Calais : une vingtaine de manifestants antimigrants interpellés

Quelques échauffourées ont éclaté, ce samedi 6 février, entre les forces de l'ordre et environ 150 personnes réunies à l'initiative du mouvement islamophobe hostile aux migrants Pegida. Une vingtaine de manifestants ont été interpellés selon la préfecture du Pas-de-Calais.

Calais : une vingtaine de manifestants antimigrants interpellés, le 6 février 2016
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Calais : une vingtaine de manifestants antimigrants interpellés, le 6 février 2016

La branche française de Pegida manifeste, ce samedi 6 février à Calais, malgré l'interdiction préfectorale décidée par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Le mois dernier, le mouvement d'extrême droite originaire d'Allemagne avait lancé un appel à manifester contre "l'islamisation de l'Europe", ce samedi. L'appel relayé dans 14 pays de l'Union européenne a bien été reçu par les militants français de Pegida qui comptaient défiler à Calais, entre autres. 

Pour éviter que la situation ne dégénère dans la ville qui a déjà connu des troubles le 23 janvier, Bernard Cazeneuve a demandé mercredi 3 février "à la préfète du Pas-de-Calais de procéder à l'interdiction de toutes les manifestations, quels que soient leurs organisateurs, qui sont susceptibles d'occasionner des troubles à l'ordre public". Cette interdiction s'applique directement aux "groupes qui appellent à la tension, à la division et à la violence."

Quelque 150 personnes étaient réunies devant la gare de Calais, dans le centre ville de la cité portuaire et ont crié des slogans tels que "On est chez nous!" ou "journalistes collabos!". Ils ont entonné une marseillaise et ont agité des drapeaux français. Il y a eu des appels des autorités pour demander la dispersion du rassemblement, puis des charges des gendarmes ainsi que des tirs de gaz lacrymogènes. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, il y a eu une vingtaine d’interpellations au cours de ce rassemblement, dont Christian Piquemal, un ancien patron de la Légion étrangère entre 1994 et 1999.

>
[SHORTCUT] CALAIS : L'EX GÉNÉRAL PIQUEMAL ARRETÉ À LA MANIFESTATION PEGIDA

Le quotidien La Voix du Nord ajoute : "Parmi les manifestants, peu de Calaisiens. On notait cependant la présence de Kévin Reche, leader du collectif de l’ultra-droite et anti-migrants Sauvons Calais, aux côtés des membres de la famille Rougemont. Le père David et le fils Gaël avaient été interpellés il y a deux semaines en marge de la manifestation de soutien aux migrants, au Petit-Courgain." 

800 à 1.000 personnes attendues

"Il faut bien qu'il se mette ça dans la tête (...) Le mouvement est contre l'islamisation de la France mais nous, on vient surtout pour dénoncer à Calais l'invasion qu'on subit tous les jours, les agressions, le caillassage, le vol et j'en passe. Ça empire chaque jour. Et ce n'est pas près de s'arrêter", explique Loic Perdriel, le président de Pegida France, sur le site RT France. Le jeune homme, qui n'habite pas en Nord-Pas-de-Calais prédit : "Vu la colère du peuple, le ras le bol général des gens, tôt ou tard ça finira très mal et je pense que tout le monde en est conscient".

Dans leur déclaration, les organisateurs de Pegida comptaient sur la venue de 800 à 1.000 personnes dont un invité de marque : le général de Corps d'Armée Christian Piquemal, ancien de la Légion étrangère et président du cercle Citoyens-Patriotes. Sur le blog de son mouvement, il a lui aussi annoncé qu'il maintenait sa participation à la manifestation de ce samedi : "Malgré cette mesure arbitraire et abusive, et en raison notamment du nombre important de participants prévus ainsi que des moyens matériels qu’ils ont engagés, nous maintenons notre participation, apolitique, qui se fera dans l’ordre, le calme et la discipline des 'vieilles troupes' :  j’y serai présent physiquement."

Un mouvement qui existe depuis 2014

Créé le 20 octobre 2014 à Dresde, le mouvement des "Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident" (abrégé Pegida en Allemand) se répand, petit à petit, dans toute l'Union. En France, l'association a été lancée en juillet 2015 sous l'impulsion idéologique de l'écrivain Renaud Camus, théoricien du "Grand remplacement". 

Présidée par Loïc Perdriel, militant anti-islamisation de 25 ans, la branche française de Pegida a déjà mené quelques actions dans l'Hexagone, notamment à Calais, le 8 novembre dernier. Cette manifestation qui n'avait pas été interdite par la préfecture a réuni une centaine de manifestants et d'autres groupuscules d'extrême droite. Pegida avait aussi tenté de tenir un rassemblement le 18 janvier 2015, après les attentats, place de la Bourse à Paris. Mais la préfecture de police l'avait interdit.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781738048
Calais : une vingtaine de manifestants antimigrants interpellés
Calais : une vingtaine de manifestants antimigrants interpellés
Quelques échauffourées ont éclaté, ce samedi 6 février, entre les forces de l'ordre et environ 150 personnes réunies à l'initiative du mouvement islamophobe hostile aux migrants Pegida. Une vingtaine de manifestants ont été interpellés selon la préfecture du Pas-de-Calais.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/calais-pegida-compte-manifester-malgre-l-interdiction-prefectorale-7781738048
2016-02-06 14:02:00
http://media.rtl.fr/cache/ngWZyVfKx7hnP881cZlFlA/330v220-2/online/image/2016/0206/7781742774_calais-une-vingtaine-de-manifestants-antimigrants-interpelles-le-6-fevrier-2016.jpg