1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Comparaison du FN au PCF des années 70 : Pierre Laurent demande des excuses à Hollande
2 min de lecture

Comparaison du FN au PCF des années 70 : Pierre Laurent demande des excuses à Hollande

VIDÉOS - Le chef du PCF Pierre Laurent a demandé lundi des "excuses publiques" à François Hollande qui avait assuré la veille que Marine Le Pen parlait "comme un tract du Parti communiste des années 1970".

Le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent le 25 septembre 2013.
Le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent le 25 septembre 2013.
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Yannick Sanchez

"Je suis scandalisé", a déclaré le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent en réponse à la comparaison de François Hollande du discours du FN à un tract du PCF dans Le Supplément de Canal +. "J'ai demandé au président de la République des excuses publiques pour cette phrase" qui est "lamentable", a-t-il ajouté.  

La déclaration de François Hollande a suscité l'ire des cadres du PCF mais aussi du Parti de Gauche. Jean-Luc Mélenchon a ainsi fustigé une phrase d'une "totale bassesse et indigence" indigne "d'un président élu aussi par les communistes". 

Ce dernier n'y est pas allé de main morte sur le plateau de Canal alors que la présentatrice lui faisait remarquer que, pour certains, Marine Le Pen paraît plus à gauche qu'Emmanuel Macron : "Quand madame Le Pen parle comme un tract du Parti communiste des années 70, parce que c'est ça en réalité, en pensant qu'on peut fermer les frontières, qu'on peut nationaliser les industries, qu'on peut sortir un certain nombre de capitaux de notre pays sans qu'il y ait de risques. Quand elle parle comme le Parti communiste, ça parle dans cette région-là (le Nord- Pas-de-Calais, ndlr) parce que ça a été, encore aujourd'hui, une région influencée par le Parti communiste."

Interrogé sur ce sujet sur RMC et BFMTV, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a repoussé l'idée d'excuses publiques et assuré qu'il n'y avait "pas d'amalgame". Le Président "a bien fait la différence entre ce qu'était le tract sur les nationalisations, la fermeture des frontières et contre l'Europe, et ce qui est  la nature du Front national qui va sur d'autres terrains et en particulier celui de l'immigration, ce qui n'est pas du tout et n'a jamais été la position du Parti communiste", a-t-il dit. 

À lire aussi

Quant au Front national, son vice-président Florian Philippot en a rajouté une couche en affirmant que son parti "obsède" le Président. "Il a parlé davantage (du FN, ndlr) que de l'emploi ou de la sécurité, c'est assez navrant", a déploré ce dernier sur BFM. Le rendez-vous du Supplément de Canal + a réunit 1 789 000 téléspectateurs, soit 11% de parts de marché.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/