1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Fusillade dans la Somme : "un symptôme de l'ensauvagement de notre société" pour Marine Le Pen
2 min de lecture

Fusillade dans la Somme : "un symptôme de l'ensauvagement de notre société" pour Marine Le Pen

Trois membres d'un camp de gens du voyage et un gendarme ont été tués dans une fusillade à Roye ce mardi.

marine le pen
marine le pen
La rédaction numérique de RTL & AFP

Un différend dans un camp de gens du voyage a tourné à la tragédie, ce mardi 25 août à Roye, dans la Somme, avec une fusillade qui a fait quatre morts, dont un gendarme, et trois blessés graves, un autre gendarme faisant partie des blessés.

Selon les informations communiquées par Bernard Cazeneuve, un homme est entré dans une aire de gens du voyage et "a tué froidement un bébé de six mois, une femme, un homme et il a blessé plusieurs personnes (...)" dont un autre enfant de trois ans. "C'est une affaire absolument dramatique et qui suscite dans la Somme, en France et au ministère de l'Intérieur une considérable émotion" a déclaré le ministre.

François Hollande et Manuel Valls ont également exprimé leur émotion après le drame. "Mes pensées vont aux familles, aux victimes et au gendarme abattu en servant la France", a tweeté le Premier ministre. "Le Président de la République tient à saluer le courage et l’engagement des forces de la gendarmerie et leur apporte tout son soutien dans cette épreuve", a réagi l'Élysée dans un communiqué.  "Le Chef de l’État fait part de toute sa solidarité aux familles des victimes et à leurs proches", conclut la présidence.

Le meurtrier blessé

Selon les premières informations données par la préfecture, le meurtrier figurerait parmi les blessés. Les faits se seraient déroulés en milieu d'après-midi. Selon des premiers éléments recueillis sur place par des correspondants de presse, une violente querelle aurait éclaté au sein du camp de gens du voyage, situé tout près de l'autoroute A1. Un homme, peut-être sous l'emprise de la boisson, a ouvert le feu, alors que des gendarmes, alertés, s'étaient rendus sur les lieux.

À lire aussi

La situation sur place était extrêmement tendue, selon un journaliste de l'AFP sur les lieux, des gens du voyage exigeant de pouvoir rentrer dans le camp dont les forces de l'ordre, venus avec des chiens, leur interdisaient l'accès. Une voiture a même tenté de forcer un barrage, selon un adjoint au maire de Roye. Deux journalistes, l'un d'Europe 1, l'autre de RTL, ont par ailleurs été frappés par des gens du voyage.

"L'ensauvagement insupportable de la société"

Face au drame, Marine Le Pen a immédiatement réagi,taclant au passage la politique gouvernementale : "ces événements très graves sont un symptôme de l'ensauvagement insupportable de notre société, qui ne trouve face à lui que laxisme, lâcheté et démission". "Les autorités laissent prospérer des trafics, acceptent que des armes circulent, n'écoutent pas la colère des riverains, tolèrent des bagarres entre bandes et des nuisances pourtant inadmissibles", a-t-elle déploré dans un communiqué où elle présente ses condoléances aux proches des victimes.

"Ce drame est aussi la conséquence de l'effondrement du respect dû aux forces de l'ordre et de leur désarmement moral", a-t-elle poursuivi. "Les effectifs de force de l'ordre doivent être augmentés au niveau de l'insécurité en France, après des années d'affaiblissement sous Sarkozy puis Hollande".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/