#TousUnisContrelaHaine, la campagne très critiquée par le Front national

Florian Philippot et d'autres élus du Front national ont largement critiqué cette campagne de lutte contre le racisme.

Florian Philippot, vice-président du Front National, à Nanterres, en mai 2014 (archives).
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Florian Philippot, vice-président du Front National, à Nanterres, en mai 2014 (archives).

Destinée à dénoncer le racisme à l'aide de six spots télévisés mettant en scène des agressions choquantes avec un réalisme pour le moins troublant, la campagne #TousUnisContrelaHaine a été lancée dimanche 20 mars par le gouvernement. "Le racisme, l'antisémitisme, les actes antimusulmans, ça commence par des mots. Ça finit par des crachats, des coups, du sang", indiquent ces spots qui visent à endiguer la hausse de 22% des actes racistes que la France a enregistré en 2015. Mais à peine diffusée sur les écrans, l'initiative s'est attirée les foudres du Front national.

Nombre de représentants du parti n'ont pas manqué de faire part de leurs critiques sur Twitter. Stéphane Ravier, maire FN du 7e secteur de Marseille et sénateur des Bouches-du-Rhône, dénonce ainsi une "campagne grotesque du gouvernement [qui] coûtera 3 millions d'euros". 

L'ironie de Florian Philippot

D'autres élus Front national, à l'instar Antoine Mellies, conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, se sont quant à eux offusqués de ne voir aucune référence au "racisme antiblanc" ou contre "la haine de la France" dans cette campagne.

"Le racisme antiblanc a 'curieusement' été oublié par le gouvernement. Ça vous étonne ?", se demande par exemple Robert Ménard, le maire de Béziers apparenté au parti de Marine Le Pen, qui ajoute dans un autre tweet : "Oui, il faut lutter contre le racisme. Mais qui peut croire que dans nos rues l'insécurité vient de bandes racistes ?" Un avis que semble partager Louis Aliot, eurodéputé FN, qui a retweeté plusieurs messages d'autres internautes tels que : "Je regrette que le racisme anti blancs ne soit pas dénoncé".

Florian Philippot s'est lui aussi joint au concert de critiques. Le vice-président du parti a préféré ironiser sur une phrase de Manuel Valls qui avait déclaré en 2009 lors d'une brocante dans sa ville d'Évry : "Tu me mets quelques Blancs, quelques white, quelques blancos". Aimant ressortir cette polémique de temps à autre, le numéro du Front national a ainsi tweeté : "J'ai vu à la télé un homme se plaindre sur un marché que ça manquait 'de blancs,de white'. Il faut lui prescrire un clip contre la haine".

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782467525
#TousUnisContrelaHaine, la campagne très critiquée par le Front national
#TousUnisContrelaHaine, la campagne très critiquée par le Front national
Florian Philippot et d'autres élus du Front national ont largement critiqué cette campagne de lutte contre le racisme.
http://www.rtl.fr/actu/politique/tousuniscontrelahaine-ne-fait-pas-l-unanimite-aupres-du-front-national-7782467525
2016-03-21 17:39:03
http://media.rtl.fr/cache/S7HQbSc55PBzM0AD6tK5Nw/330v220-2/online/image/2014/1030/7775089244_000-par7890712.jpg