa diffusion à la presse, un admirateur hurle "Godard Forever" ("Godard pour toujours"). Il reçoit en réponse un tonnerre d'applaudissements et des hourras, signe que l'aura de Godard est restée intacte à Cannes

La pensée trouve sa place dans le caca

Un acteur de "Adieu au langage"
Partager la citation

Le film est dépourvu de trame classique. Adieu au langage est une succession d'images, filmées dans une 3D écœurante qui semble datée des années 1970.

À lire aussi
Le président du Festival de Cannes, Pierre Lescure Cinéma
Festival de Cannes : Anderson, Ozon, McQueen... Découvrez la "sélection officielle" 2020

A l'écran, une femme mariée et un homme libre se rencontrent. Ils s'aiment, se disputent. Un chien erre (il ou elle s'appelle Roxy. Certains lui prédisent le prix d'interprétation !). À la fin, on entend des cris de bébé. 

>
Adieu au Langage - Bande-annonce

Le couple apparaît entièrement nu à l'écran ou vêtu d'un simple trench. Ils échangent des paroles loufoques. "La pensée trouve sa place dans le caca", dit l'homme au toilette. "Je vous parle d'égalité, vous me parlez de caca", lui répond la femme. "Oui, car il n'y a que là que nous sommes égaux", réplique-t-il. Dans la salle, certains rient, d'autres se lèvent pour partir. 

Autres répliques qui restent en tête après le film : "Une femme, ça ne peut pas vous faire de mal, ça peut vous ennuyer ou vous tuer" ou "les mots, je ne veux plus en parler", prononcées par une voix off. 

Un mauvais Godard ?

Pour ceux qui ne seraient pas habitués au style de Godard, la mise en scène est complètement déroutante. Le cadrage part dans tous les sens et le son explose par moment. 

À la fin de la projection, quelques "hourras" fusent, suivis d'applaudissements de quelques minutes. À la sortie de la salle, beaucoup de soupirs et d'incompréhensions. Certains sont heureux d'avoir revu du Godard à l'écran. 

D'autres crient à l'arnaque : "Le Godard, c'est une succession d'images pendant une heure", raconte une journaliste au téléphone. "Il a fait un film d'une heure car c'est la limite du soutenable pour un spectateur", dit un autre à son collègue. 

Jean-Luc Godard n'a pas fait l'unanimité mais a réussi à secouer la Croisette, comme il l'a fait à chacune de ses apparitions cannoises depuis 1968. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Festival de Cannes Cinéma Jean-Luc Godard
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants