2 min de lecture Nicolas Sarkozy

Écoutes de Sarkozy : le "coup monté" de Gilbert Azibert choque les magistrats

RÉACTIONS - Les propos de l'avocat de Nicolas Sarkozy, traitant les magistrats de "bâtards de Bordeaux" selon des enregistrements publiés par "Mediapart", ont choqué la profession.

Nicolas Sarkozy le 25 mars 2013 à Paris.
Nicolas Sarkozy le 25 mars 2013 à Paris. Crédit : Martin Bureau - AFP
Philippe De Maria et Cindy Hubert

Le monde de la magistrature est scandalisé. Mediapart a publié mardi 18 mars des extraits extrêmement embarrassants, concernant l’enquête sur l’affaire Bettencourt, instruite à Bordeaux. L’avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, y évoque les juges qui instruisent l'affaire en ces termes : "les bâtards de Bordeaux"
 
Il parle des informations qu'il obtient de Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de Cassation, et se dit optimiste sur l'annulation de la saisie des agendas de Nicolas Sarkozy. "Sauf si le droit finit par l'emporter", précise-t-il.

"Absence totale de respect"

"Se faire traiter de bâtards, pour les magistrats, ce sont des choses qui arrivent. Cela arrive plutôt de la part de délinquants habituels que certains voulaient passer au karcher", explique Yvan Guitz, du syndicat de la magistrature à Bordeaux.
 
"Cela nous donne un sentiment d’absence totale de respect pour le travail que l’on fait. Ce qui nous choque plus, c’est l’autre versant de l’affaire qui apparaît être un coup monté de la part d’un haut magistrat qui est toujours en fonction à la Cour de cassation", ajoute-t-il.

"On connaît bien Monsieur Azibert et on sait qu’il ne cachait pas ses opinions sarkozystes et le fait qu'il soit un ennemi acharné du syndicat de la magistrature".

Des propos "contraires au serment" des avocats

À lire aussi
Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand en septembre 2016 à Calais politique
Xavier Bertrand : pour 34% des Français, il incarne le mieux "l'avenir de la droite"

Hasard du calendrier, au moment où Mediapart publiait les enregistrements des écoutes entre Nicolas Sarkozy et son avocat, François Hollande recevait les syndicats de magistrats à l’Élysée.
 
"Les propos qui apparaissent dans ces écoutes me paraissent non seulement inadaptés mais surtout contraires au serment que prêtent les avocats", estime Christophe Raignard, président de l'Union syndicale des magistrats.

"Il faudrait juste que les uns et les autres prennent conscience que dans une démocratie, quand on s’attaque aux institutions de la République, que ce soit aux magistrats ou autres, c’est la République qu’on attaque et qu’ils ne sont pas au-dessus des lois. Quand on s’aperçoit qu’un avocat est susceptible d’avoir commis une infraction, eh bien on fait une investigation supplémentaire et une enquête parce qu'autrement ça leur assure une impunité".

>
Affaire Sarkozy : "Cela donne un sentiment d'absence totale de respect pour le travail que l'on fait", dit Yvan Guitz du syndicat de la magistrature à Bordeaux Crédit Image : Kervin Portelli | Crédit Média : Philippe De Maria | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Nicolas Sarkozy Nicolas Sarkozy Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770583973
Écoutes de Sarkozy : le "coup monté" de Gilbert Azibert choque les magistrats
Écoutes de Sarkozy : le "coup monté" de Gilbert Azibert choque les magistrats
RÉACTIONS - Les propos de l'avocat de Nicolas Sarkozy, traitant les magistrats de "bâtards de Bordeaux" selon des enregistrements publiés par "Mediapart", ont choqué la profession.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/ecoutes-de-sarkozy-le-coup-monte-de-gilbert-azibert-choque-les-magistrats-7770583973
2014-03-19 19:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FKEhMPNIM06TwtO0pGSEXQ/330v220-2/online/image/2014/0316/7770495293_nicolas-sarkozy-le-25-mars-2013-a-paris.jpg