"Le service civique est une digue anti-radicalisation", affirme Patrick Kanner

REPLAY / INVITÉ RTL - Selon le ministre de la Jeunesse, la généralisation du service civique, qui demande une augmentation du budget d'un milliard d'euros, a pour enjeu le développement d'une "culture de l'engagement".

>
"Le service civique est une digue anti-radicalisation", affirme Patrick Kanner Crédit Image : CHARLY TRIBALLEAU / AFP Crédit Média : Yves Calvi Télécharger

L'esprit du 11 janvier 2015, journée des "marches républicaines" était présent lorsque François Hollande a exprimé ses vœux à la jeunesse et aux forces de l'engagement à la Maison de la Radio, lundi 11 janvier 2016. Le président de la République souhaite généraliser le service civique au-delà de 2020, "pour permettre à 350.000 jeunes de pouvoir offrir à la nation", explique le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Patrick Kanner. 

L'objectif est "une génération, à terme, après 2020, qui aura envie de s'engager". C'est le développement d'une "culture de l'engagement". Afin d'atteindre ce but, le budget consacré à ce chantier devra passer de 300 millions d'euros à plus d'un milliard en 2018. Ce milliard d'euro "ne semble pas impossible" à trouver, selon le ministre.

Le chômage se traite par l'emploi, pas par le service civique

Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Selon Patrick Kanner, il ne s'agit pas de parquer des jeunes se trouvant sur la liste du chômage, "il n'y a pas de camouflage lié au service civique. Le chômage se traite par l'emploi, pas par le service civique". En effet, un jeune en service civique reste inscrit aux agences Pôle emploi en catégorie C. 

En revanche, la généralisation du service civique semble utile au ministre dans la lutte du repli sur soi. "Le service civique est une digue anti-radicalisation. Un jeune qui se sent utile, qui est respecté, qui a trouvé sa place dans la société par le biais du service civique [...] est un jeune qui serait sûrement moins soumis à la tentation de prédateurs qui l'auraient repéré", affirme-t-il. 

Rendre le service civique obligatoire, c'est revenir à de vieilles lubies

Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Aujourd'hui, à peine 70.000 jeunes ont été attirés, spontanément, par le service civique. L'objectif d'accueil de 350.000 jeunes par an semble très ambitieux, lorsque l'on sait que l'obligation du service civique n'a pas sa place dans ce programme. "Il peut y avoir une contradiction certaine entre engagement et obligation. L'esprit souhaité par le président de la République repose sur le volontariat. C'est une sorte de nouveau contrat social par l'engagement, explique Patrick Kanner. Le rendre obligatoire, c'est revenir à de vieilles lubies".

Si de nombreux élus, de droite comme de gauche, aimerait voir naître une forme de service militaire obligatoire, par exemple de 3 mois, et si 80% des français étaient favorables, l'année dernière, à un retour du service militaire, le ministre ne se prononce que sur "l'extension de la Journée de Défense Citoyenne (JDC) à une semaine."

Aller vers une généralisation du service civique

Le ministre le conçoit, les offres sont insuffisantes. Si bien que l'on trouve, sur le site de l'agence du service civique, des offres absolument insolites : "Sensibilisation artistique à l'environnement à travers le développement d'un jardin de son", figure parmi les plus aberrantes.

Afin de palier au problème du manque d'offres, le président de la République a expliqué qu'il "imposerait aux administrations de remplir des objectifs en fonction du nombre de salariés".  Si 82% des missions de service civique sont aujourd'hui portées par le secteur associatif, Patrick Kanner souhaiterait "arriver à 50-50", entre association et secteur public. "L'administration n'est pas encore suffisamment sensibilisée", ce qui nourrit "[sa] vocation, en tant que ministre, de montrer à tous qu'il faut aller vers une généralisation du service civique."


La baisse du chômage des jeunes en 2015 (25.000 chômeurs en moins) n'est pas suffisante, concède, pour conclure, le ministre. Il rappelle que 3/4 des jeunes n'ont pas été voter aux élections régionales et souligne que l'enjeu de la généralisation du service civique est aussi de "les remobiliser vers les partis républicains". 

La rédaction vous recommande
par Yves CalviJournaliste RTL
Suivez Yves Calvi sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781296572
"Le service civique est une digue anti-radicalisation", affirme Patrick Kanner
"Le service civique est une digue anti-radicalisation", affirme Patrick Kanner
REPLAY / INVITÉ RTL - Selon le ministre de la Jeunesse, la généralisation du service civique, qui demande une augmentation du budget d'un milliard d'euros, a pour enjeu le développement d'une "culture de l'engagement".
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-service-civique-est-une-digue-anti-radicalisation-affirme-patrick-kanner-7781296572
2016-01-12 13:12:00
http://media.rtl.fr/cache/QilarsaZHPz6gwPham78SA/330v220-2/online/image/2015/0925/7779842867_patrick-kanner-le-ministre-de-la-ville-de-la-jeunesse-et-des-sports.jpg