Fausse agression à Aubervilliers : l'instituteur assure qu'il a bien été attaqué

L'instituteur avait affirmé avoir été agressé par un homme se revendiquant du groupe État islamique avant d'avouer s'être automutilé.

L'entrée de l'école maternelle publique Jean Perrin à Aubervilliers
Crédit : AFP
L'entrée de l'école maternelle publique Jean Perrin à Aubervilliers

Deux à trois mois de prison avec sursis ont été requis contre l'enseignant jugé pour "dénonciation de crime imaginaire". L'instituteur de 45 ans est revenu sur ses aveux le 28 janvier, affirmant à la barre du tribunal de Bobigny qu’il avait bien été agressé le 14 décembre par un homme se revendiquant du groupe État islamique. L’enseignant, dont le récit de l’agression au cutter avait créé une forte émotion, est poursuivi pour "dénonciation mensongère à une autorité judiciaire ou administrative entraînant des recherches inutiles". Il risque six mois de prison et 7.500 euros d’amende. "Je maintiens que j’ai été agressé", a déclaré le prévenu d’une voix posée.

En début d’audience, son avocate Me Noémie Saidi-Cottier avait tenté d’obtenir l’annulation de la procédure visant son client au motif qu’elle était "entachée" de nombreuses irrégularités. Le maître d’école, en poste depuis 22 ans dans une école classée REP (Réseau d’éducation prioritaire) à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), avait affirmé avoir été poignardé au cou et au flanc vers 7h10, alors qu’il préparait sa classe, par un homme en tenue de peintre, cagoulé et ganté, qui s’était saisi d’un cutter à sa portée et lui avait lancé : "C’est Daech, c’est un avertissement." 

Problèmes d'alcool et stress

D’abord entendu en tant que victime, il avait fini par avouer dans l’après-midi qu’il s’était blessé tout seul. "Des aveux obtenus dans des conditions contestables", selon son avocate : "Après cinq heures d’interrogatoire, alors qu’il est sous morphine, il va finir par craquer", a-t-elle expliqué. En outre, "il s’est auto-incriminé sans la présence d’un avocat", a relevé son conseil, estimant que les officiers de police avaient tardé à lui notifier ses droits.

Le juge a rappelé que le prévenu avait lui-même indiqué aux enquêteurs qu’il souffrait de problèmes d’alcool et qu’il était sous pression, car il devait être inspecté le surlendemain du drame. Placé en garde à vue dans la soirée, le suspect avait été hospitalisé d’office dans la nuit après qu’un double examen psychiatrique eut conclu "à l’altération de son discernement et à l’incompatibilité de son état de santé avec une mesure de garde à vue". L’Éducation nationale avait aussitôt suspendu l’enseignant pour une durée de 4 mois. En cas de condamnation, il pourrait être révoqué.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781600118
Fausse agression à Aubervilliers : l'instituteur assure qu'il a bien été attaqué
Fausse agression à Aubervilliers : l'instituteur assure qu'il a bien été attaqué
L'instituteur avait affirmé avoir été agressé par un homme se revendiquant du groupe État islamique avant d'avouer s'être automutilé.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/aubervilliers-l-instituteur-juge-pour-une-fausse-agression-revient-sur-ses-aveux-7781600118
2016-01-29 00:16:39
http://media.rtl.fr/cache/QLRYLqoM1nJWzHsr5kY7JA/330v220-2/online/image/2015/1214/7780847893_l-entree-de-l-ecole-maternelle-publique-jean-perrin-a-aubervilliers.jpg