1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Guy Bedos : "Mais non je ne suis pas fauché !"
2 min de lecture

Guy Bedos : "Mais non je ne suis pas fauché !"

REPLAY - L'humoriste de 81 ans revient sur ses problèmes financiers, révélés dans son livre "Je me souviendrai de tout".

Guy Bedos, le 18 décembre 2014
Guy Bedos, le 18 décembre 2014
Crédit : AFP
Guy Bedos : "Mais non je ne suis pas fauché !"
00:45:43
Guy Bedos : "On a aidé Pierre Desproges à mourir"
00:01:32
Guy Bedos estime qu'il y a "un gros doute sur la culpabilité" d'Yvan Colonna
00:02:01
Marie Drucker

Guy Bedos, qui avait fait ses adieux à la scène en solo, remonte sur les planches dans la pièce Moins 2, de Samuel Benchetrit, au théâtre Hébertot à Paris. Il sort également un livre, Je me souviendrai de tout (Fayard). Avant même sa sortie, l'ouvrage a déjà fait beaucoup parler, car l'humoriste de 81 ans y explique être complètement "fauché". Des propos qu'il nuance désormais quand on lui demande s'il n'a vraiment plus un sou. "N'exagérez pas. Je vends ma maison en Corse pas seulement pour l'argent. C'est vrai que je ne fais pas très attention à mon budget... J'ai rencontré Michel Sardou hier soir, il voulait me donner de l'argent !", plaisante-t-il. "Vous n'êtes pas 'fauché' ?", l'interroge la journaliste. "Mais non !", tranche Guy Bedos, qui pourra donc régler les 12.000 euros d'amende qu'il risque après avoir insulté Nadine Morano

L'humoriste évoque également ses nombreux engagements, notamment en faveur de l'euthanasie. Celui qui défend le "droit à mourir dans la dignité" estime que "la loi Leonetti ne suffit pas". "J'ai déjà choisi mon médecin 'assassin', explique-t-il, qui m'aidera à partir". Comme il le raconte dans son livre de souvenirs, il a aidé Pierre Desproges "à mourir dans la dignité grâce à un ami médecin". 

Ma seule Bible, c'est la Déclaration des droits de l'homme.

Guy Bedos

Interrogé sur le sort des migrants, notamment l'appel de plusieurs artistes qui se disent prêts à reverser leurs cachets pour cette cause, il répond : "Je n'ai pas besoin de cet appel pour réagir". Et de souligner qu'il a rendu visite à des migrants, à Paris ou à Calais, avec plusieurs associations. Mais "la presse était absente", relève Guy Bedos. Quant à la réaction des politiques, il regrette que "le gouvernement ait attendu de voir la photo d'un petit garçon mort sur une plage" pour agir. "Ils s'y prennent un peu tard..." Guy Bedos affirme ne faire partie d'aucun parti ni aucune organisation, "sauf la Ligue des droits de l'homme. Ma seule Bible, c'est la Déclaration des droits de l'homme". Toutefois, il reconnaît que "le pape François (le) réconcilie avec l'Église". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.