4 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : ce qu'il faut retenir du "Grand Débat de la Fondation des femmes"

ÉCLAIRAGE - Les porte-paroles de Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont répondu aux questions d'une cinquantaine d'associations et réseaux de femmes.

Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, François Fillon et Emmanuel Macron, invités du Grand Débat de la Fondation des Femmes
Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, François Fillon et Emmanuel Macron, invités du Grand Débat de la Fondation des Femmes
ArièleBonte
Arièle Bonte

Vendredi 24 mars, la Maison du Barreau de Paris a accueilli le "Grand Débat de la Fondation des Femmes". Un événement durant lequel une cinquantaine d'associations et de réseaux de femmes en entreprise ont interpellé, durant deux heures, les porte-paroles de quatre candidats à la présidentielle 2017 : Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, François Fillon et Emmanuel Macron

Un grand rendez-vous (dont RTL Girls était partenaire) organisé par la Fondation des Femmes à la Maison du Barreau de Paris. "L'objectif de ce débat est de mettre la question de l'égalité femmes-hommes au centre du débat présidentiel, ne serait-ce que le temps d'une soirée", explique à Girls Anne-Cécile Mailfert. La fondatrice de cette organisation ajoute que sa mission est simple : "permettre aux petites associations - qui n'ont pas toujours les moyens - d'interpeller des candidats à la présidentielle sur leurs sujets d'expertise". 

À lire aussi
Présidentielle 2017 : Macron et Le Pen qualifiés au second tour présidentielle 2017
Macron, Le Pen : le match des programmes pour les droits des femmes

L'équipe de cette ancienne d'Osez le féminisme a travaillé un mois sur l'organisation de cet ambitieux projet, intitulé "Le Grand Débat de la Fondation des Femmes". Un timing court qui explique, en partie, l'absence des candidats et l'envoi de porte-paroles pour les représenter.

"Certains ont été prévenus trop tard, comme Emmanuel Macron qui se trouve à l'île de la Réunion, mais d'autres auraient pu se saisir de cette occasion pour parler de ces sujets", déplore Anne-Cécile Mailfert. Benoît Hamon a par exemple décliné l'invitation, préférant intervenir sur le plateau de BFM TV. Quant à l'absence du Front National, la fondatrice de la Fondation des Femmes explique que les associations ne souhaitaient pas inviter Marine Le Pen (ou l'un de ses représentants) à cet événement. 

Du féminisme à toutes les sauces

La démarche du "Grand Débat de la Fondation des Femmes" est on ne peut plus féministe. Les associations invitées à prendre la parole et à questionner les représentants des candidats se définissent pour la plupart comme telles tandis que la thématique même du débat (l'égalité femmes-hommes) se veut féministe. 

Il faut en finir avec cette Ve République d’hommes blancs de plus de 50 ans !

Delphine Beauvois, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon
Partager la citation

Côté candidats, ou plutôt de leurs représentantes (qui oui, on le notera, étaient toutes des femmes), on n'hésite pas non plus à employer le mot féminisme, un peu à toutes les sauces. Ainsi, Delphine Beauvois, représentante de Jean-Luc Mélenchon, a alors ouvert le bal de cette soirée placée sous le signe du féminisme en politique avec cette phrase : "Il faut en finir avec cette Ve République d’hommes blancs de plus de 50 ans !".

Dans le clan d'Emmanuel Macron, Marlene Schiappa a affirmé : “Le féminisme est aussi un courant économiste”, tandis qu'à gauche, Laura Slimani a qualifié la politique du socialiste Benoît Hamon de "féministe". En d'autres termes, selon ces deux représentantes, les mesures de leurs candidats prennent en compte l'impact qu'elles peuvent avoir sur les femmes. Le mouvement "En Marche !" aurait même passé toutes ses propositions au "crash-test" de l'égalité femmes-hommes. 

Pour Nicole Ameline enfin, porte-parole de François Fillon, la salle n'a pas semblé convaincu lorsque cette dernière s'est adressée à Nora Hamadi, l'une des journalistes en charge de la modération du débat, en lui disant : "Je crois que je suis plus féministe que vous !", en réponse à une question sur l'éventualité d'une reprise des ateliers ABCD de l'égalité. Une affirmation qui a suscité des éclats de rire de la part des spectateurs et spectatrices.

Des souhaits, toujours des souhaits

Les candidats à la présidentielle 2017 sont utopistes. Tous l'ont expliqué lors de ce débat consacré à l'égalité entre les femmes et les hommes : ils souhaitent construire une société française libre et égale, réduire les violences faites aux femmes ou encore favoriser leur insertion dans l'économie du numérique.

A l'image de leurs programmes, les candidats émettent des souhaits mais tardent à exposer point par point comment ils comptent les mettre en place. Les intervenantes doivent parfois poser leurs questions à plusieurs reprises, recadrer le débat tandis que les minutes s'écoulent à une affolante vitesse. Exemple avec Nicole Ameline qui, questionnée sur l'avortement et la position de François Fillon sur le délit d'entrave à l'IVG ne répondra jamais concrètement et ne proposera aucune mesure sur ce sujet à l'issue du débat. 

Quelques promesses et mesures concrètes

Toutes les représentantes des candidats ont dû répondre à une question : quelle(s) mesure(s) concrète(s) le nouveau président de la République française mettra en place durant les cent premiers jours de son mandat. Jean-Luc Mélenchon a décidé de s'attaquer au patriarcat. Et si le candidat du Front de Gauche est réputé pour un être un passionné du numérique (notamment dans sa campagne), Delphine Beauvaux a affirmé qu'il mettrait en place une brigade spécialisée pour lutter contre le cyber-harcèlement.

Emmanuel Macron a quant à lui choisi comme première mesure de "transformer l'Assemblée Nationale et le Parlement". Encore trop peu de femmes y sont représentées et cela doit changer selon le candidat "En Marche !", qui garantit également vouloir dans son gouvernement un ministère des Droits des femmes.

Pour François Fillon, Nicole Ameline a rapporté que le candidat Les Républicains souhaitait lutter contre les inégalités salariales en passant par un "véritable partenariat avec les entreprises". 

Enfin, Benoît Hamon s'est engagé tout comme Emmanuel Macron à dédier un ministère aux droits des femmes (tout en doublant son budget actuel) mais aussi à créer des places d'hébergement pour les femmes victimes de violences

Une dernière mesure présentée par l'un des candidats à la présidentielle et chaleureusement applaudie par l'assemblée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Égalité hommes-femmes Politique
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787809153
Présidentielle 2017 : ce qu'il faut retenir du "Grand Débat de la Fondation des femmes"
Présidentielle 2017 : ce qu'il faut retenir du "Grand Débat de la Fondation des femmes"
ÉCLAIRAGE - Les porte-paroles de Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont répondu aux questions d'une cinquantaine d'associations et réseaux de femmes.
http://www.rtl.fr/girls/identites/presidentielle-2017-ce-qu-il-faut-retenir-du-grand-debat-de-la-fondation-des-femmes-7787809153
2017-03-25 07:03:00
http://media.rtl.fr/cache/Zr5gWk-4jYASXKqTxLUKwQ/330v220-2/online/image/2017/0323/7787797231_jean-luc-melenchon-benoit-hamon-francois-fillon-et-emmanuel-macron-invites-du-grand-debat.jpg