Présidentielle 2017 : Valls se prépare lentement mais sûrement à l'élection

ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre n'attendra pas l'élection de 2022 et envisagerait déjà celle à venir, encouragé par ses proches.

François Hollande et Manuel Valls le 8 septembre 2016 à Paris.
Crédit : LIEWIG-POOL/SIPA
François Hollande et Manuel Valls le 8 septembre 2016 à Paris.

Et si son moment de gloire allait bientôt arriver ? Manuel Valls commence à prendre ses distances avec François Hollande. Le président de la République est plongé dans une tourmente depuis la sortie du livre Un président ne devrait pas dire ça..., résultat d'une centaine d'heures d'entretien avec les deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Face à la polémique, le Premier ministre s'est exprimé et a appelé à se "concentrer sur l'essentiel".

"Le pays donne parfois le sentiment d'être divisé, fracturé. Je veux faire un appel, un appel à l'unité, à la responsabilité. Je demande à tous les élus d'être pleinement responsables, a indiqué Manuel Valls. Les divisions, les querelles, les débats, aujourd'hui ne sont pas à la hauteur des grands enjeux du monde : la menace terroriste, la crise des réfugiés, le réchauffement climatique, les grands enjeux économiques... Nous devons nous attacher à promouvoir la France". 

En coulisses, Manuel Valls n'hésiterait plus à exprimer ses ambitions présidentielles. Dans Le Monde du lundi 17 octobre, il se confie : "Si Hollande n'y va pas, dans la minute, je suis candidat". Cette phrase aurait été lâché quelques jours avant la publication des confidences du chef de l'État, souligne le journal.

Votre avis
Présidentielle: Valls doit-il se présenter à la place de Hollande ?

Nombre de votes : 7351
*Sondage à valeur non scientifique

Un patriotisme "affirmé"

Le chef du gouvernement, qui a ferraillé ces derniers mois avec une partie de la gauche sur sa conception de la laïcité, a cette fois mis de côté les sujets qui divisent (voile, burkini...) pour employer un ton rassembleur, avec notamment un message direct aux musulmans de France, "face à ce déchaînement qui vise toujours à pointer du doigt, à trouver des boucs émissaires". Venu dans sa ville d'Evry pour installer un conseil local de la laïcité, le locataire de Matignon leur a dit, "du fond du cœur, et avec une part d'émotion, que la laïcité n'est pas dirigée contre eux, mais au contraire est là pour les aider, pour les protéger. L'État que j'incarne est là à leurs côtés".

Avec un chef de l'État déjà mal en point dans les sondages avant ce nouveau coup, l'hypothèse d'un recours à Manuel Valls, si François Hollande renonçait, est revenue au premier plan, alimentée par des déclarations de proches du Premier ministre. "Moi je crois que dans les semaines qui viennent, il faudra savoir (...) être forts, être dignes dans nos débats, porter plus haut la politique et le pays, ne jamais abaisser notre exigence", a dit le chef du gouvernement, qui a notamment défendu "un patriotisme affirmé".

Dissiper son image clivante

S'il est régulièrement salué pour son dynamisme et sa constance dans ses idées, Manuel Valls, outre l'usure de plus de deux années à Matignon, souffre à gauche d'une image clivante qui menace son rêve d'un destin présidentiel. Ce discours sur la laïcité visait "plus le rassemblement que la fracturation", a reconnu un des proches du Premier ministre. Ce dernier avait déjà soigné son image d'homme de gauche ces dernières semaines en défendant un "revenu universel".

Lundi soir, tout juste a-t-il répliqué à son jeune rival Emmanuel Macron, qui avait attaqué la "laïcité revancharde" du Premier ministre. "On la dit revancharde, je ne sais pas très bien ce que ça veut dire (...) La laïcité c'est tout simplement la laïcité", a-t-il plaidé. Le Premier ministre va-t-il donner d'autres signes de présidentialisation, déjà entrevus fin août lors d'un discours à Colomiers ? Samedi, il sera à Tours avec le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis. Il entend affirmer que "la gauche de gouvernement ne peut pas être absente de la présidentielle", selon un proche, qui s'inquiète des bons sondages d'Arnaud Montebourg en vue de la primaire socialiste de janvier. 

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785340241
Présidentielle 2017 : Valls se prépare lentement mais sûrement à l'élection
Présidentielle 2017 : Valls se prépare lentement mais sûrement à l'élection
ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre n'attendra pas l'élection de 2022 et envisagerait déjà celle à venir, encouragé par ses proches.
http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-valls-se-prepare-lentement-mais-surement-a-l-election-7785340241
2016-10-18 17:34:00
http://media.rtl.fr/cache/-k5--vkxbPIFEInjhfZniQ/330v220-2/online/image/2016/0912/7784821804_francois-hollande-et-manuel-valls-le-8-septembre-2016-a-paris.jpg