1 min de lecture Paix

Turquie : pour le PKK, les conditions du cessez-le-feu n'existent plus après "l'agression" turque

Après les frappes contre le Parti des travailleurs du Kurdistan par la Turquie, le processus de paix semble grandement en danger entre les deux parties.

Le drapeau du Parti des travailleurs du Kurdistan derrière celui de la Turquie (illustration)
Le drapeau du Parti des travailleurs du Kurdistan derrière celui de la Turquie (illustration) Crédit : OZAN KOSE / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont jugé samedi que les conditions du cessez-le-feu décrété en 2013 dans le conflit qui l'oppose à la Turquie n'existaient plus après les frappes aériennes turques de la nuit, qualifiées d'"agression". "Les conditions du maintien du cessez-le-feu ont été rompues (...) face à ces agressions, nous avons le droit de nous défendre", ont écrit les Forces de défense du peuple (HPG), l'aile militaire du PKK, dans une déclaration sur leur site internet.

Dans la nuit de vendredi à samedi, l'armée de l'air turque a bombardé sept positions du PKK, abris, hangars ou lieux de stockage de munitions dans les monts Kandil, sa base arrière de l'extrême nord de l'Irak.
Cette attaque a fait un mort et trois blessés parmi les combattants du PKK, selon sa déclaration.

Conflit à 3

Le président de cette région autonome Massoud Barzani a par ailleurs appelé le Premier ministre turc Ahmed Davutoglu pour lui exprimer son "mécontentement quant à la dangerosité de la situation", selon le texte. M. Barzani a demandé à ce que cesse l'escalade, ajoutant que "la paix était la seule façon de résoudre les problèmes, et que des années de négociations valent mieux qu'une heure de guerre", a ajouté le communiqué. M. Davutoglu avait affirmé plus tôt dans la journée que M. Barzani lui avait exprimé sa "solidarité" lors d'une conversation téléphonique.

La Turquie s'est résolument engagé vendredi dans la lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) en Syrie en menant ses premières frappes sur leurs positions. Elle a dans le même temps décidé de frapper des positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le Kurdistan irakien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paix Conflit Orient
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants