2 min de lecture Environnement

Les pesticides vont être interdits en journée pour protéger les abeilles

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, veut interdire les épandages de pesticides en journée pendant les périodes de floraison. Objectif ? Protéger les abeilles plus sensibles à la lumière.

Le gouvernement va publier un arrêté d'interdiction des épandages en journée dans les prochains mois (photo d'illustration).
Le gouvernement va publier un arrêté d'interdiction des épandages en journée dans les prochains mois (photo d'illustration). Crédit : AFP / FRED TANNEAU
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Pour Stéphane Le Foll, les conclusions de l'étude rendue par l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) sur les épandages de pesticides sont "claires" : "les abeilles sont sensibles à la lumière". Le ministre de l'Agriculture préconise donc de "modifier les pratiques d'épandage vers des épandages le soir".

Selon lui, l'Anses a conclu que "la luminosité est ce qui fait sortir les abeilles et tout ce qui est épandage du matin a des conséquences importantes" car il "laisse des traces de pesticides dans l'eau, dans la rosée" qui peuvent perturber ces insecte, a-t-il expliqué ce lundi 28 avril, lors d'un point d'étape de son plan (2013-2015) pour une apiculture durable.

80% des plantes à fleurs pollinisées par les insectes

Un arrêté inter-ministériel d'interdiction des épandages en journée est en cours de rédaction et devrait être publié au Journal Officiel d'ici trois/quatre mois, estime Stéphane Le Foll. Aujourd'hui, il est déjà interdit d'épandre le matin avec tous les produits chimiques comportant la mention "Abeille" mais de nombreux agriculteurs obtiennent des dérogations.

"Il faut que chacun ait conscience qu'il faut faire des efforts" et "il s'agit d'assurer la production agricole, et en même temps d'assurer la pollinisation et la production de miel", a-t-il insisté, sachant que 80% des plantes à fleurs sont pollinisées par les insectes.

Relancer la production de miel en France

Pour l'Union nationale des apiculteurs français (Unaf), il s'agit d'"une bonne décision". Mais "il convient maintenant d'aller plus loin dans ce processus de révision de la 'mention abeille' : elle doit cesser d'être délivrée à des produits très toxiques pour les pollinisateurs et l'arrêté du 28 novembre 2003 doit être étendu aux traitements fongicides et herbicides, qui sont eux aussi, préjudiciables pour nos abeilles".

Stéphane Le Foll a également dressé un premier état des lieux de son plan pour une apiculture durable visant à relancer la production de miel en France alors que plus de 50% du miel consommé par les Français est importé.

Plus d'un an après son lancement, près de 8 millions d'euros - sur les 40 millions promis - ont été consommés. Et sur les 117 actions prévues initialement, deux tiers ont été entreprises et un quart ont abouti. Le ministre souhaite "clarifier les choses sur les origines du miel" avec un étiquetage "miel de France" réservé aux miels provenant d'abeilles vivant et butinant sur le territoire français.

En 2013, la production de miel en France a encore chuté à 15.000 tonnes, soit moitié moins qu'en 1995, pour un nombre de ruches presque équivalent, selon l'Unaf qui met en avant les conditions climatiques (froid, pluie) et les "problèmes d'intoxications" des colonies.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Agriculture Pesticides
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants