2 min de lecture Michel Houellebecq

Houellebecq : sa protection policière compliquée par une enquête du "Monde"

L'écrivain Michel Houellebecq a dénoncé lundi l'enquête du "Monde" à son sujet en estimant que la publication de ses "habitudes de vie ne facilite pas le travail des policiers chargés de (sa) protection".

Michel Houellebecq à un festival littéraire en Allemagne en janvier 2015.
Michel Houellebecq à un festival littéraire en Allemagne en janvier 2015. Crédit : PATRIK STOLLARZ / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Il a fait l'objet d'une série de six articles dans Le Monde la semaine dernière mais loin de s'en réjouir, Michel Houellebecq s'en agace. Cette enquête, il n'a d'abord pas souhaité y participer et pire, il dénonce lundi le caractère dangereux des articles. En cause, des informations sur ses habitudes quotidiennes alors que celui-ci est protégé par la police.

Dans une déclaration à l'AFP lundi, Michel Houellebecq a estimé que les journalistes qui se livrent à ce genre d'investigation peuvent "devenir dangereux". Il a ajouté que "savoir dans quel Monoprix (il) fais (s)es courses n'a pas une importance nationale".

Dès le départ, cette enquête commençait mal. Comme le relate Ariane Chemin, la journaliste du Monde qui l'a réalisée dans les premières lignes de son article, Michel Houellebecq a refusé de lui parler. Mais il ne s'est pas arrêté là. Il a également demandé à ses proches d'en faire autant et de ne pas hésiter "à porter plainte" si la journaliste se montrait insistante.

J’ai juste refusé de parler à Ariane Chemin

Michel Houellebecq, écrivain objet d'une enquête "du Monde"
Partager la citation

Sur ce volet de l'histoire, l'écrivain a déclaré à l'AFP. "Une mise au point: je n'ai jamais refusé de parler au Monde, je garde par exemple un bon souvenir de Marion van Renterghem, et d’autres journalistes de ce quotidien ; j’ai juste refusé de parler à Ariane Chemin". Michel Houellebecq a développé les raisons pour lesquelles il n'a pas voulu s'adresser à la journaliste, qu'il ne porte visiblement pas en estime. "Je me suis documenté, j’ai lu plusieurs de ses articles et de ses livres, c’est de très bas niveau : aucun fait important, beaucoup d’insinuations et de on-dit, le tout hâtivement rédigé, farci de clichés 'd’ambiance', et sur un ton de sournoiserie malveillante, sa marque de fabrique".

À lire aussi
Michel Houellebecq revient sur les récents événements après la parution de son livre "Soumission". légion d'honneur
Emmanuel Macron a remis la Légion d'honneur à Michel Houellebecq

Ariane Chemin dément que son enquête ait pu porter atteinte à la sécurité de l'écrivain. Contactée par l'AFP, elle a fait remarquer qu'elle n'a "rien raconté qui ne soit déjà public". Par exemple, elle est accusée d'avoir divulguée l'adresse de l'auteur de La Possibilité d'une île. Accusation à laquelle elle répond que Michel Houellebecq l'a donné lui-même dans son roman Soumission. Et enfin pour répondre à l'attaque du supermarché, la journaliste avance que l'écrivain avait fait une émission de radio dans son supermarché de quartier.

En janvier, en pleine promotion de Soumission, l'écrivain avait quitté Paris à la suite des attentats de Charlie Hebdo "pour se mettre au vert à la neige". Ce dernier roman imaginait la France en 2022 gouvernée par un parti musulman. Michel Houellebecq a estimé que son roman n'était pas islamophobe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Michel Houellebecq Police Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants