1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Dans certains pays riches, la classe moyenne s'est réduite selon l'OCDE
1 min de lecture

Dans certains pays riches, la classe moyenne s'est réduite selon l'OCDE

Les classes moyennes se fragilisent dans certains pays riches, selon un rapport de l'OCDE.

Le logo de l'OCDE le 29 mai 2013 (illustration).
Le logo de l'OCDE le 29 mai 2013 (illustration).
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Dans certains pays riches comme les Etats-Unis, la France, le Canada ou l'Autriche, la montée des inégalités depuis trente ans a entraîné une érosion des classes moyennes, souligne un rapport de l'OCDE publié ce lundi.

Disproportions

Ce rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), intitulé "Rendre la croissance plus inclusive", rappelle que depuis le début des années 1980, les bénéfices de la croissance ont été captés de façon disproportionnée par les plus hauts revenus.

Ainsi dans les pays de l'OCDE en 2010, le revenu moyen des 10% les plus riches de la population était 9,5 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres, alors qu'il n'était que 7 fois supérieur il y a 25 ans. Cette hausse des inégalités a entraîné une érosion des classes moyennes dans certains pays comme les Etats-Unis, l'Autriche, l'Australie, le Canada et la France, souligne le rapport. Dans ces pays, la part de revenus compris entre les 20% les plus pauvres et les 20% les plus riches, "a baissé au fil des années".

La classe moyenne émergente reste fragile

Dans certains cas, ce phénomène s'est accompagné "d'une nette hausse" de la proportion des 20% les plus riches, notamment en Suède et au Danemark, écrit l'OCDE. A l'inverse, la croissance dans les économies émergentes ou les pays en développement a eu pour effet d'accroître la part des classes moyennes, définies par un revenu moyen par jour et par habitant compris entre 10 et 100 dollars.

À écouter aussi

Mais cette classe moyenne émergente reste fragile, souligne l'OCDE. En Afrique par exemple, la moitié des 300 millions de personnes faisant partie de cette classe moyenne, risque ainsi de retomber dans la pauvreté, en cas de décès d'un membre de la famille ou d'un choc défavorable, prévient le rapport.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/