1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Normandie : une fillette de 5 ans "oubliée" 8 heures dans un car scolaire
1 min de lecture

Normandie : une fillette de 5 ans "oubliée" 8 heures dans un car scolaire

Ne parvenant pas à détacher sa ceinture de sécurité, la fillette a passé toute la journée de jeudi enfermée dans le car.

Une fillette dans une cours d'école de Marseille (Illustration)
Une fillette dans une cours d'école de Marseille (Illustration)
Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet

La fillette âgée de 5 ans seulement a passé une journée cauchemardesque. Jeudi 8 décembre, Louise et sa classe de moyenne section montent dans un car pour aller voir un spectacle de fin d'année, à l'école d'Ectot-l'Auber, entre Rouen et Dieppe. Mais arrivée sur place, la petite fille n'arrive pas à détacher sa ceinture de sécurité, relate l'hebdomadaire Paris-Normandie. Celle-ci n'ose pas se manifester auprès de l'accompagnatrice et du chauffeur qui ne la remarquent pas, masquée par des fauteuils plus hauts qu'elle.

À la fin de sa tournée, le chauffeur gare le car sur un parking, non loin de chez lui. Une nouvelle fois, il ne voit pas Louise, qui ne dit rien. Il faut attendre la sortie des classes pour que son père, s'inquiète de ne pas la voir. "On me dit qu’elle n’est pas venue aujourd’hui. J’ai bien cru qu’on l’avait perdue, que quelqu’un nous l’avait embarquée", explique-t-il à l'hebdomadaire.

Je culpabilise. Je ne comprends pas comment cela a pu arriver.

L'accompagnatrice

Après dix minutes de panique, le car arrive pour ramener les enfants. Louise est retrouvée à l'intérieur, assise sur le siège où elle s'était assise huit heures plus tôt. "Elle était traumatisée, blanche, le regard vide. Elle ne disait rien, elle ne pleurait pas. Elle était figée. Elle a dû se sentir terriblement abandonnée", confient ses parents.

L'accompagnatrice, mise à pied vendredi, semble elle-aussi de pas se remettre de cet incident. "Je culpabilise. Je ne comprends pas comment cela a pu arriver", avoue-t-elle en pleurs à Paris-Normandie. "J’en suis malade pour la petite. La mère était très en colère. Je la comprends parfaitement". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/