1 min de lecture Panama Papers

"Panama Papers" : ce que risque le patron de la Société Générale pour faux témoignage sous serment

ÉCLAIRAGE - Le PDG de la Société Générale avait assuré en 2012 devant une commission d'enquête sénatoriale que sa banque n'avait plus d'implantations au Panama. L'affaire "Panama Papers" révèle le contraire.

Le directeur général de la Société Générale Frédéric Oudéa le 12 février 2015 au siège du groupe, à La Défense près de Paris
Le directeur général de la Société Générale Frédéric Oudéa le 12 février 2015 au siège du groupe, à La Défense près de Paris Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
JamesAbbott1234
James Abbott

La Société Générale au cœur de la tempête "Panama Papers". La banque française est citée à plusieurs reprises dans l'affaire des "Panama Papers" et est accusée d'avoir favorisé la création d'une multitude de société écrans au Panama dans un but de permettre à leurs clients de payer moins d'impôts. Le PDG de la Société Générale, Frédéric Oudéa avait assuré, sous serment devant une commission d'enquête sénatoriale en 2012, que son entreprise avait "fermé ses implantations dans les pays qui figuraient sur la liste grise" des paradis fiscaux.

Éric Boquet, sénateur communiste du Nord, était le rapporteur général de la commission d'enquête et était donc présent lors de l'audition de la Société Générale. "La question d'une sanction (à son encontre), se pose sérieusement, a-t-il affirmé jeudi 7 avril dans La Nouvelle Édition sur Canal +. Aujourd'hui toutes les informations qui nous parviennent contredisent fondamentalement les déclarations de M. Oudéa."

Ainsi selon le sénateur, Frédéric Oudéa risquerait jusqu'à 5 années d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende pour faux témoignage selon le sénateur. Il explique par ailleurs avoir saisi le bureau du Sénat pour statuer sur cette affaire dans laquelle "de fortes présomptions de mensonges pèsent". 

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon lors du débat sur TF1, le 20 mars 2017 justice
Mélenchon poursuivi en diffamation par la Société générale

La Société générale ne se laisse pas faire et veut, de son côté, lancer des poursuites en diffamation, notamment contre son ex-trader Jérôme Kerviel, le dirigeant du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon, ainsi que l'avocat de Jérôme Kerviel, Me David Koubbi, leur reprochant des "propos calomnieux" à son encontre.

Jean-Luc Mélenchon a affirmé jeudi matin sur France Info que les dirigeants de la banque étaient des "menteurs" qui devaient "être châtiés", tandis que Jérôme Kerviel a déclaré que la Société générale était "multirécidiviste des infractions".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Panama Papers Société générale Évasion fiscale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782728555
"Panama Papers" : ce que risque le patron de la Société Générale pour faux témoignage sous serment
"Panama Papers" : ce que risque le patron de la Société Générale pour faux témoignage sous serment
ÉCLAIRAGE - Le PDG de la Société Générale avait assuré en 2012 devant une commission d'enquête sénatoriale que sa banque n'avait plus d'implantations au Panama. L'affaire "Panama Papers" révèle le contraire.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/panama-papers-ce-que-risque-le-patron-de-la-societe-generale-pour-faux-temoignage-sous-serment-7782728555
2016-04-07 23:23:00
http://media.rtl.fr/cache/Mn5zet53xyRkWCb2C6q2CQ/330v220-2/online/image/2015/0519/7778414911_le-directeur-general-de-la-societe-generale-frederic-oudea-le-12-fevrier-2015-au-siege-du-groupe-a-la-defense-pres-de-paris.jpg