Jungle de Calais : Bernard Cazeneuve interdit toute manifestation

Le ministre de l'Intérieur a reçu les élus de Calais, ce mercredi 3 février.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a reçu la maire de Calais, Natacha Bouchart, le président du Conseil régional de Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand, et le député du Pas-de-Calais, Yann Capet, ce mercredi 3 février. Selon nos informations, cette réunion, qui s'est déroulée en présence de Jean-Jacques Urvoas, a débouché sur l'interdiction de toute manifestation, ce week-end à Calais. Le ministre de l'Intérieur souhaite éviter tout affrontement entre No Borders et une partie de la population.

"L'interdiction de manifester concerne tous les groupes qui appellent à la tension, à la division, à la violence, aussi longtemps que le climat actuel demeurera", a précisé Bernard Cazeneuve. Pour empêcher les débordements, 17 unités de force mobile sont présentes sur place de façon permanente. Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs rappelé que 28 filières de passeurs avaient été démantelées en 2015 et que le travail des services "doit s'intensifier" en 2016 pour parvenir au "démantèlement total" de ces filières. 

Jean-Jacques Urvoas bientôt à Calais

Bernard Cazeneuve veut "dissuader ceux qui viennent à Calais de continuer à y venir". Il souhaite pour cela que la frontière avec la Grande-Bretagne devienne "totalement étanche". L'immigration irrégulière sera davantage contrôlée. "Lorsqu'une infraction est constatée et qu'une interpellation a lieu, ceux qui ont été interpellés et ne relèvent pas de l'asile en France seront "immédiatement éloignés", promet Bernard Cazeneuve. Les contrôles d'identité seront renforcés "à l'entrée et à la sortie de la lande".

À l'issue de cette réunion, le nouveau ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a fait savoir qu'il se rendrait à Calais "très rapidement". Celui-ci devrait s'entretenir avec les magistrats de la cour d'appel de Douai et le parquet de Boulogne. En attendant, Jean-Jacques Urvoas promet "une réponse très ferme sur ces questions", ajoutant que cette réunion de crise "ne sera pas la dernière".

De son côté, Xavier Bertrand a approuvé la décision de Bernard Cazeneuve pour sa région, "exaspérée".  Le président de la région a condamné les actes des no-borders, "provocateurs" qu'il souhaite "mettre hors d'état de nuire". "Ceux-là veulent exploiter la misère et la colère, ils n'ont rien à faire à Calais", a développé le président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Xavier Bertrand souhaite des mesures punitives spécifiques "pour tous ceux qui s'attaquent soit aux forces de l'ordre, soit aux différentes installations" mises en place pour parer au conflit local.

L'entretien du jour avait été décidé au lendemain de la manifestation de soutien aux migrants du 23 janvier. Selon la maire de Calais, "cet événement a montré la fragilité du dispositif de sécurisation du port", un nombre important de migrants ayant pu "envahir le port" et "une partie d'entre eux a même accédé à un ferry". Un homme avait même menacé les migrants avec un fusil.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781683308
Jungle de Calais : Bernard Cazeneuve interdit toute manifestation
Jungle de Calais : Bernard Cazeneuve interdit toute manifestation
Le ministre de l'Intérieur a reçu les élus de Calais, ce mercredi 3 février.
http://www.rtl.fr/actu/politique/jungle-de-calais-bernard-cazeneuve-interdit-toute-manifestation-week-end-6-7-fevrier-7781683308
2016-02-03 15:07:00
http://media.rtl.fr/cache/R6LpOWQUAf902U6ALZhL6Q/330v220-2/online/image/2016/0124/7781530459_manifestation-de-soutien-aux-migrants-de-la-jungle-de-calais-samedi-23-janvier-2016.jpg