2 min de lecture Politique

Sarkozy dans "Le Figaro" : surenchère verbale entre l'opposition et le gouvernement

DÉCRYPTAGE - En comparant les méthodes de la justice française à celles de la Stasi, Nicolas Sarkozy a provoqué le déchaînement des membres du gouvernement.

Nicolas Sarkozy le 25 mars 2013 à Paris.
Nicolas Sarkozy le 25 mars 2013 à Paris. Crédit : Martin Bureau - AFP
Générique 3
Dominique Tenza et La rédaction numérique de RTL

Il y a des mots qui fâchent. Nicolas Sarkozy a comparé, dans une tribune publiée dans Le Figaro, les méthodes de magistrats à celles de la Stasi, la police d'espionnage de l'ex-RDA.

Entre les écoutes dont il fait l'objet et les méthodes politiques de l'ancienne Allemagne de l'Est, l'ancien chef de l’État a fait sortir de ses gonds l'exécutif

"Un coup d'État verbal"

Des propos jugés "insupportables" par François Hollande et considérés comme une "grave faute morale" pour Jean-Marc Ayrault. Les poids lourds du gouvernement sont montés au créneau, tout comme l'opposition. "Dictature" d'un côté, "coup d'État" de l'autre, la surenchère verbale est lancée. 
 
Nicolas Sarkozy a ouvert les hostilités, en comparant François Hollande aux dirigeants les plus despotiques de la planète. Quand la droite sort le lance-flamme, la gauche dégaine le bazooka. Michel Sapin, le ministre du Travail, passe à l'attaque et juge "gravissimes" les propos de Nicolas Sarkozy. "C'est en quelque sorte une forme de coup d'État verbal", explique-t-il sur iTélé

Nicolas Sarkozy, un "dealer" ?

"Coup d’État", "outrance", "infamie"...  Depuis jeudi 20 mars au soir, le gouvernement tout entier semble avoir ouvert le dictionnaire des synonymes à la page "indignation". Ils s'en donnent à cœur joie.  
 
En réalité, cette surenchère verbale a démarré il y a plusieurs jours. Le patron des députés socialistes, Bruno Le Roux, évoque Nicolas Sarkozy et l'Affaire des écoutes. "Comment, quand on est un ancien président de la République, éprouve-t-on le besoin d'ouvrir une ligne téléphonique sous un faux nom ? La dernière fois que j'ai entendu parler de ça, cela concernait les dealers en face de chez moi à Saint-Ouen", déclare-t-il.

À lire aussi
Emmanuel Macron le 17 septembre 2019 immigration
Immigration : "Macron n'a pas perdu le sens des formules condescendantes", dit Mazerolle

De leur côté, les sarkozistes n'ont pas tardé à répliquer. Henri Guaino déplore les moyens "absolument disproportionnés, invraisemblables", employés à l'encontre de l'ancien président de la République. Nadine Morano explique pour sa part que Nicolas Sarkozy "était choqué de voir à quel point le gouvernement ment".

Une tactique avant les municipales

François Hollande, le dictateur stalinien, face à Nicolas Sarkozy, le dealer de cité. Jusqu'où ira cette escalade verbale ? 

À moins de 48 heures des élections municipales, le but est de motiver une dernière fois les électeurs indécis. La tactique pourrait bien se révéler mortifère.

>
Sarkozy dans "Le Figaro" : La surenchère verbale Crédit Média : Dominique Tenza | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Écoutes Sarkozy Affaire Bettencourt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770641255
Sarkozy dans "Le Figaro" : surenchère verbale entre l'opposition et le gouvernement
Sarkozy dans "Le Figaro" : surenchère verbale entre l'opposition et le gouvernement
DÉCRYPTAGE - En comparant les méthodes de la justice française à celles de la Stasi, Nicolas Sarkozy a provoqué le déchaînement des membres du gouvernement.
https://www.rtl.fr/actu/politique/sarkozy-dans-le-figaro-surenchere-verbale-entre-l-opposition-et-le-gouvernement-7770641255
2014-03-21 17:54:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FKEhMPNIM06TwtO0pGSEXQ/330v220-2/online/image/2014/0316/7770495293_nicolas-sarkozy-le-25-mars-2013-a-paris.jpg