7 min de lecture François Hollande

"Jour de colère" : les "victimes de la Hollandie" dans la rue dimanche

À l'appel du collectif "Jour de colère", plusieurs centaines de manifestants étaient rassemblés à Paris dimanche 26 janvier pour dénoncer la politique du gouvernement, des catholiques intégristes au fans de Dieudonné.

Des manifestants anti-Hollande réunis dimanche 26 janvier 2014 à Paris
Des manifestants anti-Hollande réunis dimanche 26 janvier 2014 à Paris Crédit : Photo Twitter par Stéphane Jourdain
HéloiseLeussier
Héloïse Leussier
Journaliste RTL

Une manifestation contre la politique du gouvernement est organisée dimanche 26 janvier à Paris, à l'appel du collectif "Jour de colère". Il ne s'agit ni d'un parti, ni d'un syndicat, mais d'un groupe d'anonymes rejoint par un agrégat d'associations et collectifs divers qui entendent bien rassembler toutes les "victimes de la Hollandie".

Le cortège devait partir de Bastille à 14 heures pour arriver aux Invalides en passant par Port-Royal et Montparnasse. L'évènement Facebook de la manifestation affichait plus de 25.800 participants samedi après-midi.

Un groupe anonyme à l'origine du mouvement

"Les organisateurs sont des citoyens, rassemblés autour de causes communes : leur amour de la France et du Bien Commun", affirme le site Internet de "Jour de Colère". Difficile d'en savoir plus, tant le collectif est volontairement mystérieux. Ses responsables s'expriment uniquement sous couvert d'anonymat.

À lire aussi
Pour Hollande, les militaires n'ont pas à "faire le contrôle des manifestations" Gilets jaunes
François Hollande : les militaires n'ont pas à "faire le contrôle des manifestations"

Ses revendications, formulées sur son site comme autant de "raisons de la colère", sont multiples et variées. Le groupe dénonce la "désindustrialisation", la "corruption", le "chômage", mais également des thématiques plutôt classés à droite comme le "laxisme sécuritaire", le "matraquage fiscal" et la "destruction de la famille". "Ce mouvement est apolitique et touche tout le monde", assure l'un des membres du collectifs à l'Express.

Des anti-mariage gay mais aussi Dieudonné répondent à l'appel

La liste des associations et collectifs qui ont décidé de rejoindre la manifestation est aussi longue qu'hétéroclite. On y retrouve les catholiques intégristes du groupe Civitas, mais également le groupe anti-marriage gay Printemps français, ou encore des collectifs identitaires comme Reconquête Républicaine ou le Comité Lépante.

À ces mouvements s'ajoutent une série de groupes aux revendications diverses, comme "Les Papas en colère", le "Collectif en colère contre l’éolien industriel" ou encore "tous ensemble contre l'Ecotaxe".

Plus étonnant, l'humoriste polémiste Dieudonné a appelé ses fans à se joindre à la manifestation dans un message posté sur Facebook. Lui ne sera pas présent  - il se produit à Bordeaux - mais encourage ses soutiens à manifester aux côtés de l'essayiste non moins polémique Alain Soral.

L'appel de Dieudonné à manifester dimanche 26 janvier.
L'appel de Dieudonné à manifester dimanche 26 janvier. Crédit : Capture de la page Facebook de Dieudonné

Les Bonnets Rouges, Boutin et la Manif pour Tous n'en seront pas

D'autres groupes plutôt hostiles à la politique du gouvernement ont préféré prendre leurs distances avec la manifestation. "L'Avenir pour tous", la nouvelle organisation de l'opposante au mariage gay Frigide Barjot, a appelé à "ne pas manifester leur colère ce dimanche" avec des "groupuscules" qui se placent sur "le terrain de l'opposition politique". La Manif pour Tous n'est pas non plus de la partie.

De même le Front National et les Bonnets rouges ont annoncé qu'ils ne participeront pas à la manifestation. Enfin, la présidente du Parti chrétien démocrate Christine Boutin a expliqué dimanche sur Canal+ qu'elle protesterait pas à cette occasion par crainte de violences. "Je ne veux pas participer à une manifestation qui peut dégénérer [...] et je ne veux pas soutenir la violence", a-t-elle déclaré sur le plateau du Supplément politique.

"Il y a beaucoup de colère dans ce pays et il peut y avoir un jour l'agrégation de tous ces gens en colère pour des motifs différents", a cependant expliqué celle qui "n'en peut plus d'un président qui raconte des sornettes" et qui considère que "nous ne sommes pas encore en dictature mais nous sommes un certain nombre de Français à dire que nos libertés sont fragilisées".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Info Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7769153602
"Jour de colère" : les "victimes de la Hollandie" dans la rue dimanche
"Jour de colère" : les "victimes de la Hollandie" dans la rue dimanche
À l'appel du collectif "Jour de colère", plusieurs centaines de manifestants étaient rassemblés à Paris dimanche 26 janvier pour dénoncer la politique du gouvernement, des catholiques intégristes au fans de Dieudonné.
https://www.rtl.fr/actu/politique/jour-de-colere-les-victimes-de-la-hollandie-dans-la-rue-dimanche-7769153602
2014-01-25 17:11:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/uJWDBhUZsbTGkYYv1KdyKQ/330v220-2/online/image/2014/0126/7769171286_des-manifestants-anti-hollande-reunis-dimanche-26-janvier-2014-a-paris.jpg