Cargo à la dérive : "Si rien n'est fait lundi matin, ce sera trop tard", assure Jean Bulot, ancien patron d'un remorqueur

REPLAY / INVITÉ RTL - Le Modern Express, qui dérive à une vitesse de 5km/h, pourrait atteindre les côtes françaises dans les 24 voire 36 prochaines heures.

>
Si rien n'est fait lundi matin, ce sera trop tard, assure Jean Bulot Crédit Image : Handout / MARINE NATIONALE / AFP Crédit Média : Bernard Poirette

Le Modern Express, le cargo qui est à la dérive depuis six jours dans le Golfe de Gascogne, n'est plus qu'à 200 kilomètres de l'embouchure de la Gironde. Il continue de se rapprocher de la côte à environ 5km/h. La prochaine tentative de remorquage se déroulera dès qu'une fenêtre météo se dégagera. Il faut moins de vent et de houle qui rend pour l'heure vaine toute tentative de remorquage.

Jean Bulot, ancien patron de L'Abeille Flandre, un puissant remorqueur de haute-mer qui a opéré des années sur les côtes de Bretagne, plante le décor. "Le bateau est à la dérive en travers de la mer. Les quelques hommes qui sont à bord du bateau doivent s'accrocher pour tenir debout. Il leur faut au moins de 80% de leur énergie pour se tenir. Il ne leur reste plus que 20% pour essayer de faire quelque chose. Il n'y a plus que deux ou trois personnes sur le bateau qui a été abandonné par son équipage"

C'est une manœuvre très délicate

Jean Bulot, ancien patron de l'Abeille Flandre

Le plus gros problème est la remorque. "Il n'y a plus d'énergie à bord. Tout a été stoppé. Il y a aucun moyen de levage pour essayer de faire monter la remorque du remorqueur à bord. Une fois que la remorque sera passée, les hommes seront hélitreuillés. Et ça ira." Mais une remorque peut peser jusqu'à plusieurs tonnes. "Il faut s'approcher très près du bateau pour pouvoir passer une remorque. C'est une manœuvre très délicate."
 

Le cargo pourrait s'échouer sur les côtes françaises dans 24 à 36h. "Si rien n'est fait lundi matin, ce sera trop tard", assure le technicien. La dernière manoeuvre à faire, c'est que quelqu'un reste à bord et une fois que le bateau arrive dans les fonds de 50m, il mouille les deux encres pour empêcher le bateau d'aller à la côte et le bloquer." Les experts tenteront de reprendre la main sur le bateau ce dimanche 31 janvier. Pour l'heure, les conditions météo ne le permettent pas.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781631246
Cargo à la dérive : "Si rien n'est fait lundi matin, ce sera trop tard", assure Jean Bulot, ancien patron d'un remorqueur
Cargo à la dérive : "Si rien n'est fait lundi matin, ce sera trop tard", assure Jean Bulot, ancien patron d'un remorqueur
REPLAY / INVITÉ RTL - Le Modern Express, qui dérive à une vitesse de 5km/h, pourrait atteindre les côtes françaises dans les 24 voire 36 prochaines heures.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/cargo-a-la-derive-si-rien-n-est-fait-lundi-matin-ce-sera-trop-tard-assure-jean-bulot-ancien-patron-d-un-remorqueur-7781631246
2016-01-31 09:13:00
http://media.rtl.fr/cache/cJkDmkoo8A66-x5CDiqfeA/330v220-2/online/image/2016/0131/7781632436_le-cargo-modern-express-a-la-derive-au-large-de-la-rochelle-le-28-janvier-2016.jpg