Jacqueline Sauvage : "Ma mère a sauvé sa vie, soit c'était elle, soit c'était lui", raconte sa fille

REPLAY / INVITÉE RTL - Sylvie Marot demande au président de la République de gracier sa mère, Jacqueline Sauvage, condamnée en appel pour avoir tué son mari, qui la battait depuis 50 ans.

>
La fille de Jacqueline Sauvage en appelle à la grâce présidentielle pour la libération de sa mère Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP Crédit Média : Yves Calvi

Tuer pour sauver sa vie. Telle est la défense de Jacqueline Sauvage et de ses proches. Début décembre, cette sexagénaire a été condamnée en appel à 10 ans de prison, pour avoir abattu son mari de trois coups de fusil dans le dos, en 2012. Celle-ci était battue et abusée sexuellement par celui dont elle partageait le quotidien depuis 47 ans. L'homme violait également leur trois filles. Parmi elles, Sylvie Marot, l'aînée, réclame la grâce de sa mère auprès de François Hollande. "Qu'il libère ma mère, qu'il comprenne le calvaire qu'on a vécu toute notre vie, que le jugement n'a pas été équitable", demande Sylvie Marot, qui précise qu'elle n'est pas en contact avec l'Élysée. 

Dans la sphère publique, les soutiens se multiplient pour obtenir la libération de Jacqueline Sauvage. Dimanche 24 janvier, la maire de Paris, Anne Hidalgo, lui a apporté son soutien sur l'antenne d'RTL. La veille, l'actrice Nathalie Baye en a appelé directement au président de la République. Le même jour, samedi 23 janvier, 200 personnes ont manifesté à Paris pour demander sa libération, et une pétition en ligne recueille près de 340.000 signatures. "Elle est très émue de toute cette mobilisation. Enfermée dans ses quatre murs, elle ne se rend pas compte de ce qu'il se passe réellement, elle entend juste les bruits de la prison, les commentaires des gardiennes, des autres prisonnières", explique Sylvie Marot, qui indique que sa mère est particulièrement "fatiguée".

Un homme a peut-être été tué - c'est mon père, soit - mais ces personnes-là n'ont pas vécu la vie qu'on a vécue.

Sylvie Marot, fille de Jacqueline Sauvage

Les filles de Jacqueline Sauvage prônent la légitime défense. Mais des personnes condamnent le fait que sa mère ait tout de même tué son père. "Un homme a peut-être été tué - c'est mon père, soit - mais ces personnes-là n'ont pas vécu la vie qu'on a vécue, la peur qu'on a dans notre famille. Ma mère a sauvé sa vie, soit c'était elle, soit c'était lui. On a été soulagées toutes les trois qu'il ne soit plus là". En attendant la libération de sa mère, Sylvie Marot songe à l'après, espérant l'avoir à ses côtés avant l'été. "On va essayer de se retrouver, de se reconstruire toutes les quatre. Elle a quand même 68 ans, il faut qu'elle puisse se libérer de sa vie antérieure pendant les années qu'il lui reste à vivre".

La rédaction vous recommande
par Yves CalviJournaliste RTL
Suivez Yves Calvi sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781534948
Jacqueline Sauvage : "Ma mère a sauvé sa vie, soit c'était elle, soit c'était lui", raconte sa fille
Jacqueline Sauvage : "Ma mère a sauvé sa vie, soit c'était elle, soit c'était lui", raconte sa fille
REPLAY / INVITÉE RTL - Sylvie Marot demande au président de la République de gracier sa mère, Jacqueline Sauvage, condamnée en appel pour avoir tué son mari, qui la battait depuis 50 ans.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/jacqueline-sauvage-ma-mere-a-sauve-sa-vie-soit-c-etait-elle-soit-c-etait-lui-raconte-sa-fille-7781534948
2016-01-25 09:47:00
http://media.rtl.fr/cache/omjd3dYOZ9W4MVlhQq3Bhw/330v220-2/online/image/2015/1212/7780825724_la-balance-de-la-justice-illustration.jpg