CES 2016 : les objets connectés nous mettent-ils en danger ?

DÉCRYPTAGE - Vedettes du CES 2016 à Las Vegas, les objets intelligents présentent des failles dangereuses dans leurs systèmes.

Une montre connectée d'Apple (illustration)
Crédit : AFP / Archives, Chris McGrath
Une montre connectée d'Apple (illustration)

Depuis quelques années, les objets connectés sont les stars du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas. Pour son édition 2016 qui se tient jusqu'au 9 janvier, le plus grand salon high-tech au monde ne change pas de ton en présentant toute une flopée de voitures, laves-linge et autres thermomètres connectés. Mais si l'Internet des objets engendre des créations révolutionnaires et époustouflantes, il peut également mettre les usagers en danger.

Pirater un 4x4 ou des jouets pour enfants, c’est possible

La faute aux négligences des sociétés qui ne sécurisent pas assez leurs produits. Quelques mois avant le CES, Las Vegas accueillait justement la conférence "Black Hat", rendez-vous des experts en cybersécurité et en hacking, durant laquelle deux spécialistes de la question se sont livrés à un petit jeu inquiétant. Charlie Miller et Chris Valasek ont expliqué comment ils ont réussi à pirater un 4x4 Jeep Cherokee de Chrysler pour le piloter à distance. La vidéo diffusée par le magazine Wired, avec le journaliste Andy Greenberg en cobaye est éloquente : au milieu de l'autoroute, il ne contrôle plus du tout son véhicule. À la suite de cette démonstration sans conséquences graves, le constructeur automobile a dû rappeler 1,4 million de véhicules pour renforcer leur sécurité.

>
Hackers Remotely Kill a Jeep on the Highway—With Me in It

Moins perceptible mais tout aussi pernicieuse, la capacité qu’ont les objets connectés à jouer aux petits espions entraîne de réels risques. Si votre réfrigérateur intelligent ne travaille pas pour la NSA, des tiers mal intentionnés peuvent très bien accéder aux données mal protégées dans les objets du quotidien. Les parents qui ont acheté des tablettes pour enfants Vtech, eux, sont déjà sensibilisés à la question. Les noms, photos et adresses de plus de 200.000 de leurs chérubins avait été subtilisés. Ce genre de mésaventures pourrait être récurrent à l'avenir. Juniper Research nous prévoit un futur dans lequel les objets connectés seront omniprésents, avec 38 milliards d'unité dans le monde, dès 2020.

La French Tech menacée ?

Ce qui a pu arriver à ces sociétés pourrait aussi arriver aux entreprises françaises particulièrement mises en avant lors de ce CES. Avec 190 start-up parties en délégation, l'Hexagone a voulu démontrer l'excellence de son savoir-faire. Espérons seulement que cette French Tech fait rimer innovation avec sécurité. Car s’il y a bien un secteur dans lequel la France n'est pas à la traîne, c’est celui des cyberattaques. À en croire le rapport de PricewaterhouseCoopers paru en octobre, elles ont augmenté de 51% dans notre pays l'an dernier, alors que la croissance de la cyberdélinquance augmentait de 38% au niveau mondial. Parallèlement, les budgets sécurité des entreprises françaises ont progressé de 29% en moyenne. 

Cet effort ne serait cependant pas suffisant, si l'on en croit Fabrice Epelboin. Ce start-upper et professeur à sciences-Po Paris, spécialisé dans la cybersécurité s'est montré particulièrement inquiet, dans une récente interview accordée à Atlantico. À l’écouter, les firmes hexagonales auraient accumulé un sérieux retard en matière de sécurité technologique à cause d’investissements insuffisants. Des lacunes qui frisent, selon lui, l’irresponsabilité : "Les objets connectés, sont pour l'essentiel développés par des start-ups, ou pire encore, par des industriels qui, hier encore, n'avaient aucun rapport avec Internet. Ces entreprises n'ont pas de culture de la sécurité informatique. Pour elles, tout cela est une dépense sans retour sur investissement, jusqu'à ce qu'une catastrophe survienne, tout du moins, explique-t-il, cynique. Ajoutez à cela que leur responsabilité pénale n'est pas engagée en cas de problème et vous faites de l'insécurité informatique une 'externalité' d'un point de vue économique - un problème similaire à ce qu’a pu être la pollution à une époque, où une entreprise qui polluait causait un problème pour la collectivité, et n’avait nullement à en assumer les conséquences."
 
De ce constat peu flatteur découlent des conséquences potentiellement tragiques, que Fabrice Epelboin illustre simplement en prenant l’exemple d’un chauffe-eau déréglé à distance pour les besoins de l’émission Mythbusters.

>
Mythbusters Water Heater - Various Camera Angles
La rédaction vous recommande
par Michael DucoussoJournaliste
Suivez Michael Ducousso sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781203242
CES 2016 : les objets connectés nous mettent-ils en danger ?
CES 2016 : les objets connectés nous mettent-ils en danger ?
DÉCRYPTAGE - Vedettes du CES 2016 à Las Vegas, les objets intelligents présentent des failles dangereuses dans leurs systèmes.
http://www.rtl.fr/culture/futur/ces-2016-les-objets-connectes-nous-mettent-ils-en-danger-7781203242
2016-01-07 16:06:46
http://media.rtl.fr/cache/10vgWP7zuxEYnc4CPPXRaA/330v220-2/online/image/2015/0610/7778668508_une-montre-connectee-d-apple-illustration.jpg