1 min de lecture Jihad

Jihadiste français tué en Syrie : "J'attends des preuves", dit le père de David Drugeon

REPLAY - DOCUMENT RTL - Patrice Drugeon dit être dans "l'interrogation et la peine" après l'annonce de la mort de son fils de 25 ans, qui combattait avec l'État islamique en Syrie.

micro générique RTL Soir Week-End Vincent Parizot iTunes RSS
>
Jihadiste français tué en Syrie : "J'attends des preuves", dit le père de David Drugeon Crédit Image : Nicolas Bauby / RTL | Crédit Média : Nicolas Bauby / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Nicolas Bauby, le correspondant RTL, en plein reportage
Nicolas Bauby et La rédaction numérique de RTL

Annoncée par la branche syrienne d'Al-Qaïda, la mort de David Drugeon, remontant apparemment à juillet dernier, a été confirmée par des responsables américains, vendredi 11 septembre. Ce Breton de 25 ans faisait partie de la liste des Français combattant avec l'État islamique en Syrie. Originaire de Vannes et converti à l'islam à l'âge de 13 ans, il était considéré comme un artificier hors pair. Son père, Patrice Drugeon, qui ne l'a pas revu depuis plusieurs années, demande toutefois des preuves de ce décès avant d'y croire.

"Je suis dans l'interrogation et la peine. J'attends des preuves irréfutables. C'est à dires des photos de son visage (...) et puis une enquête sanguine et ADN, évidemment", explique Patrice Drugeon au micro de RTL après avoir indiqué n'avoir "aucune nouvelle" du ministère de l'Intérieur ou du quai d'Orsay, ni des services de renseignement.

C'était un enfant adorable

Patrice Drugeon
Partager la citation

S'il se montre prudent, c'est qu'il rappelle que c'est désormais la "troisième fois" que la mort de son fils est annoncée. "La première, il était juste blessé gravement, la deuxième fois, il était bombardé par un drone américain en Syrie. On ne sait pas ce qu'il est devenu mais les Américains avaient dit que la cible avait été atteinte. En l'occurrence, il était blessé gravement", se souvient le père.

Bien que son fils soit un "gros poisson", Patrice Drugeon préfère garder une image positive du jeune homme, parti en 2010 : "Ce que je retiens de lui, c'est son adolescence, son enfance. J'occulte les mauvais moments sans penser au mal qu'il ait fait. Ce que je retiens de lui, c'est que c'était un enfant adorable, paisible et aimé de tout le monde".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihad Syrie Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants