2 min de lecture Évasion fiscale

En supprimant "l'exit tax", Macron fait-il un nouveau cadeau aux riches ?

ÉDITO - Emmanuel Macron va avoir du mal à décoller l'étiquette de "président des riches" après son interview au magazine "Forbes", dans lequel il évoque son envie de mettre fin à cette mesure censée freiner l'exil fiscal.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
La suppression de "l'exit tax", un nouveau cadeau aux riches ? Crédit Image : LODI FRANCK/SIPA | Crédit Média : Martial You | Durée : | Date : La page de l'émission
Martial You
Martial You et Loïc Farge

L'"exit tax" est clairement une taxe de riches. Mais c'est aussi un impôt assez virtuel et franchement idiot. Elle a été créée en 2011, sous Nicolas Sarkozy, pour dissuader les grands patrons d'aller s'installer à l'étranger pour payer moins d'impôts.

L'idée était simple. On était quelques années après la grande crise financière des subprimes (il faut se remettre dans le contexte). Cette taxe visait à imposer fortement les plus-values réalisées par un chef d'entreprise qui serait parti s'installer à l'étranger avant de vendre sa société et d'empocher les bénéfices.

En clair, vous avez créé une entreprise qui vaut 1 milliard. Vous partez à l'étranger dans un pays très compréhensif en matière fiscale. Vous revendez votre société 1,1 milliard. Et bien l'"exit tax" vous prenait à peu près 30% sur les 500 millions de plus-values.

À lire aussi
Des militants de l'organisation altermondialiste Attac manifestent lors de l'ouverture de l'Apple Store sur les Champs-Élysée, le 18 novembre 2018 Apple
Paris : l'ouverture de l'Apple Store sur les Champs-Élysées perturbée par une manifestation

Une taxe un peu inutile

Sauf que ça ne marche pas ! Cette taxe n'a jamais empêché un riche patron de s'en aller. En 2013, on avait dénombré 128 exilés fiscaux de ce type. L'an dernier, cette taxe a rapporté 70 millions au lieu des 200 millions espérés.

Soixante-dix millions sur 400 milliards de recettes brutes pour l'État ! Une goutte d'eau. Mais c'est une taxe symbolique qui peut décourager un entrepreneur de créer sa société en France, puisqu'on l’assigne à résidence et on le taxe lourdement s'il s'en va à l'étranger.

Enfin, c'est une taxe un peu inutile puisqu'elle disparait si le chef d'entreprise attend huit ans avant de vendre les parts de son entreprise.

Mauvais timing pour l'annonce ?

Emmanuel Macron a-t-il raison de supprimer cette taxe ? Sur le fond, le raisonnement est bon. L'interview de Forbes n'est d’ailleurs pas une surprise. Le candidat Macron l'avait annoncé dans son programme. Mais bon, le chef de l'État s'est présenté comme le "maître des horloges". Mais parfois, on peut s'interroger sur son sens du timing.

En pleine grève des cheminots et d'Air France, au moment des défilés du 1er Mai, alors que l'image de "président des riches et des élites" lui colle à la peau, expliquer dans une interview en anglais qu'il va supprimer un nouvel impôt payé par une petite poignée de riches semble totalement surréaliste et déconnecté des préoccupations des Français.

Le Président Macron en couverture du magazine américain Forbes, daté du 31 mai 2018
Le Président Macron en couverture du magazine américain Forbes, daté du 31 mai 2018 Crédit : Forbes

Est-ce qu'il fallait vraiment s'afficher à la "une" du très libéral Forbes sous le titre "Leader of the Free Markets" (en gros, le chef de file du libéralisme) ? Cela correspond sans doute à l'image qu'Emmanuel Macron a à l'étranger, et notamment aux États-Unis. Et on peut être fier de ça.

Mais ça peut aussi être le meilleur moyen d'aller à l'encontre du but qu'il recherche. En novembre dernier, Time Magazine avait choisi un titre qui reflète mieux la situation actuelle : "Emmanuel Macron, le prochain leader de l'Europe... Si toutefois il parvient à gouverner la France".

Le plus

La marque Gibson est en faillite. Le célèbre fabricant de guitares électriques de Nashville vient de se placer sous le chapitre 11 des faillites. Il a mené trop d'acquisitions ces dernières années (casques audio, activités vidéo) et n'arrive pas à les rentabiliser. Le groupe va devoir renégocier une dette de plusieurs centaines de millions.

La note du jour

12/20 à Facebook. La firme lance une application de rencontre pour trouver l’âme sœur. Conséquence, la maison-mère de Tinder, spécialiste du secteur, a dégringolé de 21% à la Bourse.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Évasion fiscale Emmanuel Macron Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793234539
En supprimant "l'exit tax", Macron fait-il un nouveau cadeau aux riches ?
En supprimant "l'exit tax", Macron fait-il un nouveau cadeau aux riches ?
ÉDITO - Emmanuel Macron va avoir du mal à décoller l'étiquette de "président des riches" après son interview au magazine "Forbes", dans lequel il évoque son envie de mettre fin à cette mesure censée freiner l'exil fiscal.
https://www.rtl.fr/actu/conso/la-suppression-de-l-exit-tax-un-nouveau-cadeau-aux-riches-7793234539
2018-05-02 09:14:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0yAHJz5JLDRr2w9PBEYgZQ/330v220-2/online/image/2018/0416/7793032671_des-billets-de-banques-illustration.jpg