L'exposition "Carambolages" est au Grand Palais

REPLAY - Le Grand Palais à Paris propose jusqu'au 4 juillet, l'exposition "Carambolages". Une présentation totalement inédite puisque sont juxtaposées 180 œuvres d'art de toute époque et de toute provenance.

>
L'exposition "Carambolages" au Grand Palais dans LVT

Des carambolages ont lieu dans les Galeries du Grand Palais à Paris jusqu'au 4 juillet, sauf que ce ne sont pas des voitures qui s'entrechoquent, ce sont des œuvres d'art qui s'accrochent. Et la première qui attire le regard c'est celle réalisée par l'artiste italien Maurizio Nanuncci qui a écrit au néon  "Listen to your eyes", "Écoutez avec vos yeux", devise de l'exposition Carambolages imaginée par l'historien de l'art Jean-Hubert Martin qui a assemblé 180 œuvres de tous les continents, de l'antiquité à nos jours, de toutes les tailles, de toutes les matières. Ces œuvres sont choisies et disposées selon un principe qui s’apparente au cadavre exquis, autrement dit : le principe du marabout, bout de ficelle, selle de cheval.

Et pour faire savant, disons que les œuvres ont des corrélations analogiques comme par exemple, Sainte Agathe, la martyre à qui on a arraché les seins. Son portrait côtoie un bol en porcelaine en forme de sein réalisé pour la laiterie de Marie-Antoinette à Versailleset qui représente, dit-on, la forme du sein rebondi de la Reine. Suit un autre bol en argent, moulé sur le sein de Pauline Borghèse, qui avait des seins en forme de poire, et  au bout de la cimaise, par esprit d’escalier, Jean Hubert Martin a placé l'Artémis d’Éphèse, la déesse de la guerre trouvée à Éphèse, autrement dit en Turquie. "C'est une statu bien connu qui reste extrêmement énigmatique. La poitrine est recouverte de sphères comme des œufs. On a tendance à croire que c'est une multiplication de seins et en fait on ne sait pas ce que c'est", explique Jean-Hubert Martin au micro RTL.

L'art des sensations

L'exposition est une évocation du sexe dans l’art. Et de tableaux en sculptures, de faïences en néons, de Hergé à Hokusai et de Charles Lebrun à Bertrand Lavier, on entre dans la tête de l’auteur de cette exposition comme dans un cabinet de curiosités, ou mieux dans la nuit pleine de ses rêves, le petit matin de ses obsessions, le midi de ses délires. Et le plus extraordinaire, c’est qu’on ne s’y sent pas dépaysé, ni égaré, au contraire, on s’y sent libre. Libre de ne pas savoir, de ne pas comprendre, de passer à côté de l’essentiel. Ah, quel bonheur ! Passer à côté de l’essentiel. C’est le grand soulagement des forçats de la culture qui, depuis trop longtemps, doivent tout savoir, tout décrypter, tout comprendre en prenant des mines de savants comme s’ils avaient enfin compris la finalité de l’art.

Si vous entendez les visiteurs grincheux dire qu’ils auraient pu en faire autant, eh bien c’est le signe que c’est réussi. Parce que en réalité personne d’autre que Jean-Hubert Martin pouvait concevoir une telle exposition. À la fois érudite et simple, biblique et vertigineuse. Elle en appelle autant à l’intelligence et à la malice qu’à la sensibilité. Et puis on y découvre des trésors, un massacre de cerf dessiné par Dürer, ou un tableau peint par Âne.

La moquerie d'Âne Lolo

L'Âne Lolo, c'est une farce de l'écrivain Roland Dorgelès qui a attaché un pinceau au bout de la queue de l'âne et le résultat ressemble à un couché de soleil. D'ailleurs Dorgelès a présenté ce tableau : couché de soleil sur l'adriatique au salon des indépendant de 1910, prétendant qu'il est l’œuvre d'un artiste, pour se moquer des excès de l'avant garde de l'époque. Vous verrez ce tableau retrouvé par Jean-Hubert Martin avait déjà fait sensation avec les Magiciens de la terre à Beaubourg en 1989. Là, il aura encore une fois la moitié de la terre contre lui. Mais l’autre moitié sera du côté du plaisir. Et si vous avez peur de ne pas vous souvenir des 180 œuvres présentées, laissez-vous tenter par le catalogue de l'exposition, édité par la RMN.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782185840
L'exposition "Carambolages" est au Grand Palais
L'exposition "Carambolages" est au Grand Palais
REPLAY - Le Grand Palais à Paris propose jusqu'au 4 juillet, l'exposition "Carambolages". Une présentation totalement inédite puisque sont juxtaposées 180 œuvres d'art de toute époque et de toute provenance.
http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/l-exposition-carambolages-est-au-grand-palais-7782185840
2016-03-04 10:02:45
http://media.rtl.fr/cache/VViE1vICgdMRGGtUdCp3ug/330v220-2/online/image/2016/0304/7782187162_l-exposition-carambolages-est-au-grand-palais-a-paris.png