1 min de lecture Syrie

Frappes en Syrie : un couac dans la marine a empêché le tirs de plusieurs missiles

Sur les trois frégates françaises déployées lors de l'opération en Syrie, deux ont connu des aléas techniques importants empêchant le tir de missiles.

La frégate L'Aquitaine (illustration)
La frégate L'Aquitaine (illustration) Crédit : Fred TANNEAU / AFP
Pierre Julien Journaliste RTL

"L'intégralité des missiles qui ont été tirés ont atteint leur objectif (...) Nous avons réussi l'opération sur le plan militaire". Si Emmanuel Macron avait salué la réussite de l'opération militaire menée avec les États-Unis et le Royaume-Uni en Syrie, tout ne s'est en réalité pas passé comme prévu.

Samedi 14 avril, 12 missiles français ont été tirés depuis des rafales et un bateau de guerre contre l'arsenal chimique de Bachar al-Assad (9 Scalp et 3 MdCN). L'objectif, basé à Homs dans le nord de la Syrie, a été atteint et détruit. Cependant, heureusement qu'il y avait trois frégates.

En effet, L'Aquitaine, L'Auvergne et le Languedoc, les trois frégates multimissions déployées en Méditerranée orientale, ont connu certains déboires en pleine opération. À l'heure exacte prévue pour le premier tir, un gros bug est alors survenu : un rouge a empêché le départ des missiles de croisière sur le premier bâtiment désigné pour ouvrir le feu, avant que le second navire ne connaisse la même défaillance. 

À lire aussi
Yasmine, 4 ans, a retrouvé sa mère en Belgique Belgique
Belgique : après 18 mois en Syrie, Yasmine 4 ans, a retrouvé sa mère

Plus de 2 millions d'euros par missile

C'est alors la troisième frégate, celle de réserve normalement, qui a dû prendre le relais. Épargnée par les pannes techniques, elle a ainsi eu l'honneur de devenir la première unité de la Marine nationale à lancer des Missiles de Croisière Navale (MdCN), trois engins d'une portée de 1.000 kilomètres à la précision métrique.

Des couacs qui ont également empêcher le tir de nouveaux missiles. Aucune seconde salve n'a été lancée faute de temps. Le créneau était dépassé. Marins et ingénieurs de Naval Group et du missilier MBDA sont donc en train d'analyser l'origine des incidents qui pourraient coûter particulièrement cher. Le prix de ce type de missile est de l'ordre d'environ 2,8 millions d'euros l'unité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Armée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793077924
Frappes en Syrie : un couac dans la marine a empêché le tirs de plusieurs missiles
Frappes en Syrie : un couac dans la marine a empêché le tirs de plusieurs missiles
Sur les trois frégates françaises déployées lors de l'opération en Syrie, deux ont connu des aléas techniques importants empêchant le tir de missiles.
https://www.rtl.fr/actu/international/frappes-en-syrie-un-couac-des-missiles-francais-aurait-pu-faire-echouer-l-operation-7793077924
2018-04-19 12:37:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/f92dfSZlu7_qf2cS9Uxfhg/330v220-2/online/image/2018/0419/7793078694_la-fregate-l-aquitaine-illustration.jpg