4 min de lecture Portrait

Nina Métayer, le triomphe discret de la chef pâtissière de l'année

GIRL CRUSH - À 28 ans, tout réussit à Nina Métayer. La chef pâtissière doit son triomphe à des années de travail, motivées (aussi) par le fait d'être une femme dans un milieu d'hommes. Portrait.

Nina Métayer a été reconnue chef pâtissière de l'année 2016
Nina Métayer a été reconnue chef pâtissière de l'année 2016 Crédit : Benjamin Pierret/Girls
Benjamin Pierret

De la poésie dans la dernière assiette. Oui, quand Nina Métayer évoque son métier, on entendrait presque du lyrisme : "Quand on mange du salé, c’est parce qu’on a faim. Un dessert, c’est un petit océan de douceur", affirme-t-elle, l’œil brillant. "Lorsque les gens parlent de pâtisserie, ils évoquent souvent un souvenir d’enfance. La douceur fait appel au vécu", précise Nina Métayer. Une corde sur laquelle la chef pâtissière aime jouer, reconnaît-elle, ses cheveux bruns relevés dans un chignon aussi stricte que son regard est bienveillant. 
 
La profession la reconnaît pour son travail et son talent. Le grand public, lui, l'a découverte dans la saison 3 de Qui sera le prochain grand pâtissier ?. Nina Métayer termine troisième finaliste du programme télévisé. À 28 ans, la chef pâtissière affiche un CV long comme trois éclairs au chocolat : après avoir découvert sa passion lors d’un voyage au Mexique entre la seconde et la première, elle passe un CAP boulangerie après son bac littéraire à La Rochelle, dont elle est originaire. Nina Métayer part alors exercer en Australie. C'est là qu'elle décide de s’orienter vers la pâtisserie.

Forte de cette nouvelle expérience internationale d'une année, Nina Métayer intègre à son retour en France la prestigieuse école parisienne Ferrandi. Après, tout s’enchaîne : le Meurice, le Raphaël et, depuis septembre 2015, Le Grand Restaurant. Cet établissement du VIIIe arrondissement de Paris, dirigé par Jean-François Piège, compte deux étoiles au prestigieux guide Michelin. Nina Métayer est recrutée comme chef pâtissière par le célèbre chef himself. Ce poste, combiné à ses années d’expérience, lui permet d’obtenir la reconnaissance de ses pairs.

Nina Metayer Crédit : © Kasia Kozinski

Amour, gloire et gourmets

Pour le magazine Le Chef, Nina Métayer est la chef pâtissière de l’année. Ce prix lui a été décerné le 19 septembre dernier lors d’une soirée au cabaret parisien, Le Lido. Nina Métayer remporte le trophée face à cinq autres nommés.

À lire aussi
Mashal, gérante du Happiness share café rue des Belges à Cannes festival de Cannes
Cannes 2017 : Mashal, rayonnante gérante d'un café au bord de la Croisette

Alors que le personnel de son restaurant s'active à dresser les tables en vue du service du soir, elle profite d'un instant de pause pour prendre place dans la salle et se remémorer cette soirée surréaliste : "J’étais un peu choquée. Je ne m’y attendais vraiment pas, il n’y avait que de grands pâtissiers en lice. J’ai ressenti beaucoup de gratitude envers ceux qui ont voté pour moi. C’est une belle reconnaissance. Je me suis sentie très honorée, très touchée", confie-t-elle, installée dans l'ambiance sobre et feutrée de l'établissement. Sous le plafond de mosaïque noire et blanche, installée près du grand mur gris, la chef pâtissière semble un peu perdre ses mots : la réussite pudique, sans doute.

On peut combiner vie professionnelle et vie privée. C'est une décision de couple.

Nina Métayer
Partager la citation

Ce succès professionnel est venu couronner un bonheur personnel : depuis trois ans, Nina Métayer est mariée. Même avec un métier extrêmement prenant (hormis quelques poses, ses journées s’étalent de 9 heures à minuit), elle arrive, visiblement sans problème, à mener de front vies professionnelle et personnelle. Son secret : "Il faut réussir à prendre le temps. C’est une décision de couple. Mais j’arrive aussi à voir mes copines du lycée. Bien sûr, je ne peux pas sortir boire un coup à 19 heures, mais on s’organise. Et j’aime tellement ce que je fais", assure la jeune femme.

De la chance d'être une femme

Depuis son arrivée au Grand Restaurant, Nina Métayer dirige une équipe de trois personnes, dont un stagiaire. Le seul garçon. "Plus le temps passe et plus je vois des femmes en pâtisserie. Je ne sais pas si c’est parce que j'en suis une, mais les filles postulent beaucoup." La voix est claire et douce, le regard brun, mais les mots sont francs et affirmés.

J'ai déjà ressenti de l'injustice par le passé, mais ça ne m'a pas traumatisée

Nina Métayer
Partager la citation

La cuisine reste un milieu très masculin. Il n’y a qu’à voir celle dans laquelle Nina Métayer évolue : à 18 heures, alors que les travailleurs s’affairent pour préparer le service du soir et qu'elle reprend sa place en cuisine, on compte deux paires de mains à la finesse féminine. Les autres appartiennent à des hommes.

Une différence paritaire dont Nina a su faire une force dès ses premiers pas derrière les fourneaux : "À mes débuts, c'était plus compliqué de me faire respecter ", explique-t-elle, avant d'enchaîner : "Je pense qu'être une fille représente un gros avantage. Il y a des difficultés, mais elles m’ont poussée à donner toujours plus, à montrer que j’avais bien ma place." Derrière l’injustice, l’opportunité ? Tout en lâchant ce constat, teinté de timidité, Nina Métayer souhaite garder toutes proportions : "Je ne suis pas un garçon, je ne sais pas comment c’est pour eux."

Une création de Nina Métayer : sur l'idée d'une feuille d'automne, Choco-Sarrazin infusé au lait entier, glacé, sablé, croustillant Crédit : Annabelle SCHACHMES

Bien sûr, dans l'univers du macaron et des tartes au citron, tout n’est pas sucré. "J’ai déjà ressenti de l’injustice par le passé, mais cela ne m’a pas traumatisée", affirme-t-elle d’une voix détachée, avant d'ajouter avec recul (sa philosophie de vie ?) : "C’est le cas dans beaucoup de secteurs. Pas seulement dans la cuisine. Quand on est une femme, il faut montrer qu’on a envie et qu’on est tout aussi capable qu’un homme."

Des réussites et des rêves

Nina Métayer affiche l’assurance de ceux qui savent de quoi ils sont capables. Son ascension professionnelle lui donne raison. À 28 ans, quels objectifs lui restent-t-ils à atteindre, alors que tout semble accompli ? "Je ne sais pas si je me fixe des objectifs. Mon but au jour le jour : essayer de faire toujours mieux, tout en me faisant plaisir."
 
Là encore, Nina Métayer fait preuve de pudeur. Elle dit ne pas avoir de plan de vie mais nous avoue quand même, sur le ton de la confidence : "J’aimerais bien passer les Meilleurs ouvriers de France. J’aimerais vraiment être la première femme meilleure ouvrière de France en pâtisserie", lâche-t-elle dans un rire presque gêné. À en juger par son parcours professionnel, rien ne semble résister à cette ambitieuse pâtissière. Nina Métayer, c’est la douceur alliée au caractère. Comme un dessert qu'elle aurait façonné.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Portrait Cuisine
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785157157
Nina Métayer, le triomphe discret de la chef pâtissière de l'année
Nina Métayer, le triomphe discret de la chef pâtissière de l'année
GIRL CRUSH - À 28 ans, tout réussit à Nina Métayer. La chef pâtissière doit son triomphe à des années de travail, motivées (aussi) par le fait d'être une femme dans un milieu d'hommes. Portrait.
http://www.rtl.fr/girls/identites/nina-metayer-le-triomphe-discret-de-la-chef-patissiere-de-l-annee-7785157157
2016-10-10 07:00:00
http://media.rtl.fr/cache/9MCk7kMFHXPtQwO1TiRo2A/330v220-2/online/image/2016/1007/7785157265_nina-metayer-a-ete-reconnue-chef-patissiere-de-l-annee-2016.JPG