3 min de lecture Présidentielle 2017

VIDÉO - Whirlpool : court-circuité par Le Pen, Macron en difficulté

REPLAY - Emmanuel Macron s'est retrouvé en difficulté à Amiens, où il a été chahuté quelques heures après une visite surprise de Marine Le Pen.

Marie-Pierre Haddad Clics à la une Marie-Pierre Haddad
>
Télécharger Whirlpool : court-circuité par Le Pen, Macron en difficulté Crédit Média : Julien Absalon | Durée : | Date : La page de l'émission
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

Cela restera sans doute comme une séquence marquante de l'entre-deux-tours. Trois jours après le premier scrutin de l'élection présidentielle, Marine Le Pen a réalisé un coup de communication politique en effectuant une visite surprise à l'usine Whirlpool d'Amiens, au milieu des salariés, pendant que son adversaire Emmanuel Macron se trouvait à quelques encablures. En discussion avec des syndicats de cette même usine, il se trouvait au même moment dans un bureau de la Chambre de commerce et d'industrie de la région. Quelques heures plus tard, il s'est lui aussi rendu auprès des salariés qui l'ont accueilli par des sifflets.

Ce duel picard a débuté dans la matinée, lorsque Emmanuel Macron s'est rendu au coeur d'Amiens pour s'entretenir avec une intersyndicale de salariés de cette usine de sèche-linges qui doit être délocalisé en juin 2018 en Pologne. "Je suis venu pour voir les représentants des salariés comme je m'y étais engagé. Je suis venu ici à l'écoute des salariés, pour parler de manière efficace, pour accompagner de manière responsable et ne faire aucune démagogie", a-t-il déclaré dans sa ville natale.

Le porte-parole d'Emmanuel Macron avait toutefois précisé au matin sur RTL que la direction de Whirlpool avait dans un premier temps refusé une visite du candidat. "La direction de l'entreprise Whirlpool ne l'a pas souhaité", assurait Benjamin Griveaux.

À lire aussi
Emmanuel Macron en campagne en 2017. Emmanuel Macron
Présidentielle 2017 : 4 donateurs d'Emmanuel Macron signalés au fisc

Le choc des images

Sur les coups de 13 heures, pendant que la télévision filmait Emmanuel Macron assis avec ces délégués syndicaux de l'entreprise dans une salle de réunion avec des chaises vides, Marine Le Pen a dégainé. La candidate du Front national a déboulé à l'usine Whirlpool, où elle a été accueillie par des travailleurs. "Je suis là au côté de salariés, sur le parking, pas dans des restaurants amiénois", a déclaré à la presse la candidate, qui s'est défendue de "faire un coup médiatique" et se faisait photographier aux côtés d'ouvriers faisant des selfies. Le contraste saisissant entre les ambiances des deux camps n'a pas manqué d'être relevé par la télévision.

Se présentant comme la représentante "des Français qui ne veulent pas être dépossédés de leur emploi", Marine Le Pen explique avoir décidé de se rendre à Whirlpool quand elle a appris que son rival "n'entendait pas rencontrer les salariés" mais qu'il "allait à l'abri" pour "rencontrer deux-trois personnes triées sur le volet". La candidate y a vu une "preuve" de "mépris à l'égard de ce que vivent les salariés de Whirlpool".

Macron en terrain miné

En réaction, Emmanuel Macron a dénoncé une "utilisation politique" du conflit social de cette usine. "Mme Le Pen n'a pas compris comment fonctionnait le pays et nous n'avons définitivement pas la même ambition, ni le même projet", a-t-il dénoncé, avant de se rendre à son tour à Whirpool.

Arrivé auprès des salariés vers 15h20, Emmanuel Macron s'est retrouvé dans une ambiance houleuse et sur des slogans "Marine présidente". Plusieurs salariés (à noter que des militants FN tels que le secrétaire départemental du parti étaient présents, ndlr) l'ont apostrophé, lui reprochant notamment d'être le "candidat de la mondialisation". L'un d'eux lui a reproché de ne pas avoir voulu "affronter" la réalité du terrain. Au milieu du capharnaüm et d'une nuée de journalistes, l'ancien ministre de l'Économie a justifié son agenda, expliquant avoir répondu à une demande de l'intersyndicale dans un premier temps, qui lui a ensuite proposé de venir sur place. "Je ne suis pas venu dans le dos de l'intersyndicale. (...) Je n'ai pas attendu que Marine Le Pen vienne", a-t-il lancé, avant d'être dans l'obligation de prendre un mégaphone pour se faire entendre et apaiser les esprits. 

"Je ne vais pas vous raconter des cracks !"

Emmanuel Macron semble avoir veillé à ne pas véhiculer le message donné par François Hollande durant sa campagne de 2012, lorsqu'il avait laissé entendre qu'il allait sauver le site de Florange finalement fermé en 2013. "Je ne vais pas vous dire que je nationaliserai Whirlpool. Ça ne résoudrait pas votre problème", a-t-il soutenu, tout en assurant qu'il fallait trouver un "repreneur" pour sauver le site. "Je reviendrai pour rendre compte", a-t-il assuré.

Interpellé sur place par François Ruffin, récompensé d'un César pour son documentaire Merci patron mettant justement en lumière la lutte sociale des ouvriers, le finaliste de la présidentielle a défendu son projet donnant de la flexibilité aux entreprises : "Non, je n'interdirai pas aux entreprises de fermer des sites. Je ne vais pas vous raconter des cracks", dans une déclaration diffusée en direct sur le compte Facebook Live du candidat, étant donné que les médias peinaient à filmer la scène et ont finalement été priés de reste à l'entrée de l'usine.

Emmanuel Macron en a également profité pour tacler le programme protectionniste de Marine Le Pen : "La fermeture des frontières, c'est une promesse mensongère. La réponse n'est pas la suppression de la mondialisation, ni la suppression des frontières. Ne vous trompez pas de combat !"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Emmanuel Macron Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788298917
VIDÉO - Whirlpool : court-circuité par Le Pen, Macron en difficulté
VIDÉO - Whirlpool : court-circuité par Le Pen, Macron en difficulté
REPLAY - Emmanuel Macron s'est retrouvé en difficulté à Amiens, où il a été chahuté quelques heures après une visite surprise de Marine Le Pen.
http://www.rtl.fr/actu/politique/whirlpool-presidentielle-court-circuite-par-le-pen-macron-en-difficulte-7788298917
2017-04-26 15:53:00
http://media.rtl.fr/cache/k-01QosG6YTEdHLF29PxYQ/330v220-2/online/image/2017/0426/7788300090_emmanuel-macron-au-milieu-des-salaries-de-whirlpool-le-26-avril-2017.jpg